En direct

Environnement Des usines de traitement de déchets bien intégrées dans leur territoire
PHOTO - AME 69 INIT GB.eps - © photos JEAN-ROBERT MAZAUD/S’PACE

Environnement Des usines de traitement de déchets bien intégrées dans leur territoire

Hugues Boulet |  le 18/09/2008  |  ArchitectureEnvironnementFrance entière

Pour rattraper son retard en matière de recyclage des déchets ménagers, l’Angleterre a fait appel à S’pace, une agence d’architecture française spécialisée dans ce domaine. Objectif : réaliser en un temps record des usines de traitement bien intégrées dans leur environnement et acceptées des riverains.

Offrir beauté et harmonie là où l’on n’attend que nuisances et laideur. Rendre séduisants des équipements indispensables – les usines de traitement et de valorisation des déchets – mais que personne ne veut voir s’installer à côté de chez lui. Tel est le credo de l’agence d’architecture S’pace, fondée en 1980 par Jean-Robert Mazaud. Ce dernier a longtemps fait figure de pionnier en défendant l’idée d’une architecture ambitieuse et intégrée à son environnement, afin que ces bâtiments soient mieux acceptés des populations avoisinantes.

Le concept a d’abord séduit en France, notamment en région parisienne avec l’usine de Cergy-Pontoise en 1990 ou celle d’Ivry-sur-Seine en 1998. « Avec ces réalisations, j’ai voulu montrer que les infrastructures industrielles n’étaient pas condamnées à la forme du cube et à l’utilisation de bardages, qu’il ne fallait pas en évacuer le caractère sensible car des personnes vivent à proximité ou passent devant… »

Faire accepter les usines

Au moment où une directive européenne, en cours d’adoption, fixe comme objectif le recyclage de 50 % des déchets ménagers d’ici à 2020, l’agence S’pace est de plus en plus amenée à travailler dans d’autres pays de l’Union, contraints de réaliser en un temps record des usines de traitements. L’Angleterre en particulier accuse un retard important. Pour le compte de Veolia Propreté, S’pace conçoit depuis plusieurs années dans ce pays des projets d’usines susceptibles d’être acceptés dans un délai relativement court, non seulement par les collectivités locales, maîtres d’ouvrage, mais aussi par le planner. Cet intermédiaire entre le maître d’ouvrage et le constructeur, dont l’équivalent n’existe pas en France, a pour mission de vérifier que l’intérêt public est respecté. Il peut même bloquer un projet s’il considère que la population n’y adhère pas. La première réalisation britannique de S’pace a été l’usine Veolia de Portsmouth en 2005. « Ce centre de tri et d’incinération se situait à moins de 200 m d’une école, d’où une forte réticence de la population. J’ai donc conçu une architecture s’inscrivant en milieu urbain, avec une façade de ville plutôt qu’industrielle », explique Jean-Robert Mazaud.

A Marchwood, il s’agissait d’un bâtiment à réaliser dans un environnement industriel très exposé. L’usine de valorisation énergétique est située le long de l’estuaire de Cowes, en face d’immeubles de bureaux et de nombreux bateaux de plaisance, notamment les paquebots de croisière de Southampton, qui passent devant pour rejoindre la mer. « Ce projet a pris la forme d’un dôme recouvrant la totalité de l’équipement technique. Inaugurée en 2007, l’usine figure à présent sur le site Internet de la ville, parmi les monuments à visiter », souligne l’architecte. Pour l’usine d’incinération de Newhaven, dont le chantier vient de commencer, « nous sommes en limite d’un parc naturel d’intérêt national, le long d’une zone résidentielle et d’entrepôts. J’ai choisi de faire un objet longiligne, pour rester parallèle au fleuve et aux grandes lignes du paysage. Nous avons aussi choisi d’enterrer le projet de 16 m afin d’adoucir la construction, qui épouse la zone naturelle. »

Quant au centre de tri et de transfert de Brighton, en construction, il se situe en plein milieu de la ville, sur un ancien marché. « Le choix final s’est traduit par trois bâtiments en forme de galets, sans angle vif et qui ne ressemblent pas à des entrepôts afin de ne pas agresser le riverain », explique Jean-Robert Mazaud.

PHOTO - AME 69 INIT GB2.eps
PHOTO - AME 69 INIT GB2.eps

Commentaires

Environnement Des usines de traitement de déchets bien intégrées dans leur territoire

Votre e-mail ne sera pas publié

Librairie du Moniteur

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Amélioration et renforcement des sols - AMSOL - Tomes 1 et 2

Amélioration et renforcement des sols - AMSOL - Tomes 1 et 2

Prix : 0.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur