En direct

En Italie, un pont autoroutier s'effondre à Gênes
En Italie, un viaduc s’effondre sur l’autoroute. - © Twitter @IlSole24Ore

En Italie, un pont autoroutier s'effondre à Gênes

Jessica Ibelaïdene |  le 14/08/2018  |  EuropeTravaux publicsOuvrage d'artAutoroutesEntretien des infrastructures

Ce 14 août, une partie du pont Morandi, sur l’autoroute italienne A10, s’est effondrée à Gênes.

Les secours italiens évoquent plusieurs dizaines de victimes. Un peu avant 12h, ce 14 août, une partie du pont Morandi à Gênes s’est effondrée. Situé sur l’autoroute A10, ce viaduc très emprunté passe au-dessus de voies ferrées, d’une zone industrielle et d’un cours d’eau, le « torrente Polvecera ».

L'une des trois piles et le tablier se sont écroulés sur plus d'une centaine de mètres de long. Selon les premières informations recueillies par la presse italienne, un affaissement structurel, peut-être causé par la foudre, serait à l’origine de la catastrophe.

Vidéo publiée par la police italienne qui montre l'écroulement du pylône : 

Plusieurs véhicules ont été entraînés dans la chute du viaduc. On dénombrait une trentaine de morts et plusieurs blessés graves en fin d'après-midi, selon le ministre de l’Intérieur, Matteo Salvini. L’infrastructure s’est effondrée principalement sur les voies ferrées. Des bâtiments industriels d’Ansaldo Energia, l’un des plus importants producteurs d’énergie en Italie, ont été effleurés. Les débris sont principalement tombés sur le parking de l’usine, vide en cette veille du 15 août.

 

Plusieurs voix avaient tenté de donner l’alerte

 

Les forces de l’ordre ont assuré que ce pont n’avait jamais fait l’objet de signalement particulier concernant son état. Pourtant, plusieurs voix s’étaient élevées afin de mettre en garde contre les risques liés à la structure.

Inauguré en 1967, le viaduc -1 182 mètres de long et 90 mètres de haut - a été construit en béton armé précontraint et en béton armé ordinaire. Mais comme l’avait expliqué, à plusieurs reprises depuis deux ans, Antonio Brencich, professeur de structures à la faculté d’ingénierie de Gênes, ce pont a présenté d’importantes défaillances de conception. Il avait fait remarquer que la corrosion de l’ouvrage était beaucoup plus rapide que prévu.

En 2016, le sénateur de la région de Gênes Maurizio Rossi avait lui aussi alerté sur les problèmes rencontrés sur le pont. Dans une lettre adressée au ministre des Infrastructures et des Transports de l’époque, Graziano Delrio, il faisait état d’une situation préoccupante concernant les joints du pont qui avait nécessité une « extraordinaire opération de maintenance, sans laquelle le risque d’une fermeture [du viaduc] était réelle ». Et d’insister sur l’importance de cet ouvrage et les conséquences désastreuses que pourraient avoir sa fermeture totale sur le trafic de cette artère stratégique pour la région.

 

D’importants travaux de restructuration étaient en cours

 

La société des autoroutes italiennes, Autostrade per l’Italia, assure que le pont Morandi faisait l’objet d’une « activité constante d’observation et de surveillance de la part de la Direction du tronçon de Gênes ». Elle venait d’entamer de lourds travaux de restructuration de l’ouvrage il y a trois mois à peine.

Pour un montant de plus de 20 millions d’euros, le pont devait s’offrir une nouvelle jeunesse, promettait le concessionnaire : travaux de consolidation de la structure à haubans et remplacement des barrières de sécurité étaient au programme. Le chantier devait durer un an. Autostrade per l’Italia mènera des analyses approfondies pour comprendre les raisons de la catastrophe dès que les lieux seront sécurisés.

 

Le gouvernement italien réagit

Le ministre des Transports Danilo Toninelli a déclaré que « les premières indications sembleraient indiquer que la maintenance avait été faite ». Et de poursuivre lors d'une interview accordée à un journal télévisé « Ces tragédies ne peuvent pas arriver dans un pays civilisé comme l'Italie. (…) les responsables devront payer ».

Des propos qui rejoignent ceux du ministre de l’Intérieur Matteo Salvini. Celui-ci s’est engagé à « aller au bout pour déterminer les responsabilités d'un désastre inacceptable. (…) Désormais, je ferai tout pour avoir les noms des responsables passés et présents ».

Le ministre de l’Intérieur s’est par ailleurs dit conscient des investissements nécessaires pour venir à bout de la vétusté de certaines infrastructures du pays. Il souhaite en faire sa priorité, quitte à « se poser la question de continuer à respecter des engagements » extérieurs qui dont l'argent pourrait plutôt servir à la sécurisation de ses citoyens, « des écoles et des autoroutes ». Le Lyon-Turin, objet de tant de tergiversations au sein du gouvernement transalpin, serait-il visé ?

 

 

 

Vidéo du drame depuis le ciel (agence Ansa) :  
Autres vidéo et images du drame publiées par la police : 

Commentaires

En Italie, un pont autoroutier s'effondre à Gênes

Votre e-mail ne sera pas publié

Lu

16/08/2018 15h:00

Bonjour,Manutenzione se traduit aussi (et plutôt, dans ce contexte) par "maintenance". TG1 veut dire TeleGiornale/Téléjournal, de la chaine RAI1. TG1 n'est donc pas une chaîne.Cdlt.

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Négoce 446 - Spécial TOP 100 de la distribution bâtiment-bricolage 2018

Négoce 446 - Spécial TOP 100 de la distribution bâtiment-bricolage 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 25.00 €

Voir

L'expertise immobilière en 50 fiches pratiques

L'expertise immobilière en 50 fiches pratiques

Livre

Prix : 65.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Aide-mémoire - Ouvrages en béton armé

Aide-mémoire - Ouvrages en béton armé

Livre

Prix : 35.00 €

Auteur : Dunod, Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX