En direct

équipement - Une « cathédrale du vin » érigée à Saint-Emilion
PHOTO - 279059.HR.jpg - © photos et docs Philippe Caumes

équipement - Une « cathédrale du vin » érigée à Saint-Emilion

MARGOT GUISLAIN |  le 22/01/2010  |  ArchitectureTechniqueRéglementation techniqueEssonneGironde

Maître reconnu de l'architecture sacrée, l'architecte suisse Mario Botta a réalisé à Saint-Emilion (Gironde) un chai viticole imaginé comme un haut lieu de spiritualité dédié au culte du vin.

«Qu'y a-t-il au-delà des murs ? C'est toute la force du bâti d'ouvrir, à partir du fini, des fenêtres sur l'infini. » Ainsi parle Mario Botta au sujet du chai qu'il a édifié à la gloire de Château-Faugères et de son vin, qui domine depuis un promontoire les vignobles légendaires de Saint-Emilion. Maître reconnu de l'architecture sacrée de nombreux édifices dont la cathédrale d'Evry (Essonne) en attestent Mario Botta semblait être l'homme providentiel pour imaginer une « cathédrale du vin », ainsi qu'il la nomme, dans ce terroir où le divin breuvage fait l'objet d'une véritable ferveur religieuse. L'édifice est ainsi doté d'une tour centrale, haute de seize mètres, flanquée de deux bas-côtés. Celle-ci abrite un monte-charge herculéen d'une capacité de 3 tonnes pour transporter le vin et desservir, de bas en haut, les bureaux, la salle de dégustation - avec vue sur le vignoble et en belvédère, une terrasse couverte qui fait figure de clocher. Environnement et paysage obligent, un doublage extérieur en pierres irrégulières venues d'Espagne constitue une isolation par l'extérieur efficace, tandis que leur coloris jaune pâle s'harmonise avec les châteaux alentour. Il en est de même pour la toiture végétalisée, accessible pour la promenade, sorte de jardin suspendu où poussent lavandes et romarins. Enfin, d'épais murs de béton massif minimisent, par leur inertie, les écarts de température néfastes au bon vieillissement du vin.

Loi de la gravité

Cependant, à l'opposé de la volonté d'élévation que proclame la tour du chai, les volumes bâtis et l'organisation interne du process de production sont définis selon le principe de la « vinification par gravité ». Celle-ci tire parti de la déclivité du terrain et permet d'éviter tout pompage, afin d'obtenir la meilleure qualité de vin. Les vendanges arrivent ainsi en amont du terrain, sur un large parvis extérieur où elles subissent un premier traitement. Puis, elles rentrent par un grand portail constitué de panneaux d'Inox dit « bouchonné », dont la surface est travaillée par mouvements circulaires.
Pénétrant dans le bâtiment, une grande nef en béton brut se dévoile, parcourue d'une forêt de colonnes. A la croisée du transept, le regard bute sur l'opacité du monte-charge strié de bandes blanches et noires. Mais c'est par les deux bas-côtés que le process commence : depuis un plancher technique en acier déployé, le raisin est déversé dans les cuves soigneusement alignées au niveau -1. Constituant le cœur du réacteur, elles sont visibles depuis le rez-de-chaussée par une longue trouée longitudinale. Au niveau -2, dans les caves abritées de la lumière, le vin vieillit paisiblement.
A chaque étage, les étapes du process sont identifiées par la couleur des sols en résine époxy : rouge pour le volume d'entrée, jaune ton barrique là où le raisin est mis en cuve, bleu là où il vieillit, sans oublier le gris traditionnel des bureaux. De jour, « il y a un moment où le soleil passe au beau milieu de la tourelle, à travers le belvédère, en venant révéler la vocation de bâtiment-signal du chai », explique Mario Botta.
A la nuit tombée, la « cathédrale » s'illumine grâce à deux cent cinquante diodes électroluminescentes (LED) insérées dans la pierre, tandis que l'œil formé par le toit de la tourelle semble veiller sur le sommeil des hommes, du vin et du vignoble.-

Fiche technique

- Maîtrise d'ouvrage : SARL Château-Faugères.
- Maître d'ouvrage délégué : Georges Simoni.
- Maîtrise d'œuvre : Mario Botta, architecte mandataire. Paola Pellandini, chef de projet (studio Mario Botta). Serge Lansalot, architecte partenaire (agence Epure). In Situ Paysage, paysagiste. Cetab Ingénierie, BET (fluides, structure).
- Principales entreprises : Gracia (gros œuvre), Les Compagnons Réunis (doublage pierre), CO.ME.SY (charpente/métallerie), Arhelec (électricité).
- Surface : 3 500 m 2 HON.
- Coût : 5,50 millions d'euros HT.

« Ce chai n'est pas seulement une machine à produire du vin. Il doit aussi exprimer les forces ancestrales qui animent le lieu : d'un côté, la nature, qui se montre ici au travers d'un relief très organique et, de l'autre, l'activité viticole qui a strié le paysage de lignes droites. Le chai s'impose ainsi comme un élément géométrique en contraste avec la plasticité de la terre. »

mario botta, architecte.

Commentaires

équipement - Une « cathédrale du vin » érigée à Saint-Emilion

Votre e-mail ne sera pas publié

Librairie du Moniteur

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX