En direct

Enfants du désamour
PHOTO - 14102_856032_k2_k1_2012353.jpg - © BRUNO LEVY / LE MONITEUR

Edito

Enfants du désamour

Par Fabien Renou, rédacteur en chef |  le 20/07/2018  |  ParisEtatEdouard PhilippeAnru

Une naissance et une seconde vie. La semaine passée, le gouvernement a envoyé coup sur coup deux signaux positifs aux acteurs locaux. Promise depuis un an, l'Agence nationale de la cohésion des territoires a enfin été portée sur les fonts baptismaux. Sa création figurera dans la loi Elan et son fonctionnement est mieux connu : peu de ressources propres mais une forte déconcentration, pour être plus proche des collectivités.

L'autre bonne nouvelle s'apparente à une renaissance. Avec la validation des 10 milliards d'euros de budget tant attendus, l'Anru sort de l'ornière. Pour « voir des grues partout », l'idée est là aussi de redonner l'initiative au terrain : les décisions pourront désormais se prendre à l'échelle départementale.

Deux agences distinctes mais une démarche qui se veut commune : Paris ne parachute plus, Paris accompagne. « C'est aux villes de définir les stratégies de redynamisation de leur territoire.

Si l'Etat désargenté se repose sur des collectivités exsangues, les projets risquent de ne jamais voir le jour.

A chaque fois que l'Etat le fait pour elles, nous nous plantons. » C'est Edouard Philippe qui le dit.

Ces nouvelles relations Etat/collectivités peuvent être perçues comme un moyen de mieux calibrer les projets en fonction des attentes et des contraintes du terrain. Mais on peut également y déceler la volonté de refiler la patate chaude aux élus locaux. L'Etat, c'est vrai, n'a plus les moyens d'autrefois. Mais les collectivités, elles, sont-elles en mesure d'endosser leur nouveau rôle de catalyseurs ? Il est permis d'en douter. La semaine passée, toujours, elles étaient nombreuses à boycotter la Conférence nationale des territoires. Motif : le serrage de vis supplémentaire induit par la contractualisation qui leur est demandée… par le gouvernement.

Si l'Etat désargenté se repose sur des collectivités exsangues, les projets risquent de ne jamais voir le jour. Surtout si les deux parties ne se parlent pas. La brouille est totale, la clarification nécessaire. Et toutes les agences du monde n'y pourront rien. On ne rabiboche pas un couple qui bat de l'aile avec un bébé. Ni même deux.

 

Commentaires

Enfants du désamour

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Conduire son chantier en 70 fiches pratiques

Conduire son chantier en 70 fiches pratiques

Livre

Prix : 75.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Droit et gestion des collectivités territoriales - 2018

Droit et gestion des collectivités territoriales - 2018

Livre

Prix : 83.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Décrypter les finances publiques locales

Décrypter les finances publiques locales

Livre

Prix : 59.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur