En direct

Entretien avec Philippe Levaux, président de la SMA Vie BTP

DOMINIQUE LE ROUX |  le 23/11/2001  |  France Apprentissage BTPCollectivités localesTemps de travailEntreprises

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

France
Apprentissage BTP
Collectivités locales
Temps de travail
Entreprises
Formation continue
Travail
Valider

« Nous voulons répondre à une inquiétude légitime sur les retraites »

Philippe Levaux explique les raisons du développement de la SMA Vie BTP sur l'épargne retraite.

Sous votre présidence, La SMA Vie BTP a décidé de développer des produits d'épargne retraite. Pourquoi ?

PHILIPPE LEVAUX : Le sondage Le Moniteur/SMA Vie BTP confirme qu'il existe une inquiétude des entreprises et de leurs salariés sur les niveaux des retraites futures. Jusqu'à présent, nous proposions des produits d'épargne individuelle performants. Depuis 2001, nous voulons, au travers de mécanismes de retraite par capitalisation (loi Madelin et articles 83 et 82, voir notre dossier p.96), répondre aux besoins d'épargne-retraite des artisans et des entreprises du BTP. A ce jour, nous avons déjà plusieurs milliers de contrats.

Quel est l'objectif ?

Fournir aux entreprises un outil de fidélisation de leurs équipes. Le sondage le montre : le salaire stricto sensu et les primes restent le principal outil de motivation des salariés à court terme. Mais, à moyen terme, les entreprises cherchent à développer de nouveaux outils et l'artisan à s'assurer une rente complémentaire : l'épargne-retraite répond à ces besoins. Ainsi, les artisans et l'encadrement des PME peuvent, par ce biais, préparer leur retraite et atténuer les aléas qu'ils ont pu traverser dans leur vie professionnelle. En 2001, la collecte au titre de l'épargne-retraite a progressé de 45 % à la SMA Vie BTP et devrait représenter 12 % de notre chiffre d'affaires ; nous poursuivrons avec le même rythme de croissance.

Allez-vous vous positionner sur le marché de l'épargne salariale, autre marché en augmentation ?

Oui. Nous sommes techniquement prêts à gérer les fonds de l'épargne salariale, mais pour les petites entreprises, le dispositif Fabius est trop complexe. Dès qu'un accord paritaire sera signé, tout se fera en partenariat avec Pro BTP. Nos réseaux respectifs travailleront en synergie, comme ils le font avec succès sur d'autres produits. Je suis persuadé que sur ce marché, il y a de la place pour une action de nos deux organismes du BTP.

PHOTO : Philippe Levaux : «Les artisans cherchent à s'assurer une rente complémentaire.»

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil