En direct

En Vendée, sur la piste du Tigre

Marie-Douce Albert |  le 10/08/2018  |  CultureParisVendéeFrance entière

Mémoire -

Dans la maison natale de Georges Clemenceau, un musée expose sobrement 200 morceaux d'histoire.

Le Tigre a laissé des empreintes sur le sol de Vendée. Georges Clemenceau y est né, le 28 septembre 1841, dans le petit bourg de Mouilleron-en-Pareds. Il y repose, aux côtés de son père, dans le cimetière de Mouchamps. Et si celui qui fut médecin, journaliste et homme politique est mort à Paris le 24 novembre 1929, il passa une grande part des dix dernières années de sa vie dans la « bicoque » qu'il louait face à l'océan, à Saint-Vincent-sur-Jard. Cette maison pleine de charme conserve de nombreuses traces du « Père la Victoire » de 1918, comme son bureau, les souvenirs de ses lointains voyages et, en guise de tapis dans le salon d'été, une peau de… tigre.

« Illustre compatriote ». La maison natale, à 70 kilomètres dans les terres, à Mouilleron, a connu davantage de tribulations. Cette demeure cossue transformée en un musée, qui a été inauguré le 13 juin dernier par Emmanuel Macron et a ouvert au public trois jours plus tard, était celle des grands-parents maternels de Clemenceau. Il y a vécu ses premières années et y a passé les vacances d'été de son enfance. Puis la maison fut vendue, devint une boulangerie. Longtemps, seule la plaque que la municipalité avait fait apposer sur la façade dès 1919, « en témoignage de ses sentiments de fierté et d'admiration pour son illustre compatriote », évoquait ce passé.

A part cela, un petit musée, dans la mairie, rendait hommage à Clemenceau ainsi qu'au maréchal de Lattre de Tassigny puisque la commune compte deux héros parmi ses enfants. En 2005, le ministère de la Culture a acheté la fameuse maison et, (suite p. 24) à l'approche des commémorations de la Grande Guerre, le projet d'un musée était lancé. L'agence d'architecture nantaise Titan a été désignée en 2015 pour mener ce chantier, entre respectueuse restauration et aménagement contemporain.

Les espaces d'exposition sont répartis en petites pièces pour préserver une ambiance de logis familial.

Cette équipe jeune, depuis lauréate de la promotion 2018 des Ajap, n'avait jusqu'alors, de son propre aveu, pas une grande connaissance du personnage. Qu'importe. D'autant que Jean-François Bourasseau, secrétaire général du musée, assure : « Nous n'avons jamais voulu faire une institution pour clemencistes mais un lieu simple, pédagogique et qui sache parler à un public du XXIe siècle. »

Charme rustique. Il n'était pas plus question de reconstituer un décor disparu, avec berceau et autres meubles supposés authentiques, ni de créer un mausolée. Conservatrice générale du patrimoine, Marie-Hélène Joly raconte que « la collection d'origine comportait beaucoup d'objets commémoratifs ainsi que le masque mortuaire de Clemenceau. Mais nous ne présentons pas ce dernier. Nous souhaitions avant tout montrer ses idées et combien elles sont encore d'actualité. » Dans ce nouveau musée « historique, biographique et citoyen » sont ainsi exposés 200 objets et documents : des photos, des films, des caricatures et beaucoup de journaux d'époque, dont la célèbre une de « L'Aurore » arborant le « J'accuse » de Zola. Un titre trouvé par Clemenceau, alors éditorialiste du quotidien.

Le tout est présenté sobrement, dans du mobilier de bois clair. « Ces agencements sont contemporains et se “ décollent ” du contenant, la maison, pour montrer sans ambiguïté où sont les ajouts », explique François Guinaudeau, l'un des trois architectes associés de Titan. La matière d'origine, l'agence en a pris grand soin. Le bâtiment arbore toujours son apparence de solide maison de bourg et, à l'intérieur, les espaces d'exposition sont répartis en petites pièces pour préserver une ambiance de logis familial. De belles cheminées et les parquets à grosses lames de chêne de l'étage ont été remis en valeur. La rustique charpente, en chêne également, a été nettoyée et laissée apparente. Pour ce faire, la nouvelle isolation de l'édifice a été réalisée dans l'épaisseur de la toiture. Quelques éléments portent manifestement la patte de Titan, tels que la galerie de verre suspendue au-dessus de l'ancienne grange, la grande baie vitrée sur cour ou encore l'évanescent portail de métal blanc au fond du jardin, qui marque l'entrée principale du musée.

Mais leur intervention la plus radicale liée à Clemenceau, les architectes l'ont livrée en 2017, pour la maison de Saint-Vincent-sur-Jard. Peu après avoir remporté la consultation pour Mouilleron, Titan a en effet aussi été retenu par le Centre des monuments nationaux (CMN) pour réaliser le nouveau pavillon d'accueil de la « bicoque ». Il fallait être respectueux du paysage et faire « vendéen ». L'agence a donc recréé le volume de maisons locales mais l'a façonné entièrement en béton, du sol jusqu'au faîte. Cette coque extérieure, teintée dans la masse, varie du gris à l'orangé. Un peu comme le sable de la plage voisine selon qu'il est sec ou mouillé.

La semaine prochaine : la Maison des insectes à Carrières-sous-Poissy.

Maison natale, Mouilleron-en-Pareds

Maîtrise d'ouvrage : ministère de la Culture (service des musées de France), Drac Pays de la Loire. Maîtrise d'œuvre : Titan (architecte mandataire) ; Le Bureau baroque (scénographe) ; 8'18'' (lumière) ; De long en large (paysage). Surface : 600 m² SU. Principales entreprises : Benaiteau (maçonnerie), Cruard (charpente). Coût : 1,9 M€ HT.

Pavillon d'accueil, Saint-Vincent-sur-Jard

Maîtrise d'ouvrage : Centre des monuments nationaux. Maîtrise d'œuvre : Titan (architecte et paysagiste, mandataire) ; BET : Arest (structure) ; Inddigo (fluides). Surface : 125 m² SU. Principales entreprises : Henri Brunet (maçonnerie), Gaillard (menuiseries acier, serrurerie), Cajev (paysage). Coût : 500 000 euros HT.

PHOTO - 14417_870517_k2_k1_2045352.jpg
PHOTO - 14417_870517_k2_k1_2045352.jpg
PHOTO - 14417_870517_k4_k1_2045356.jpg
PHOTO - 14417_870517_k4_k1_2045356.jpg
PHOTO - 14417_870517_k5_k1_2045370.jpg
PHOTO - 14417_870517_k5_k1_2045370.jpg
PHOTO - 14417_870517_k6_k1_2045377.jpg
PHOTO - 14417_870517_k6_k1_2045377.jpg
PHOTO - 14417_870517_k7_k1_2045384.jpg
PHOTO - 14417_870517_k7_k1_2045384.jpg
PHOTO - 14417_870517_k8_k1_2045387.jpg
PHOTO - 14417_870517_k8_k1_2045387.jpg
PHOTO - 14417_870517_k9_k1_2045402.jpg
PHOTO - 14417_870517_k9_k1_2045402.jpg
PHOTO - 14417_870517_k10_k1_2045404.jpg
PHOTO - 14417_870517_k10_k1_2045404.jpg

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Isolation thermique durable des bâtiments existants

Isolation thermique durable des bâtiments existants

Date de parution : 12/2018

Voir

Code des juridictions financières

Code des juridictions financières

Date de parution : 12/2018

Voir

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

Date de parution : 12/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur