En direct

Equipement éducatif Une crèche contemporaine dans un quartier historique

MARGOT GUISLAIN |  le 03/01/2008  |  ArchitectureRéalisationsAménagementParisFrance entière

Dans le centre de Paris, l’architecte Gaëtan Le Penhuel livre une crèche de soixante-six berceaux qui concilie tradition constructive et esthétique contemporaine. Une « première » architecturale depuis de nombreuses années dans ce quartier ancien du Marais.

Au bout de la rue Rambuteau (Paris IIIe), le Centre Pompidou marque la frontière du cœur historique de Paris. Un secteur ultraprotégé par le Plan de sauvegarde et de mise en valeur du Marais, où bien peu de bâtiments contemporains ont été réalisés ces vingt dernières années, comme l’a souligné le maire de l’arrondissement lors de l’inauguration officielle de cette crèche en novembre. Rareté des terrains constructibles et contraintes draconiennes du secteur obligent... Aussi, quand le Sernam (filiale de la SNCF) quitte son hangar du passage Sainte-Avoye (rue Rambuteau), la mairie saisit l’opportunité d’y construire une crèche de soixante-six berceaux sous la signature de l’architecte Gaëtan Le Penhuel. Un équipement de proximité qui, tout en affichant une esthétique contemporaine, s’intègre dans ce quartier ancien comme s’il en faisait partie depuis toujours.

Intégration en site classé. C’est que, dans le Marais, l’adoption d’un nouveau venu commence dès la gestation du projet, sous l’œil sourcilleux de l’ABF (Architecte des bâtiments de France) et des associations de quartier. « Le dialogue s’est révélé finalement plus simple avec l’ABF qu’avec les riverains copropriétaires du passage, qui avaient tendance à s’approprier également la parcelle... », souligne Françoise Souchay, de la Direction de la famille et de la petite enfance, chargée de coordonner le programme de construction des crèches parisiennes. A l’écoute des uns et des autres, l’architecte et le maître d’ouvrage proposent un bâtiment d’allure cubiste, développé selon plusieurs gabarits de hauteur. Un découpage des volumes qui ménage une « vue patrimoniale » sur la cour : « Les riverains estimaient que leur vue faisait partie de leur bien », explique Gaëtan Le Penhuel. La cour peut ainsi être perçue depuis le passage et au travers des grands vitrages du hall – mais aussi depuis les immeubles voisins – comme le jardin intérieur d’un hôtel particulier. Cette cour verra ses arbres d’essences variées fleurir au printemps prochain, et un jardin suspendu en constitue déjà le premier plan (toiture végétalisée Ecosedum de chez Ecovégétal). En façade sur cour, un bardage de panneaux bakélisés (BAK FV plaqués bois de chez Prodema) tient lieu de soubassement doux au toucher, tandis qu’un revêtement de sol extérieur en caoutchouc synthétique amortit les chutes des bambins.

Chantier à l’ancienne. « J’ai pris les matériaux avec lesquels tout le quartier est construit : pierre de taille et zinc (ici, pierre fine de Noyant en provenance des carrières de Saint-Pierre-Aigle et Quartz-Zinc de VM Zinc). C’est une vraie pierre porteuse de 30 cm d’épaisseur sur laquelle s’appuient les planchers. Et je les ai traités de manière contemporaine, avec de grandes fenêtres toute hauteur », explique l’architecte.

Pour les grands vitrages, Gaëtan Le Penhuel a fait fabriquer des garde-corps en tôle thermolaquée, percée de motifs végétaux d’où les enfants peuvent voir l’extérieur comme au travers d’un moucharabieh. Enfin, à matériaux historiques, organisation de chantier également historique : ici, pas de grue ! C’est par une porte étroite que matériaux et outils ont été acheminés à dos d’homme, pour ne pas perturber la quiétude du passage privé.

PHOTO - TECH Krech OUV.eps
PHOTO - TECH Krech OUV.eps
PHOTO - TECH Krech 5.eps
PHOTO - TECH Krech 5.eps
PHOTO - TECH Krech 2.eps
PHOTO - TECH Krech 2.eps
PHOTO - TECH KRECH 3.eps
PHOTO - TECH KRECH 3.eps
Fiche technique

Maîtrise d’ouvrage : Ville de Paris, Direction de la famille et de la petite enfance (DFPE).

Maîtrise d’ouvrage délégué : SemPariSeine.

Maîtrise d’œuvre : Gaëtan Le Penhuel, architecte. Samuel Rose (suivi de chantier). Iratome, BET et économiste.

Entreprise générale : Bouygues Bâtiment Ile-de-France Ouvrages Publics. Sous-traitants : Coba France (façade pierre), France 2000 (menuiserie extérieure), Pélisson (agencement), Sauvageon (serrurerie).

Surface : 1 272 m2 HON.

Coût des travaux : 2,80 millions d’euros HT.

Commentaires

Equipement éducatif Une crèche contemporaine dans un quartier historique

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

Code pratique du patrimoine et de l’intervention sur le bâti existant

Code pratique du patrimoine et de l’intervention sur le bâti existant

Livre

Prix : 75.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX