En direct

Energie Un bâtiment « écosystème » faible consommation
DESSIN - Tech69 Wirecom4.eps - © doc dr

Energie Un bâtiment « écosystème » faible consommation

jean-jacques talpin |  le 18/09/2008  |  LoiretRéalisationsEnergieEnergies renouvelablesEurope

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Loiret
Réalisations
Energie
Energies renouvelables
Europe
Architecture
Valider

Pour son nouveau siège social, Wirecom Technologies a combiné une construction double peau, des énergies renouvelables et une régulation automatique par courant porteur qui permettent d’atteindre une consommation inférieure à 37 kWh/m2.an.

Jeune entreprise innovante créée en 2002 par l’ingénieur Thierry Allard, Wirecom Technologies a mis au point des solutions permettant de réduire les dépenses énergétiques dans les bâtiments. La technologie Wirecom repose sur des cartes électroniques et un logiciel de gestion alimenté par le réseau électrique (courant porteur en ligne CPL) pour optimiser l’éclairage, le chauffage, la climatisation, la maintenance.

Des murs de 70 cm d’épaisseur

Pour construire son siège social à Olivet au sud d’Orléans (Loiret), Wirecom devait, selon Thierry Allard, « construire un bâtiment de référence et une vitrine pour l’entreprise ». L’architecte Gilbert Autret a donc entrepris de réunir la plupart des technologies existantes pour réduire l’empreinte écologique du bâtiment : géothermie (par puits canadiens), aérothermie (sur PAC), solaire photovoltaïque, isolation, etc. Le bâtiment lui-même a été conçu comme un « écosystème » avec deux pavillons intérieurs insérés dans une enveloppe de verre. Ces pavillons sont construits en blocs de béton, avec deux murs de 20 cm séparés par une lame d’air et revêtus d’un bardage de pin naturel sur une isolation en laine de verre. Ces murs épais de 70 cm inspirés des murs Trombe (une paroi de verre et une paroi de béton) utilisent l’inertie de la paroi pour une restitution décalée dans le temps de la chaleur. De l’air tempéré qui provient de deux puits canadiens installés à l’extérieur à moins de deux mètres de profondeur circule dans ces murs. Les puits canadiens ont été instrumentés avec une centaine de capteurs pour optimiser la gestion des flux d’air qui se déplacent ensuite dans les murs à température quasi constante. L’air est ensuite dirigé vers quatre pompes à chaleur qui chauffent ou rafraîchissent les bureaux. Ces PAC ont été installées sur les toits des pavillons pour augmenter leur coefficient de performance et non comme d’habitude à l’extérieur des bâtiments.

Moins de 37 kWh/m2.an

Avec sa bulle de verre, le bâtiment pourrait vite devenir une serre et se révéler invivable l’été. Le maintien d’une température stable de 25 °C est assuré par la ventilation en jouant sur les effets venturi et canyon qui assurent des transferts naturels d’air. Ainsi, l’ouverture automatique de ventelles à la base du bâtiment et d’exutoires sur le toit assure l’effet venturi avec transfert d’air du bas vers le haut. À l’inverse, l’ouverture des grandes portes à l’arrière et à l’avant du bâtiment garantit l’effet canyon avec transfert d’air d’un côté à l’autre de la construction. Tout ce dispositif est commandé par une régulation automatique assurée par le système Wirecom qui détecte et agit intelligemment.

Le bâtiment est ainsi équipé de 243 cartes électroniques, de 182 capteurs et de 312 actionneurs. Tous ces équipements reliés par CPL en « réseau neuronal » permettent de traquer les économies, d’ouvrir les portes pour ventiler, de fermer les volets quand le soleil est trop fort, d’interrompre l’éclairage quand les bureaux sont vides, etc. Les toits ont par ailleurs été recouverts de 363 m2 de membranes photovoltaïques qui assurent l’étanchéité de la toiture et la production d’électricité. Ces membranes sont plus légères (20 kg/m2) que les panneaux solaires classiques et surtout ne nécessitent qu’un angle de 4 ° avec le soleil (45 ° pour des panneaux).

L’objectif initial était de parvenir à une consommation énergétique globale de 50 kWh/m2.an. Les premiers mois de fonctionnement donnent une fourchette encore meilleure, comprise entre 22 et 37 kWh/m2.an, en attendant d’aller encore en deçà dans un projet d’extension du bâtiment.

PHOTO - Tech69 Wirecom2.eps
PHOTO - Tech69 Wirecom2.eps - © photos J.-J TALPIN
PHOTO - Tech69 wirecom1.eps
PHOTO - Tech69 wirecom1.eps - ©
PHOTO - Tech69 Wirecom5.eps
PHOTO - Tech69 Wirecom5.eps - ©
L’EXPERTLaurent Bonnet, directeur du bureau d’études ECR-ECI

« Plus performant que sur le papier ! »

« Cette construction repose sur un maillage de différentes technologies existantes et que l’on maîtrise déjà parfaitement : il n’y a donc rien de révolutionnaire même s’il a fallu inventer de nouvelles relations entre les différentes techniques. Nous avons travaillé avec toutes les techniques mais aussi tous les matériaux : bois, verre, béton, acier. Le chantier était aussi une innovation permanente car rien n’était figé au départ, la réalisation a été une expérimentation permanente avec des résultats meilleurs que prévus. Ainsi, les puits canadiens permettent d’abaisser la température extérieure de 14 °C l’été alors qu’on n’avait prévu que 11 °C. Le bâtiment va rester en expérimentation pour tester, adapter, optimiser. Mais il est d’ores et déjà plus performant que ce qui avait été imaginé sur le papier. »

%%GALLERIE_PHOTO:0%%
Fiche technique

Maître d’œuvre : Gilbert Autret, architecte.

Bureaux d’études : ECI (Energie climatique ingénierie) et ECR (Europe concept et réalisation).

Principales entreprises intervenantes : Bordillon, Cance, BTPI, Espace plâtre, Actif, AOCM, ISI Elec, Sabard, Plenum, Maligner, Abraysienne.

Surface du bâtiment : 1 511 m2.

Construction : 8 mois (septembre 2007 - avril 2008).

Investissement : 2,1 millions d’euros.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Code commenté de la commande publique

Code commenté de la commande publique

Date de parution : 09/2019

Voir

Maisons individuelles passives

Maisons individuelles passives

Date de parution : 07/2019

Voir

Histoire de l’architecture agricole

Histoire de l’architecture agricole

Date de parution : 07/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur