En direct

Equipement scolaire Un lycée de l’automobile carrossé d’acier
DESSIN - TECH 70 LYCEE A.eps - © VASCONI ASSOCIES ARCHITECTES

Equipement scolaire Un lycée de l’automobile carrossé d’acier

ISABELLE DUFFAURE-GALLAIS |  le 29/09/2008  |  SantéEnergietransport

Le lycée d’enseignement professionnel Gallieni de Toulouse se remet du traumatisme de l’explosion de l’usine AZF en emménageant dans ses nouveaux locaux tout en acier. Un bouclier acoustique le protège des bruits des avions tout en assurant une régulation thermique.

Le « plus grand, plus beau et plus cher lycée de la région Midi-Pyrénées », selon Bernard Bouchand, directeur de l’éducation et des sports au conseil régional, rouvre ses portes à plus de 1 400 élèves, sept ans après l’explosion qui a soufflé l’établissement en septembre 2001. Un délai qui s’explique par les vicissitudes liées à l’évolution du programme pédagogique et au doublement des effectifs ainsi qu’à des contraintes techniques dues à l’inondabilité du terrain et à trois appels d’offres infructueux.

Sur ce terrain de 10 hectares entre la Garonne et l’avenue d’Espagne, le projet a consisté à réaliser un lycée d’enseignement polyvalent, orienté vers les filières technologiques et professionnelles liées aux métiers des transports et de l’automobile.

Bâtiment évolutif

L’agence Vasconi Associés Architectes, lauréate du concours, a conçu un bâtiment linéaire qui rend possibles des extensions futures. Pour répondre aux risques d’inondation en cas de rupture de la digue de la Garonne, le nouveau bâtiment a été construit un mètre plus haut que l’ancien établissement, sur une couche de remblai. L’idée initiale de vide sanitaire équipé de puits canadiens a été abandonnée car elle alourdissait le budget.

Long de 300 mètres, le bâtiment s’organise de part et d’autre d’une rue intérieure centrale, la « galeria », tracée entre deux longs murs en béton préfabriqué.

Côté Garonne, à l’est de la rue, les ateliers d’enseignement professionnel et les salles de cours associées sont installés dans cinq vastes halls modulaires ponctués de patios ouverts. La structure en acier est couronnée d’une succession de vagues en bacs acier dont la forme courbe a été conçue pour atténuer le bruit des avions qui décollent ou atterrissent à l’aéroport de Blagnac tout proche. Des poutres caissons de 4 m de haut et 45 m de portée supportent ces sheds, tous les 9 m, via des pannes à double courbure.

L’éclairage zénithal apporté par les vitres orientées au nord est complété par les façades vitrées ouvrant également au nord sur les patios. Les façades sont habillées de panneaux en acier revêtu d’un alliage aluminium-zinc. Le même matériau est utilisé pour réaliser la surtoiture.

Côté avenue et cour de récréation, les salles d’enseignement général et les locaux du personnel éducatif sont installés dans cinq bâtiments R 2 en peigne appuyés contre le mur de béton de la rue centrale. Ils sont desservis sur les trois niveaux par des passerelles et des escaliers dans la galerie.

Bouclier acoustique

Les fenêtres des classes ouvrent sur quatre squares végétaux couverts d’une verrière antibruits aériens, un véritable bouclier acoustique qui protège les élèves et leurs professeurs du bruit incessant des avions. L’extrémité ouest de ces atriums est fermée par des ventelles en aluminium traitées acoustiquement au moyen de feutre.

Les jardins couverts constituent également des régulateurs thermiques contribuant aux économies d’énergie. En hiver, leurs verrières captent le rayonnement solaire et les ventelles sont maintenues fermées. En été, celles-ci sont ouvertes et des « tours à vent » de 6 m de haut disposées en toiture, inspirées des constructions du Moyen-Orient, évacuent la chaleur durant la journée.

Sur le même côté que les salles de classe, le restaurant cafétéria, qui peut accueillir 1 200 demi-pensionnaires, est construit sur pilotis, ménageant ainsi un préau couvert.

La rue centrale est revêtue d’une verrière de 2 000 m2 intégrant des cellules photovoltaïques. La vente de l’électricité produite devrait compenser la consommation de l’établissement.

Maître d’ouvrage : conseil régional Midi-Pyrénées.

Maître d’ouvrage délégué : SA Cogemip.

Maître d’œuvre : Vasconi Associés, architecte mandataire ; LCR architecte associé.

BET : Iosis Sud-Ouest.

Assistance démarche HQE : Patmo, Franck Boutte Consultant.

Entreprises : Thomas & Danizan (gros œuvre et mandataire structure-enveloppe), Serin & fils (charpente métallique), Soprema (étanchéité), Smac (bardage, couverture), Metalsigma (menuiseries extérieures).

Surface : 42 000 m2 Shon.

Montant des travaux : 60 millions d’euros HT.

Calendrier : lauréat du concours d’architectes : octobre 2004 ; début des études : novembre 2004 ; début des travaux : février 2006 ; fin des travaux : août 2008.

Commentaires

Equipement scolaire Un lycée de l’automobile carrossé d’acier

Votre e-mail ne sera pas publié

Librairie du Moniteur

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Amélioration et renforcement des sols - AMSOL - Tomes 1 et 2

Amélioration et renforcement des sols - AMSOL - Tomes 1 et 2

Prix : 0.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur