En direct

En Guyane, Ingérop conçoit un bus à haut niveau de service à fort impact environnemental et sociétal
Publi-rédactionnel

En Guyane, Ingérop conçoit un bus à haut niveau de service à fort impact environnemental et sociétal

le 23/09/2021  |  France Interview

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

France
Interview
Vie du BTP
Valider

Partout dans le monde, Ingérop conçoit les transports de demain. A Cayenne, il réalise l’ingénierie du futur Bus à Haut Niveau de Service (BHNS), une offre de transport en commun globale et durable répondant aux spécificités de ce territoire d’outre-mer.

C’est une avancée majeure pour les habitants de l’agglomération de Cayenne en Guyane. Le BHNS, le Bus à Haut Niveau de Service, circulera dès janvier 2024. Cette double voie en site propre de 10 Km reliera, avec ses deux lignes et ses 21 stations, le sud de la capitale guyanaise au centre-ville et desservira des points clés comme le centre hospitalier ou l’université de Guyane.

Pas moins de 20 000 voyageurs devraient emprunter chaque jour ce bus nouvelle génération. « Ce sera le premier transport en commun digne de ce nom dans cette agglomération de plus de 100 000 habitants », s’enthousiasme Sébastien, chef de service maîtrise œuvre urbaine chez Ingérop et responsable du groupement d’ingénierie sur le projet BHNS.
Très attendu, le BHNS va permettre de désenclaver la ville de Cayenne et réduire les embouteillages dans cette ville aujourd’hui très engorgée en termes de trafic urbain. « En tant qu’ingénieur, c’est passionnant, poursuit Sébastien. Nous offrons un service de transport de qualité aux usagers, nous sécurisons les carrefours, nous réduisons les embouteillages, nous améliorons le réseau hydraulique sur le trajet du BHNS… C’est un projet qui a du sens ».

Acteur de référence de l’ingénierie et du conseil en mobilité durable, Ingérop réalise depuis 2020 l’ingénierie des infrastructures, des systèmes et ouvrages d’art des lignes, des pôles d’échanges multimodaux, mais aussi du centre de maintenance et de remisage du matériel roulant du BHNS et des bus du territoire de la Communauté d’Agglomération du Centre Littoral de Guyane (CACL).
Il est un des sous-traitants du groupement Ibys Construction (composé de Colas Projects, de Ribal Travaux Publics, filiale du groupe Colas en Guyane, et du fonds d’investissement FIDEPPP2), Ibys ayant signé avec la CACL le marché de partenariat public – privé portant sur la conception, la réalisation, le financement et la maintenance du BHNS pour une durée de 33 ans et demi. « Nous avons en charge les études d’ingénierie, les études de conception et, jusqu’à la livraison, le suivi des études », précise Sébastien.

Une entreprise indépendante

Le projet, d’envergure nationale, revêt un fort intérêt du point de vue technique. « C’est un projet sur lequel on porte plein de métiers : les transports, le bâtiment, l’hydraulique, les ouvrages d’art, l’urbanisme, etc. Il a notamment fallu faire face au défi de l’hydraulique dans cette région tropicale régulièrement confrontée à des pluies diluviennes et des inondations », détaille le chef de service, qui a mobilisé jusqu’à vingt collaborateurs sur ce projet. Jeune ingénieure, Safia, est l’un d’eux. « Le défi du projet tient aussi à son emplacement : le projet est localisé sur le continent américain mais doit répondre à des exigences et normes européennes. Cela a influencé les études de conception : nous sommes tournés préférentiellement vers des techniques d'exécution maîtrisées en Guyane et des matériaux disponibles sur le territoire. Cela afin de limiter les importations depuis l'Europe. La localisation a également influencé le type de matériaux déployés qui devaient résister au climat tropical. »

Un projet qui s’inscrit dans une trajectoire professionnelle évolutive pour la jeune femme : « J’avais auparavant travaillé trois ans dans une PME. Chez Ingérop, j’ai tout de suite eu l’opportunité de participer à un projet de grande ampleur, qui fait appel à un vaste champ de compétences. C’est extrêmement enrichissant et stimulant de passer à des projets de cette taille tout en gardant un large champ d’intervention ».

Recrutée en 2020 comme chargée d’études, Safia a très vite été promue chef de projet adjointe. « Chez Ingérop, le management se fait presque au cas par cas, se félicite la collaboratrice. Ingérop est une entreprise indépendante, à taille humaine, avec une vraie politique RH, à l’écoute de chaque salarié. Nous sommes très bien accompagnés au quotidien et, nous bénéficions de nombreuses formations… Ici, l’évolution au mérite est une réalité ».

Sébastien, son supérieur hiérarchique, qui a travaillé 13 ans dans une grande entreprise d’ingénierie urbaine, confirme : « Je suis arrivé chez Ingérop en 2018 comme chef de projet. Quelques mois plus tard, j’étais adjoint au chef de service. Et je suis depuis deux ans chef de service. Ici, c’est la méritocratie qui prime. L’ADN d’Ingérop, c’est son indépendance ». Expert de l’ingénierie et du conseil en mobilité durable, transition énergétique et cadre de vie, Ingérop compte aujourd’hui 2100 salariés et 70 implantations à travers le monde.

Commentaires

En Guyane, Ingérop conçoit un bus à haut niveau de service à fort impact environnemental et sociétal

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil