En direct

En terrain instable, une foreuse travaille sous surveillance automatique

Gilles Rambaud |  le 22/06/2012  |  France entièreLoiretIngénierieLoir-et-CherMatériel de chantier

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

France entière
Loiret
Ingénierie
Loir-et-Cher
Matériel de chantier
Loire
Valider

Dans le centre d’Orléans, près de la Loire, l’entreprise Charier réalise une paroi lutécienne au ras de bâtiments historiques.

«C’est un petit chantier, mais il est difficile », admet Georges Voileau, directeur d’agence chez Charier, en montrant une fouille. Effectivement le chantier n’est pas large, 900 m², mais c’est un concentré de matériels et de techniques. Charier y réalise les fondations spéciales d’un cinéma que construira l’entreprise Sabard. Situé à une dizaine de mètres de la Loire, le bâtiment jouxtera une église et son presbytère ainsi que de vieilles maisons du centre historique d’Orléans, le tout sur un terrain particulièrement instable. La fouille descend à - 9 m. La nappe phréatique, elle, se situe à - 9,5 m mais son niveau monte ou descend selon les variations du fleuve. L’étanchéité est cruciale : Charier réalise un caisson imperméable dans lequel Sabard viendra construire son ouvrage. Les voiles sont réalisés selon la technique de la paroi lutécienne : des pieux de 420 mm de diamètre sont forés dans le sol puis, au fur et à mesure de leur mise à nu lors du décaissement, ils sont reliés par un treillis métallique recouvert de béton projeté et confortés par des tirants.

Ancrages verticaux

Ces pieux sont forés par une imposante Soilmec SR65 de 400 ch et 72 t, équipée d’une tarière creuse qui descend à - 14 m au ras des bâtiments anciens dont la stabilité est approximative… « Nous avons installé des cibles partout sur les immeubles alentour. Une station totale (avec théodolite et télémètre) automatisée les pointe plusieurs fois par jour pour vérifier que rien n’a bougé. Si l’ordinateur constate un écart supérieur ou égal à 3 mm, il lance une alarme sur mon téléphone portable », explique Jean-Michel Couffin, responsable d’affaires chez Charier, qui dit ne pas avoir été réveillé au milieu de la nuit mais admet ne dormir que d’une oreille… L’enceinte réalisée, Charier s’occupera du fond de fouille. La grosse Soilmec réalisera les pieux porteurs et une foreuse plus petite, une SM 505, posera des ancrages verticaux. Ceux-ci seront reliés au ferraillage du futur radier qui sera ainsi « cloué » au sol et résistera à la poussée lors des montées des eaux. Charier a choisi pour ces ancrages des clous autoforants Ischebeck de 15 m de long et 30 mm de diamètre.

PHOTO - 645486.BR.jpg
PHOTO - 645486.BR.jpg - © Gilles Rambaud

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Code commenté de la commande publique

Code commenté de la commande publique

Date de parution : 09/2019

Voir

Histoire de l’architecture agricole

Histoire de l’architecture agricole

Date de parution : 07/2019

Voir

Règlement de sécurité incendie ERP avec historique des versions

Règlement de sécurité incendie ERP avec historique des versions

Date de parution : 07/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur