En direct

En Midi-Pyrénées, les bureaux d'études veulent mieux travailler avec Toulouse métropole
Les lauréats du deuxième prix régional de l’ingénierie. - © © Christiane Wanaverbecq

En Midi-Pyrénées, les bureaux d'études veulent mieux travailler avec Toulouse métropole

Christiane Wanaverbecq (Bureau Sud-Ouest du Moniteur) |  le 27/02/2015  |  Conception-réalisationHaute-Garonne

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Ingénierie
Conception-réalisation
Haute-Garonne
Valider

A l’issue de la septième édition des rencontres régionales de l’ingénierie, organisées à Labège les 25 et 26 février 2015, les trois organisations professionnelles de bureaux d’études, AIMP, Cinov et Syntec, ont signé une charte de maîtrise d’œuvre pour les métiers de l’infrastructure publique avec Toulouse métropole.

Le 26 février, au centre Diagora de Labège, sur l’agglomération toulousaine, la signature de la charte de maîtrise d’œuvre pour les métiers de l’infrastructure publique ( téléchargeable ici ) par le président de Toulouse Métropole, Jean-Luc Moudenc, et les représentants des syndicats professionnels Cinov, Syntec et l'Association Ingénierie Midi-Pyrénées - AIMP, a conclu les rencontres régionales de l’ingénierie.

Organisées par l’AIMP et la délégation régionale Cinov Midi-Pyrénées, ces rencontres réunissent, pendant deux jours, depuis sept ans, ingénieurs, architectes, maîtres d’œuvre, maîtres d’ouvrage publics et privés, entreprises, industriels et étudiants.

Missions de maîtrise d’œuvre

Fruit de plus d’une année de travail et d’échanges avec la collectivité, le document complète un autre déjà signé en 2014 et axé sur les métiers du bâtiment. La logique reste la même. Conçu comme un outil d’aide à la définition des contenus des missions de maîtrise d’œuvre et à mieux les cadrer, le document, d’une trentaine de pages s’adresse aussi bien à la maîtrise d’ouvrage qu’aux bureaux d’études. Sont ainsi traités l’ensemble des marchés d’ingénierie technique, de toutes tailles, ainsi que les marchés d’accords-cadres.

Il comprend un guide d’élaboration des programmes par la maîtrise d’ouvrage. Il donne des pistes pour choisir la meilleure offre adaptée à la taille de l’opération. «Le sujet des offres anormalement basses est également traité par l’intégration d’une méthode. Le document sert à mieux définir les coûts de vente des missions et la caractérisation du prix journalier d’un ingénieur», précise Jean-Pierre Naberac, président de Dumons Ingénierie et un des rédacteurs de la charte. Des pistes sont également données dans l’exécution des marchés en dissociant notamment les missions de base et les missions complémentaires.

«La charte est née d’un constat qui a montré une nécessaire clarification de la maîtrise d’œuvre: de ses missions et de leur périmètre. Elle sera dorénavant jointe à tous les appels d’offres de Toulouse Métropole. L’idée est de mieux travailler ensemble», a ajouté Patrick Veyrunes, président de l’AIMP qui a annoncé d’autres chantiers, tels un travail commun sur les missions d’ingénierie en maintenance-exploitation et un chantier expérimental réalisé en BIM.

Prix régional de l’ingénierie

L’autre moment phare de ces rencontres de l’ingénierie a été la remise du prix de l’ingénierie dans trois catégories différentes: les membres de l’AIMP, les partenaires industriels et les étudiants issus de l’université Toulouse III Paul Sabatier et de l’Insa à Toulouse. Trois critères ont prévalu: le degré d’ingénierie, l’inventivité et enfin, le développement durable.

Pour cette deuxième édition, l’AIMP a choisi de remettre aux lauréats un trophée spécialement créé par le sculpteur de voix Gilles Azzaro.

Dans la catégorie «étudiants», Anika Brauckhoff de l’université Toulouse III Paul-Sabatier a été distinguée pour son travail de fin d’études consistant à utiliser le coût marginal d’abattement pour comparer les mesures d’économies d’énergie des bâtiments ( consulter son mémoire ).

Dans la catégorie partenaire industriels, le jury a choisi de récompenser le «smart grid expérience» de Cofely Ineo. Sur son site toulousain du Paléficat de 1,5 ha le groupe a installé différentes énergies renouvelables avec l’objectif de s’affranchir de l’intermittence à travers, notamment, des systèmes de stockage et de management de l’énergie.

Dans la catégorie «membres de l’AIMP», le lauréat est le bureau d’études toulousain Betem ingénierie, dont la filiale Betem international a mis au point avec l’entreprise Meco’Concept et l’ISA BTP d’Anglet un concept de maison parasismique en terre crue. Le module de 48 m² est ainsi capable de résister aux typhons et aux séismes équivalents à ceux d’Haïti en 2010. Il sera mis en œuvre au Gabon. Un promoteur local, Bio-Art, va construire 200 villas en accession à la propriété à Mouila ( consulter le mémoire ).

Enfin, le jury a remis une mention spéciale à Egis bâtiment pour son projet «Clip’n Clim Panel», un concept de façade active «plug & play» pour la rénovation thermique des bâtiments ( consulter le mémoire ).

Commentaires

En Midi-Pyrénées, les bureaux d'études veulent mieux travailler avec Toulouse métropole

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Code commenté de la commande publique

Code commenté de la commande publique

Date de parution : 09/2019

Voir

Règlement de sécurité incendie ERP avec historique des versions

Règlement de sécurité incendie ERP avec historique des versions

Date de parution : 07/2019

Voir

Histoire de l’architecture agricole

Histoire de l’architecture agricole

Date de parution : 07/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur