En direct

Evénement

Entretien : JEAN MARTI, directeur du CF-BTP de la Sarthe « Le plus proche possible des entreprises »

le 23/05/1997  |  SartheApprentissage BTPProduits et matérielsEntreprisesGros œuvre

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Sarthe
Apprentissage BTP
Produits et matériels
Entreprises
Gros œuvre
Second œuvre
Equipement
Maison individuelle
Energie
Immobilier
Logement
Valider

Le directeur du CF-BTP de la Sarthe, au Mans, voit passer dans son établissement 800 jeunes par an, répartis dans les cinq grandes sections : gros oeuvre, fluides (électricité, plomberie, chauffage), finition (revêtement sols, murs), menuiserie-agencement et charpente-couverture.

En quoi votre centre est-il en pointe ?

Nous nous distinguons principalement par nos résultats au brevet professionnel : 100 % de résultats positifs au BP maçonnerie, 70 % en électricité, 92 % en peinture. Nous sommes généralement à 30 points au-dessus de la moyenne nationale. Sur les dix dernières années, le taux de placement est de 85 % en moyenne.

Quels sont les carences des formations actuelles ? Comment vous y adaptez-vous ?

L'une des spécialités sur laquelle nous devrons avancer est celle des courants faibles (inférieur à 220 w) : tout ce qui a trait à l'informatique, au câblage, à la surveillance des biens, à la sécurité des personnes, à la gestion du temps, etc. Nous attendons une habilitation pour créer une formation complémentaire d'un an dans cette niche d'activité en fort développement.

Y a-t-il un autre secteur en fort développement ?

Notre établissement dispose de la section régionale pour le Brevet professionnel en carrelage-mosaïque. Une spécialité qui monte, tant dans l'habitat individuel que dans les grandes surfaces, les piscines, les laboratoires, les cuisines, etc. D'autres secteurs devront aussi être développés comme la maçonnerie ou la peinture, un domaine qui fidélise le mieux les jeunes (75 %) qu'elle forme.

Avez-vous une méthode pour travailler avec l'entreprise ?

La formation dans le BTP est soumise à la concurrence. Il est donc nécessaire d'être le plus proche possible des entreprises pour exister. Nous estimons que cette proximité des entreprises passe par le rapprochement tuteur-formateur : les formateurs se déplacent, vont voir les jeunes en cours de formation. Inversement, les tuteurs viennent voir les jeunes en formation théorique. Par ailleurs, nous associons les entreprises à la validation du parcours des jeunes. En cours d'année, certains travaux sont validés par le formateur et l'entreprise.

Vous estimez que la formation évolue vers une autonomie accrue ?

La pyramide des âges montre un vieillissement de la main d'oeuvre dans le bâtiment, en dépit de la crise du bâtiment. Il vafalloir former davantage de jeunes et leur donner la volonté d'envisager des carrières d'entrepreneurs et non pas seulement de salariés.

PHOTO

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

170 séquences pour mener une opération de construction

170 séquences pour mener une opération de construction

Date de parution : 01/2020

Voir

55 outils pour la conduite de chantier

55 outils pour la conduite de chantier

Date de parution : 01/2020

Voir

Construire avec le bois

Construire avec le bois

Date de parution : 12/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur