En direct

Eolien en mer: comment le gouvernement veut accélérer
- © © EDF

Eolien en mer: comment le gouvernement veut accélérer

Jessica Ibelaïdene avec AFP |  le 14/06/2019  |  Loire-AtlantiqueNordEolienEnergies renouvelablesENR

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Vie du BTP
Loire-Atlantique
Nord
Eolien
Energies renouvelables
ENR
Valider

Lors d'un déplacement à Saint-Nazaire sur le thème de l'éolien en mer, François de Rugy, a évoqué la volonté du gouvernement de développer davantage les parcs marins. Et en a aussi profité pour annoncer le lauréat désigné pour la construction et l'exploitation du futur parc au large de Dunkerque, dans le Nord.

Le 14 juin 2019, le ministre de la Transition écologique, François de Rugy, s'est rendu sur les chantiers de l'Atlantique, à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique). Ce déplacement sur le thème de l'éolien en mer devait être l'occasion de visiter l'usine General Electric de Montoir-de-Bretagne. Mais une manifestation de dockers, agents portuaires et salariés de la centrale à charbon de Cordemais, dont la fermeture est programmée à brève échéance, a justifié un changement de programme et de lieu.

Le ministre a malgré tout profité de ce déplacement pour annoncer que le groupement EDF renouvelables, Innogy et Enbridge avait été retenu pour la construction et l'exploitation du parc éolien en mer au large de Dunkerque (Nord). Il a aussi évoqué une hausse de l'objectif de développement de l'éolien en mer.

Sur le même sujet L'émergence contrariée des éoliennes en mer

Un tarif inférieur à 50 €/MWh

Alors que sept offres avaient été déposées pour le parc dunkerquois, le choix s'est porté sur EDF notamment en raison du tarif proposé. "Notablement inférieur à 50 €/MWh", ce prix est garanti pendant vingt ans, a indiqué le ministre.

D'une puissance de près de 600 MW, avec environ 45 éoliennes, ce parc éolien en mer du Nord doit permettre de fournir en électricité l'équivalent de 500 000 foyers à partir de 2026. "Il s'agit d'un tarif comparable aux meilleurs résultats européens, qui démontre la compétitivité de la filière française de l'éolien marin", a estimé François de Rugy.

Objectif : 1GW par an

Le ministre a aussi affirmé que l'objectif fixé dans la programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE) avait été augmenté à 1 GW par an pour les énergies marines renouvelables. "Au lieu des 700 MW", a-t-il rappelé, confirmant les annonces du Premier ministre, Édouard Philippe, lors de sa déclaration de politique générale le 12 juin.

Comme prévu, et malgré l'annulation de la visite de l'usine General Electric qui doit produire les 80 éoliennes, François de Rugy a aussi lancé ce jour le projet de parc éolien en mer, au large de Saint-Nazaire, validé par le Conseil d'Etat le 7 juin. Avec une mise en service prévue en 2022,  elles doivent couvrir 20% de la consommation électrique de la Loire-Atlantique et générer 8M€ par an de recettes fiscales pour les collectivités locales et les pêcheurs, a souligné le ministère dans un communiqué.

Trois appels d'offres pour des parcs éoliens flottants

"Ce sont deux annonces extrêmement positives, a réagi auprès de l'AFP Pauline Le Bertre, déléguée générale de France énergie éolienne, qui rassemble les professionnels de la filière. Cette évolution confirme que l'éolien en mer comme terrestre est une filière compétitive, mature, qui présente un intérêt majeur pour la transition énergétique et les territoires", a-t-elle ajouté.

Le lancement de trois appels d'offres a par ailleurs été officialisé. Ils concernent tous des parcs éoliens flottants commerciaux, "une première en Europe" selon le ministre. Le premier parc, dans le sud de la Bretagne, compte une vingtaine d'éoliennes (250 MW) pour 2021. Les deux autres de 250 MW chacun également sont lancés en Méditerranée dans les régions Occitanie et Provence-Alpes-Côte d'Azur.

"Ces champs éoliens auront vocation en cas de bonne performance sur les tarifs à être étendus ultérieurement pour atteindre plus de 750 MW permettant de profiter de raccordements électriques mutualisés", précise le ministère de la Transition écologique. Et d'ajouter que "des volumes additionnels d'éolien posé" seraient également construits, "avec le lancement d’un nouveau projet au large d’Oléron d’une taille à déterminer entre 500 et 1000 MW". Après de longs mois, voire années de flottement, le vent tournerait-il plus favorablement pour la filière?

Commentaires

Eolien en mer: comment le gouvernement veut accélérer

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Comprendre simplement les marchés publics

Comprendre simplement les marchés publics

Date de parution : 10/2019

Voir

Droit de l'immobilier en 100 fiches pratiques

Droit de l'immobilier en 100 fiches pratiques

Date de parution : 10/2019

Voir

Précis du droit de la commande publique

Précis du droit de la commande publique

Date de parution : 10/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur