Energie

Energie : qui est Idex, la pépite convoitée par Vinci ?

Mots clés : Efficacité énergétique - Enfance et famille - Entreprise du BTP - Gros oeuvre - Réglementation thermique et énergétique

Le n°3 français des services d’efficacité énergétique, qui réalise 860 M€ de chiffre d’affaires, pourrait céder sa branche « service » et son parc de réseaux de chaleur à un groupement composé de Vinci et de la Commonwealth bank of Australia.

 

Idex sur les tablettes d’un géant du BTP. Selon les Echos, Vinci s’est associé à First State Investments, la branche de gestion d’actifs de la Commonwealth bank of Australia, l’une des quatre plus grandes banques australiennes, pour racheter l’entreprise française valorisée autour d’un milliard d’euros.

Détenu depuis 2011 par le fond d’investissement français Cube Infrastructure, le troisième opérateur français du chauffage urbain avait confié en novembre dernier un mandat de vente à la banque RBC (Banque Royale du Canada) afin de lui trouver un nouvel actionnaire. Le groupe basé à Boulogne-Billancourt pourrait céder sa branche « Service » à Vinci, tandis que son partenaire australien serait intéressé par l’exploitation de ses 50 réseaux de chaleur et usine de méthanisation. Le quotidien économique cite également Cofely (Engie) comme prétendant possible.

 

Deux pôles d’activité

 

Fondée en 1963, Idex se revendique comme une entreprise familiale indépendante organisée autour de deux pôles d’activité. Le premier exploite 50 réseaux de chaleur et de froid urbain, 11 usines d’incinération et de méthanisation, 150 chaufferies biomasse et d’autres activités dans la géothermie.

Le second propose des services d’efficacité énergétique (gestion des installations thermiques des bâtiments, optimisation des équipements de production). L’année 2004 a marqué un tournant décisif dans le renforcement des capacités d’investissement d’Idex. Le fonds IK Investment Partners fait son entrée dans le capital à hauteur de 65%, ce qui permet à l’entreprise française de renforcer ses capacités d’investissement. Sept ans plus tard, la société cède 100% de son capital à Cube Infrastructure, un fond d’investissement français dédié à l’investissement de long terme dans les grandes infrastructures de service public, notamment dans l’énergie et l’environnement.

Le groupe qui emploie 3600 collaborateurs a vu son chiffre d’affaires grimper de 8% en 2017 pour atteindre 860 millions d’euros. 

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X