En direct

Enquête exclusive Le Moniteur - Pro BTP : Les artisans prennent d’assaut l’Internet mobile
Prix Smart Entrepreneur, remise des prix le 29 novembre - © © DR

Enquête exclusive Le Moniteur - Pro BTP : Les artisans prennent d’assaut l’Internet mobile

le 28/11/2012  |  ArtisansNumériqueCommunicationInternationalFrance

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Entreprises
Artisans
Numérique
Communication
International
France
Valider

Le Groupe Moniteur et Pro BTP organisent conjointement la 1ère édition du prix Smart Entrepreneur où la remise des prix se déroule jeudi 29 novembre au Lido. A l'occasion de cet évènement, une étude "Les artisans et l'Internet mobile" a été réalisée. Parmi les principaux enseignements à souligner : L’accès à Internet fait partie du quotidien des entreprises du BTP. L'Internet sur smartphone et tablette se développe tout juste, mais les applications métiers sont encore balbutiantes.

La fin d’un cliché. Si l’enquête de PRO BTP, réalisée pour le Groupe Moniteur, sur «?les artisans et l’Internet mobile?» n’avait qu’un seul mérite, ce serait celui d’en finir avec les stéréotypes qui collent aux entreprises artisanales du BTP en matière d’Internet. En effet, près de 80?% des artisans et des TPE disposent d’un accès Internet via un ordinateur, un smartphone ou une tablette. La quasi-totalité d’entre eux sont équipés d’un téléphone portable, dont un tiers de smartphones. La croissance de ce dernier est loin d’être terminée, puisque, prédit Alexandre Bertin, responsable d’études chez AEC, agence qui avait réalisé une étude sur le même thème en Aquitaine en 2010, «?la part des smartphones va passer de 33?à 50?% d’ici à deux ans.?»

Le taux d'équipemement
Le taux d'équipemement - © © DR

Pourtant, il convient de nuancer car des différences existent entre artisans. Le gros œuvre affiche un taux d’équipement plus faible, notamment pour les smartphones. «?L’écart est important entre les entreprises individuelles et celles qui ont des salariés?», souligne Étienne Pavard, responsable des médias numériques chez PRO BTP. L’âge et le métier ont également une influence?: plus on est âgé, moins on s’équipe, surtout dans le gros œuvre.
A contrario, plus l’entrepreneur est jeune, et plutôt dans des métiers de second œuvre ou de second œuvre technique, plus il investit.

Il existe peu de services adaptés

La fréquence d'utilisation
La fréquence d'utilisation - © © DR

Si les artisans se sont ouverts à ces nouvelles technologies, les usages qu’ils en font restent identiques en bien des points à ceux des particuliers. Le smartphone est ainsi utilisé pour des fonctions généralistes?: 91?% des utilisateurs lisent ou envoient des SMS ou MMS, 85?% consultent leur messagerie électronique, 72?% la météo et 63?% un annuaire professionnel type Pages Jaunes. «?Nous nous attendions à des usages plus spécifiques, commente Étienne Pavard. Or il existe peu de services à l’attention de cette cible, ou mal adaptés et assez peu efficaces. Les artisans cherchent des outils très proches de leur métier.?»

Les lieux de connexion
Les lieux de connexion - © © DR

Même si des artisans transmettent des photos de chantiers à leurs clients ou les présentent sur une tablette, il manque encore des instruments de simulation pour travailler sur des graphiques, projeter des plans, consulter des catalogues de matériaux ou encore établir des devis chez le client… Pour Fabrice Moncaut, directeur marketing et communication de Kiloutou, le Web doit être un élément facilitateur pour l’utilisateur, sans que cela se fasse au détriment du contact de terrain?: «?L’évolution du BtoB passe par
la simplification des parcours d’achats ou du parcours client. Ce marché se développe aux États-Unis. Ici, il est à peine émergeant.?» Le chemin est encore long pour qu’équipements, services et usagers convergent. Comme l’indique Gabriel Degott, fondateur de Cimbat.com «?peu à peu, apparaissent des outils plus rationnels, avec des versions mobiles pour sites Web, qui proposent des éléments concrets, comme l’Avis technique, guides de mise en œuvre, contact du négoce le plus proche… Mais nous n’en sommes qu’aux premiers balbutiements.?» Les industriels, les négociants et les concepteurs d’applications sont prévenus.

Le point de vue des professionnels

Etienne Pavard, responsable des médias numériques PRO BTP

  « L'usage des artisans n'a encore rien de spécifique. Le taux d'équipement reste lié à l'âge de l'entrepreneur, de ses salariés, et du type de métier exercé. Si le niveau d'usage paraît faible, c'est en raison du déficit d'équipements et de services adaptés. L'utilisation massive ne viendra qu'avec la pertinence des services proposés. C'est ce à quoi nous travaillons. »

Eric Dreyer, directeur de Tout Faire SA

« Les résultats de l'enquête soulignent combien le développement des nouvelles technologies auprès des artisans et l'immédiateté pour eux de l'information auront un impact dans notre manière de faire du commerce. Tout Faire Matériaux a déjà mis en œuvre des actions d'e-mailing « ActuPros » à destination de ses clients professionnels, leur permettant ainsi de profiter d'offres promotionnelles mensuelles en direct. »

Fabrice Moncaut, directeur marketing et communication du groupe Kiloutou

« Cette étude bat en brèche l'idée que les artisans sont toujours les derniers à utiliser l'Internet mobile. L'usage du smartphone et l'émergence de la tablette en attestent. L'entreprise artisanale du XXI e siècle est connectée et nous assistons au début d'une vague à laquelle nous participons dès aujourd'hui. »

David Morales, en charge des questions informatiques à la Capeb (président de l'UNA métiers techniques du plâtre et de l'isolation)

« Tous les artisans disposent d'un ordinateur et sont joignables par téléphone portable. Ils se sont adaptés et ont trouvé là de nouveaux outils pour exercer leur métier. Pour le moment, les applications disponibles sur smartphone et tablette - pour la plupart grand public - sont encore un peu fragiles. La révolution sera celle de Windows 8 avec des applis qui s'adapteront indifféremment aux ordinateurs, smartphones et tablettes. »

Monique Montal, présidente nationale des groupes Femmes de la FFB

« Cette enquête est conforme à ce que j'observe sur le terrain. Le quotidien des artisans se transforme avec les tablettes. Elles sont fonctionnelles pour l'entrepreneur qui peut facilement réaliser devis, facturations ou présenter son book à ses clients. C'est aussi un support intéressant pour communiquer avec l'architecte. Cet outil offre un gain de temps et ceux qui n'en possèdent pas encore y viendront rapidement. »

Ludovic Bianciotto, directeur commercial de Mobil'Outils

« L'artisan est informatisé. Nous le savions en lançant Mobil'Outils. Et, de façon logique, les artisans utilisent les produits dans l'ordre où ils ont été démocratisés sur le marché. La marge de progression du bureau mobile est importante et synonyme de gain de productivité. Pour certains travaux, comme en maintenance, c'est la possibilité d'établir un devis, réaliser les travaux et facturer sur place. »

Olivier Diard, délégué général de la Fédération des Scop du BTP

« Cette enquête montre des artisans équipés. La marge de progression reste grande : en termes d'image auprès des clients, et pour gagner du temps. La part de ceux qui ne disposent d'aucun équipement est faible. Elle montre que notre secteur est composé de gens qui s'adaptent et utilisent les nouvelles technologies, même si la question de l'investissement constitue encore un frein. »

QUESTIONS à - Alexandre Bertin, responsable des études chez AEC (1) « Les artisans doivent être accompagnés et formés » Quels enseignements tirez-vous de cette enquête ?

Alexandre Bertin : Elle confirme en de nombreux points que le secteur du bâtiment est, parmi ceux qui relèvent de l'artisanat, celui qui est le plus en avance en matière de technologie à usage professionnel. La porosité est très forte entre équipement personnel et usage professionnel, surtout pour les petites structures. Leur outil personnel est utilisé à des fins professionnelles. Résultat : les frontières s'estompent. C'est le phénomène « bring your own device » ou BYOD (apportez votre propre appareil)

Le type d'équipement et la fréquence d'utilisation sont-ils cohérents ?

AB : Il n'est pas étonnant que l'ordinateur fixe ait encore la préférence des artisans, mais les outils de mobilité sont majoritaires. La poussée des smartphones est forte, peut-être en raison de l'activité liée au déplacement et le taux d'équipement va progresser très rapidement dans les deux ans. D'année en année, le tout tactile a supplanté la tablette avec stylet, parce que plus intuitif. En tenant compte du cycle de vie des équipements technologiques, le renouvellement du matériel va voir le fixe remplacé par les ordinateurs portables et autres outils de mobilité. L'enquête montre que 95 % des artisans du BTP sont équipés en outils TIC (Technologies de l'Information et de la Communication). Quant aux 5 % qui n'ont aucun équipement, auront-ils le choix avec la généralisation de la dématérialisation ?

Quels sont les enjeux pour les artisans du bâtiment ?

AB : L'offre conditionne les usages. Or, la demande des professionnels du secteur va croître avec un taux d'équipement en progression. Cela pose la question de l'accompagnement des artisans dans la maîtrise des applications et des logiciels métiers ainsi que les services qu'ils vont avoir à leur disposition. Si ce travail de formation n'a pas lieu, notamment via les chambres consulaires qui accompagnent les artisans, nous risquons d'assister à un retour en arrière en termes d'équipement et d&lsquousage. Si, par ailleurs, les solutions métiers n'existent pas, il convient de motiver les développeurs pour proposer des outils au service des artisans

(1) Agence régionale des initiatives numériques en Aquitaine

Commentaires

Enquête exclusive Le Moniteur - Pro BTP : Les artisans prennent d’assaut l’Internet mobile

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Concevoir et construire un immeuble de bureaux

Concevoir et construire un immeuble de bureaux

Date de parution : 02/2021

Voir

(Ré)investir les toits

(Ré)investir les toits

Date de parution : 11/2020

Voir

Marchés privés de construction : guide de rédaction des contrats

Marchés privés de construction : guide de rédaction des contrats

Date de parution : 11/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil