En direct

ENTRETIEN JO SPIEGEL « L'horizon s'éclaircit pour le bassin potassique »

jacques trentesaux |  le 21/03/1997  |  FiscalitéDirective européenneFrance entièreHaut-Rhin

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Fiscalité
Directive européenne
France entière
Haut-Rhin
Valider

Le président de la communauté de communes (1) du bassin potassique décèle des signes encourageants.

Signature d'un accord-cadre, annonce de grosses implantations, fonds structurels européens en hausse : les bonnes nouvelles tombent enfin. Comment l'expliquez-vous ?

JO SPIEGEL. Nous récoltons le fruit d'un travail en profondeur. Depuis deux ans, nous avons mis en place les outils contractuels d'aide à la reconversion et à la réindustrialisation du bassin avec l'Etat, les collectivités locales et l'EMC, maison-mère des Mines de potasse d'Alsace. L'objectif est de créer 5 000 emplois avant 2004, date de la fermeture de la dernière mine de potasse, pour éviter que le taux de chômage du bassin potassique passe de 7 à 12 %.

L'implication de l'EMC, maison-mère des mines de potasse d'Alsace, vous paraît-elle suffisante ?

Depuis un an, je sens que l'état d'esprit change à l'EMC. La Sodiv (2), son bras armé, est montée en puissance. L'EMC s'est engagée directement dans les projets d'implantation par une aide technique (sondage des sols, raccordement en eau, etc.). Elle doit être l'opérateur principal de la reconversion du Bassin. Le projet de stockage de déchets ultimes StocaMine doit ainsi rester dans son giron. Il faut enfin que la prochaine étape soit celle de la construction de l'usine de traitement du PET sur le BP.

Avec 300 ha de zones d'activités disponibles sur le bassin potassique, ne peut-on pas parler d'éparpillement ?

Il est nécessaire de distinguer la vocation de ces différentes zones. Les zones intercommunales sont prioritaires pour accueillir les entreprises structurantes. C'est le cas de l'Aire-de-la-Thur qui bénéficie d'atouts très attractifs avec ses 42 ha, son taux de taxe professionnelle de 6 %, son terrain à 55 francs/m2 et une très bonne accessibilité par la RD 430. Ces zones sont le levier de la démarche intercommunale de la Communauté de communes.

Le bassin potassique constitue-t-il une entité réelle ?

C'est la réflexion et le travail sur l'après-potasse qui fait son unité. La Communauté de communes est le bon niveau de décision pour y parvenir. En revanche, je pense qu'il nous faut revenir vers l'établissement d'un schéma de secteur en articulation avec Mulhouse et les têtes de vallées vosgiennes. Créer un schéma directeur propre au bassin potassique n'est pas une bonne idée car celui-ci ne constitue pas un territoire social à lui seul.

La Communauté de communes a-t-elle les moyens de sa politique ?

Notre budget d'intervention propre est passé de 1 à 4 millions de francs grâce à une forte augmentation de la fiscalité. Mais ce budget reste inférieur au plus petit budget communal de nos membres. Toutefois nous jouons un vrai rôle de levier : on estime que 100 francs récoltés auprès d'un contribuable du bassin potassique entraînent le versement de 400 francs de subventions diverses.

(1) La Communauté de communes du BP réunit 12 communes situées au Nord de Mulhouse représentant 58 000 habitants. (2) Sodiv : société de diversification du BP.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

170 séquences pour mener une opération de construction

170 séquences pour mener une opération de construction

Date de parution : 01/2020

Voir

55 outils pour la conduite de chantier

55 outils pour la conduite de chantier

Date de parution : 01/2020

Voir

Réhabilitation énergétique et mobilité urbaine

Réhabilitation énergétique et mobilité urbaine

Date de parution : 12/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur