En direct

ENTRETIEN PATRICK ARLIN « Le patrimoine régional est en danger de mort »

JEAN-MARC MATALON |  le 05/12/1997  |  ConjonctureCollectivités localesPatrimoine

Le délégué régional du Groupement des entreprises de restauration de monuments historiques * se réjouit du rétablissement des crédits du patrimoine.

Quelles seront les conséquences du retour à la situation budgétaire d'avant 1996 sur les entreprises de votre secteur ?

patrick arlin. Nos entreprises ont été déstabilisées par la coupe budgétaire de 1996. Dans notre région, cette amputation s'est traduite par la perte globale d'un marché de 70 millions. Plusieurs PME ont dû licencier, et des investissements ont été brutalement stoppés. L'annonce d'un rétablissement des enveloppes consacrées à la restauration a donc été ressentie comme un véritable soulagement. Cependant, les crédits réaffectés à notre activité ne seront pas disponibles avant 1998, voire 1999. D'ici là, les difficultés s'accumulent pour des entreprises dont la trésorerie est plus que tendue.

Quelles mesures préconisez-vous pour sortir de cet état de crise ?

Un plan d'urgence est nécessaire pour permettre à notre secteur d'activité de sortir la tête de l'eau. Il faut d'abord mettre un terme au système pervers qui tire perpétuellement les prix du marché vers le bas.

Les entreprises étouffent, et la qualité du travail s'en ressent. En outre, nous ne pouvons plus gérer nos entreprises en fonction des variations brutales de la commande publique. Nous avons besoin d'une plus grande lisibilité économique. Enfin, il faut veiller à ce que le savoir-faire de nos ouvriers ne soit pas sacrifié aux aléas de la conjoncture. La spécificité de notre métier réside dans la longueur de la formation des hommes. Si demain le marché devait se développer, je suis persuadé que nous aurions des difficultés à répondre immédiatement à la demande. Un compagnon ne se forme pas en un an ou deux. Son habileté représente une valeur ajoutée qu'il faut préserver à tout prix.

La restauration de monuments historiques représente pourtant un marché très important dans la région...

Un marché d'autant plus important que le patrimoine régional est aujourd'hui en danger de mort. Un grand nombre de sites ne peuvent plus se contenter de mesures d'entretien courant. Ces monuments ont un besoin urgent de gros travaux de restauration sous peine de ne pouvoir rester ouverts au public. L'Etat devrait se persuader que le manque à gagner touristique pèserait lourdement sur l'économie. Aujourd'hui, restaurer un théâtre antique ou un château, ce n'est pas simplement sauvegarder un patrimoine. C'est aussi investir pour l'avenir.

* Le Groupement régional rassemble une dizaine de PME en Paca et représente 3 400 emplois, principalement des maçons hautement qualifiés et des tailleurs de pierre.

Commentaires

ENTRETIEN PATRICK ARLIN « Le patrimoine régional est en danger de mort »

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

Code pratique du patrimoine et de l’intervention sur le bâti existant

Code pratique du patrimoine et de l’intervention sur le bâti existant

Livre

Prix : 75.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX