En direct

Energie Des consommations insoupçonnées dans les logements

FRANCOIS SAGOT |  le 19/09/1997  |  Réglementation techniqueLogementEquipementProduits et matérielsEnergie

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Réglementation technique
Logement
Equipement
Produits et matériels
Energie
Logement social
France
Immobilier
Réglementation
Technique
Valider

-D'après une étude menée dans le parc HLM, le poste principal de dépenses n'est plus le chauffage mais les appareils électroménagers.

Depuis le premier choc pétrolier intervenu en 1973, la France s'est dotée d'une réglementation thermique, à plusieurs reprises renforcée, destinée à maîtriser les consommations de chauffage. Or, d'après une étude menée dans le parc HLM par le cabinet Olivier Sidler pour le compte de l'Ademe (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie) et la Communauté européenne, il apparaît clairement que dans les logements récents construits après 1982, le chauffage n'est plus le poste de dépenses le plus important, sauf dans le cas de chauffage électrique.

Selon Olivier Sidler, « l'électroménager et l'éclairage sont souvent jusqu'à deux fois plus coûteux que le chauffage. Lors d'une campagne de mesures, les appareils électroménagers ont été remplacés par des matériels à faible consommation, disponibles sur le marché. Les résultats révèlent une économie moyenne d'électricité de 1 200 kWh par an et par logement, soit près de 40 % de la consommation initiale, ou encore 865 francs TTC ».

Ces chiffres découlent directement du renforcement de l'isolation des bâtiments. Ils montrent que, désormais, le gisement principal d'économie d'énergie des logements passe par une meilleure maîtrise des consommations des appareils électroménagers. Olivier Sidler cite, à l'appui, plusieurs exemples : « Les principales sources d'économie portent respectivement sur la production de froid, l'asservissement correct du circulateur des chaudières individuelles au thermostat d'ambiance, l'utilisation de lampes à basse consommation, la coupure de la mise en veille des appareils comme les téléviseurs ou les décodeurs. »

A l'heure où l'on parle de renforcement possible de la réglementation thermique, Alain Diaz Pedregal, consultant en énergie et architecture, remarque « qu'il ne faut plus uniquement optimiser le poste chauffage mais la facture énergétique dans sa globalité ».

Plus que jamais, les investissements constructifs liés à l'isolation des bâtiments doivent être mis en regard des gains escomptés en matière de consommation énergétique.

GRAPHIQUE

Evolution de la structure de la facture énergétique des logements neufs-performants

L'électroménager représente aujourd'hui près de 40 % de la facture énergétique globale et dépasse le poste chauffage, sauf lorsqu'il est électrique.

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil