L'Actu

ENR : toutes sont à développer…

Les intervenants au petit-déjeuner débat BIP-Enerpresse consacré mardi aux énergies renouvelables ont été unanimes : toutes les ENR méritent d’être exploitées pour répondre aux défis énergétiques et environnementaux.

« Aux yeux des Pouvoirs publics, les ENR sont toujours bonnes à prendre puisqu’elles contribuent à la fois à la préservation de l’environnement et à la sécurité d’approvisionnement « , a rappelé Richard Lavergne, le chargé de mission Énergie-climat auprès de la Commissaire générale au développement durable. Encore faut-il les
développer de manière judicieuse. Le directeur marketing et innovations de Primagaz, François Chatelain, a ainsi appelé les professionnels à étudier de manière globale les gains possibles en matière d’efficacité énergétique. Il peut-être plus efficace de mieux isoler une maison plutôt que d’y installer des panneaux solaires, a-t-il expliqué.
Mais développer judicieusement les ENR, c’est aussi prévoir le cadre réglementaire adéquat. L’éolien, par exemple, est « une technologie mature mais il faut que les régulations favorisent son développement », a souligné la directrice du développement durable et de l’environnement d’EDF, Claude Nahon, rappelant que la réglementation est plutôt très favorable au solaire en France. « Il faut que les Pouvoirs publics prévoient les financements permettant aux ENR d’atteindre leur maturité financière, une fois leur maturité technologique atteinte », a-t-elle poursuivi. « Le principal défaut de l’énergie solaire reste aujourd’hui son coût », a de fait constaté Gilles Cochevelou, directeur R&D de la branche gaz et énergies nouvelles de Total. Cela n’a pas empêché le groupe pétrolier de faire du solaire l’une de ses trois priorités en matière d’énergies nouvelles, aux côtés de la biomasse et du charbon propre. Ces deux derniers pourraient représenter une production mondiale non
négligeable de 5 millions de barils par jour de produits liquides en 2020, a affirmé G. Cochevelou. « Il est [donc] indispensable de développer les biocarburants, en veillant bien sûr à respecter l’environnement », a confirmé le président du SER (Syndicat des énergies renouvelables). Pour André Antolini, les ENR présentent aussi un intérêt de poids en ces temps de crise, en pouvant être « l’un des leviers du rebond de l’activité économique ».

enerpresse

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X