En direct

Evénement

ENTRE MISSIONS TRADITIONNELLES ET NOUVELLES COMPETENCES MAYENNE Des marchés de gaz et d'électricité pour les PME locales

le 03/10/1997  |  PME du BTPMayenneCollectivités localesEnergieDroit du travail

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

PME du BTP
Mayenne
Collectivités locales
Energie
Droit du travail
Immobilier
Entreprises
Réglementation
Valider

Le syndicat départemental pour l'électrification et le gaz de la Mayen-ne vient de fêter ses 50 ans. Il réunit 21 syndicats intercommunaux et les villes de Laval et Château Gontier. Claude Le Feuvre, maire de Saint-Pierre Lacour, préside le SDEGM.

La Mayenne est le quatrième département français le plus mal desservi en électricité. D'où un programme de renforcement des réseaux de 93 millions de francs de travaux pour 1997, et autant pour 1998. Le SDEGM perçoit à la place des communes rurales la taxe communale d'électrification. En milieu urbain, ce sont les villes qui perçoivent 22 millions de taxes pour 1997.

« Le syndicat a compétence sur trois types de travaux, explique Marcel Colombano, responsable à la DDE du bureau d'électrification : les renforcements de réseaux (70 millions de francs en 1997), les travaux d'extension (13,7 millions en 1997), et l'effacement des réseaux à la demande des communes (8,9 millions). La subvention du Fonds d'amortissement des charges d'électrification (FACE) est de 46 millions, un effort exceptionnel qui doit permettre de rattraper les retards jusqu'au prochain inventaire de 1999-2000.

«Pour faciliter l'accès aux entreprises locales, poursuit Marcel Colombano, le syndicat opère par appel d'offres restreint, en découpant les lots de façon à équilibrer le montant des travaux et les secteurs géographiques.» Il y a 21 syndicats, huit lots pour 93 millions de francs de travaux. Si la demande de travaux est plus forte dans un secteur, les lots sont renforcés du simple au double sur 3 ans. Le prochain appel d'offre général sera lancé en 1998, sans doute sera-t-il ouvert comme l'oblige la législation.

«Pour être retenue, déclare le secrétaire général du SDEGM, l'entreprise doit afficher une capacité opérationnelle (bureau d'étude, travaux, matériel) et des références récentes de travaux exécutés pour des syndicats voisins » . En général, les entreprises les plus petites retenues disposent de 2 équipes et permettent d'assurer un renforcement de réseau par semaine» , conclut Marcel Colombano.

PHOTO :

Claude Le Feuvre, maire de Saint-Pierre, préside le SDEGM.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Guide de la commande publique

Guide de la commande publique

Date de parution : 11/2020

Voir

Le coût des travaux de bâtiment : Gros œuvre

Le coût des travaux de bâtiment : Gros œuvre

Date de parution : 11/2020

Voir

Le coût des travaux de bâtiment : Second œuvre - Finitions

Le coût des travaux de bâtiment : Second œuvre - Finitions

Date de parution : 11/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil