En direct

Engie: « Seule, la donnée BIM n’a aucune valeur »
Raphaël Contamin, directeur de la BIM Factory d’Engie-Axima. - © Engie
Interview

Engie: « Seule, la donnée BIM n’a aucune valeur »

 Propos recueillis par Julie Nicolas |  le 10/05/2019  |  EngieMoniteur Innovation DayVie du BTPImmobilier

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

BIM
Engie
Moniteur Innovation Day
Vie du BTP
Immobilier
Valider

Raphaël Contamin, directeur de la BIM Factory d’Engie-Axima. Fort de deux ans d’expérience dans le Building information modeling (BIM) au service de la gestion des bâtiments, il partage les principaux enseignements qu’il en a tiré.

Quelle est votre expérience du BIM ?

Raphaël Contamin : La BIM Factory que je dirige a été mise en place en septembre 2017. Axima, qui opère historiquement dans la conception, la construction et la maintenance pour le bâtiment et l’industrie, utilisait déjà le BIM pour ses métiers de génie climatique, protection incendie et réfrigération. Nous avons entamé à l’époque un virage stratégique majeur afin de construire une offre BIM pour nos clients. Selon nous, le BIM va devenir une norme et représente donc un important potentiel de croissance.

Sur le même sujet Moniteur Innovation Day: découvrez le nouveau rendez-vous de l'innovation dans la construction

Quels enseignements tirez-vous de votre expérience ?

Nous disposons de tous les outils technologiques et logiciels permettant potentiellement de capter et de mettre à jour l’ensemble des données des bâtiments à travers les phases de conception, de construction et d’exploitation, jusqu’à la déconstruction. La technologie n’est donc plus un frein à la digitalisation massive des bâtiments.

En revanche, ces très nombreuses informations sur un ouvrage n’auront de valeur que grâce à l’intelligence du métier qui les accompagne. L’enjeu est maintenant de savoir sélectionner, structurer et combiner les bonnes données pour répondre à un besoin.

"Partir de l’expression du besoin des usagers"

Quelles sont les différentes données produites par les ouvrages ?

La transformation numérique du bâtiment ne se réduit pas au seul Building information modeling (BIM). Chaque édifice combine en réalité trois types de données : il y a d’abord, les données statiques issues de la maquette numérique, dans laquelle chaque équipement technique devient un « objet » numérique.

Viennent ensuite, les informations issues des capteurs et des automates. Nous parlons alors de « données dynamiques », qui permettent de surveiller l’ouvrage et d’assurer sa maintenance.

Enfin, ces données doivent être au service des usagers, qui produisent des « informations humaines », dans la mesure, où ils sont les seuls à pouvoir valider le bon fonctionnement des équipements dont le but principal reste la satisfaction de leurs besoins.

Sur le même sujet BIM : Engie signe un nouveau rachat et affiche ses ambitions

Comment utiliser le BIM de façon efficace ?

Il est primordial de partir de l’expression du besoin des usagers afin d’identifier quelles sont les informations à collecter pour y répondre au mieux. Il est inutile voire même coûteux et contre-productif de chercher à agréger toutes les informations produites par un ouvrage.

En revanche, une fois ces besoins clairement identifiés, le BIM permet de les structurer, de les fiabiliser, de les mettre à jour et enfin de les connecter avec les interfaces adaptées.

Comment combiner numérique et savoir-faire métier ?

Certains ont pu penser que le numérique allait remplacer les métiers techniques du bâtiment. En réalité, je constate un phénomène inverse. Certes, le déploiement du numérique implique de recruter des collaborateurs dotés de compétences digitales. Mais afin de répondre aux besoins des usagers, l’arrivée du BIM implique surtout de repenser la façon de travailler sur nos métiers historiques. La maintenance d’un bâtiment s’appuie chez Engie-Axima sur des binômes constitué par un expert du digital et un technicien métier.

"Ce sont bien les experts des usages qui sont indispensables, car les données seules n’ont aucune valeur"

Quels bénéfices en tirez-vous ?

Cette alliance doit permettre de décharger les techniciens de tâches peu valorisantes. Par exemple, 5 % de leur temps est passé à ressaisir des données perdues. L’objectif est ainsi de leur permettre de concentrer leurs interventions sur des tâches avec davantage de valeur ajoutée comme l’optimisation des performances énergétique des équipements.

A plus long terme, quels bénéfices voyez-vous dans l’association expert métier/expert digital ?

Pour un établissement culturel comme le Musée du Louvre, par exemple, un des enjeux principaux est la sécurité et le bien-être des visiteurs. Le BIM peut servir à mieux planifier les flux, en optimisant le positionnement des portiques d’entrée afin d'éviter les files d’attentes, par exemple. Les capteurs, eux, sont utilisés pour garantir la bonne conservation des œuvres. Enfin, les informations collectées sur les flux de visiteurs permettent d’ajuster la scénographie et les parcours pour améliorer leur confort.

Autre exemple, dans un hôpital, un espace qui est à la fois technique, ouvert et modulable, le BIM permet de vérifier le bon dimensionnement des installations, de faciliter la gestion du parcours des patients ou de garantir la sécurité sanitaire. Les échanges avec les chirurgiens permettent eux d’adapter la configuration spatiale des blocs opératoires à leur pratique.

La transformation digitale du bâtiment n’a donc pas tant besoin que ça de spécialistes du numérique. Ce sont bien les experts des usages qui sont indispensables, car les données seules n’ont aucune valeur.

Moniteur Innovation Day : inscrivez-vous!

 

Environnementale, numérique et sociétale : la construction vit ses trois révolutions. Pour mener à bien ces chantiers et accélérer l’innovation, Le Moniteur lance Moniteur Innovation Day, le 9 juillet 2019 à Station F Paris. Cette grande conférence, réunissant speakers français et internationaux de premier plan, start-up, investisseurs... sera entièrement dédiée aux sujets de l'innovation dans la construction, au sein des territoires, en France comme à l'international.

► Programme, inscription... Toutes les informations sont disponibles en suivant ce lien.

Commentaires

Engie: « Seule, la donnée BIM n’a aucune valeur »

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Voirie et réseaux divers

Voirie et réseaux divers

Date de parution : 10/2019

Voir

Comprendre simplement les marchés publics

Comprendre simplement les marchés publics

Date de parution : 10/2019

Voir

Droit de l'immobilier en 100 fiches pratiques

Droit de l'immobilier en 100 fiches pratiques

Date de parution : 10/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur