Réalisations

Epopée des projets d’architecture à l’export (3/4) : pont Zhong Sheng Da Dao en Chine

Mots clés : Architecte - Architecture - Ouvrage d'art

Le Moniteur.fr vous propose de suivre un itinéraire estival parmi quelques réalisations conduites hors de France par des architectes friands de construire à l’international. Aujourd’hui : embarquement immédiat pour Tianjin avec Marc Mimram.

Depuis douze ans qu’il construit en Chine, Marc Mimram a acquis des rudiments de la langue, mais il a surtout su prendre la mesure des usages. Dans ce pays où les « guanxi » – à savoir, les relations et l’art de les entretenir – sont primordiales, l’architecte français a installé une agence à Tianjin et a créé « du relationnel. Ce qui ne veut pas dire qu’on en comprend toujours très bien les règles », reconnaît-il. Dans ce contexte, il a trouvé la voie pour établir le contact avec ses clients potentiels.

Plutôt que de prendre part à des concours à l’issue incertaine, comme il l’a fait pendant dix ans, Marc Mimram agit, dit-il, « en parallèle des compétitions. Je vais voir les maîtres d’ouvrage pour comprendre leur méthode et je propose une esquisse, juste un dessin au stylo vert. » Si l’exercice est téméraire, il peut être payant. Il lui a notamment permis de décrocher le projet de construction du pont Zhong Sheng Da Dao qui, dans la zone urbaine de Tianjin, au nord-est du pays, permet aujourd’hui de desservir la « Ville écologique de Sino-Singapour », un projet urbain dont le développement en cours est porté par les deux pays.

 

Coupoles inversées en voile de béton mince

 

« Construit en trois ans » et livré en 2012, l’ouvrage, nominé dans la sélection du grand Prix Afex 2014, apparaît comme un long nuage laiteux flottant au-dessus d’un lac artificiel. Ce pont double est constitué de grandes coupoles inversées en voile de béton mince, coulé en place. « Pour obtenir cette géométrie complexe de coques à double courbure, nous avons utilisé un coffrage d’acier très sophistiqué, fait de milliers de petites pièces », explique Marc Mimram. Selon lui, de tels chantiers ne sont quasiment possibles qu’en Chine, où existe une convergence rare entre main d’œuvre bon marché et haut savoir-faire technologique. Mais pour l’architecte, il est aussi question d’ambition : « les ouvrages qui se construisent affirment la volonté des Chinois de marquer l’époque à travers des projets innovants. Pour cela, j’aime travailler là-bas. »

 

Cet article, publié dans « Le Moniteur » n°5778 du 22/08/2014, fait partie d’un feuilleton consacré aux architectes français à l’export dont les sept épisodes s’échelonneront jusqu’au vendredi 29 août.

Focus

Fiche technique

Maîtrise d’ouvrage : Compagnie d’investissement et de développement de la ville écologique de Sino-Singapour à Tianjin.

Maîtrise d’œuvre : Marc Mimram, architecte et ingénieur. BET : Marc Mimram Ingénierie (structure).

Montant des travaux : 25 millions d’euros.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X