En direct

Enjeux de la dérogation : regards croisés du naturaliste et de l'urbaniste

Thomas Casalta Directeur Agence Visu |  le 29/10/2021

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Valider

Si le naturaliste se réjouit de la multiplication des demandes de dérogation « espèces protégées » (DDEP), cette multiplication peut poser question à l'urbaniste. Aussi bénéfique qu'elle soit vis-à-vis des écosystèmes permettant notamment de produire une cartographie dynamique des écosystèmes, la procédure de dérogation « espèces protégées » ne peut pas être initiée pour tous les projets. Seuls ceux dotés d'un caractère impératif d'intérêt public majeur y sont éligibles. Cette règle impose une approche différente de l'aménagement qui doit être compris par les territoires. Cette compréhension est essentielle pour éviter un moratoire sur la construction.

Urbanisation massive, artificialisation des sols, érosion de la biodiversité, autant de termes usés, répétés et [...]

Cet article est réservé aux abonnés Opérations Immobilières, abonnez-vous ou connectez-vous pour lire l’intégralité de l’article.

Déjà abonné

Saisissez vos identifiants

Mot de passe oublié ?
Se connecter

Pas encore abonné

En vous abonnant au Moniteur, vous bénéficiez de :

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil