En direct

« En France, la gestion des ponts pose davantage problème au niveau communal que national », Christian Tridon, président du Strres
Christian Tridon, président du Strres. - © FNTP

Décryptage

« En France, la gestion des ponts pose davantage problème au niveau communal que national », Christian Tridon, président du Strres

Propos recueillis par Jessica Ibelaïdene |  le 16/08/2018  |  RéglementationTravaux publicsOuvrage d'artviaducEntretien des infrastructures

Cela fait plusieurs années qu’il tente d’alerter sur la situation en France. Mais au lendemain de l’effondrement du viaduc de Gênes, son discours est davantage entendu. Christian Tridon, président du Syndicat national des entrepreneurs spécialistes de travaux de réparation et renforcement des structures (Strres), souhaite que les gestionnaires prennent (enfin) conscience de la nécessité d’un bon suivi et entretien des ouvrages d’art.

 

L’effondrement du pont Morandi, à Gênes, force le dé​bat sur l’état des ouvrages d’art. Quelle est la situation en France?

Christian Tridon. Nous comptons 200 000 ponts au total dans l’Hexagone. Environ 12 000 se situent sur les routes nationales non-concédées, 15 000 sur les autoroutes, le reste dépend des réseaux départementaux et communaux. En France, environ 1 pont par jour est fermé ou fait l’objet d’une diminution de charge à cause de son état jugé préoccupant. Ce qui ne représente finalement pas grand-chose sur l’ensemble du patrimoine.

 

Un audit remis au gouvernement à l’automne dernier, mais dont une synthèse a été publiée début juillet, montre que 7% des ouvrages d’art présentent une situation inquiétante. Que faut-il comprendre ?

C.T. Attention, cet audit ne rend compte de la situation que de 6% du patrimoine global ! Il ne faut pas croire que la situation est similaire pour tous les ouvrages d’art en France. Cette étude montre que 30% des 12 000 ponts du réseau national non-concédé doivent faire l’objet de réparation, 7% sont jugés dans un état très inquiétant. Ils intègrent la catégorie 3U dans la classification Iqoa (image qualité des ouvrages d’art, qui compte 6 classes de 1 à 3U). Cela signifie qu’ils ne correspondent plus aux normes et montrent des pathologies sérieuses. Leur mise en service est difficile à justifier. Pour des mesures de sécurité, il faudrait les fermer ou en diminuer la charge.

 

 
Ponts sur routes nationales non concédées
Infogram

Qu’en est-il du réseau [...]

Cet article est réservé aux abonnés, abonnez-vous ou connectez-vous pour lire l’intégralité de l’article.

Déjà abonné

Saisissez vos identifiants

Mot de passe oublié ?
Se connecter

Pas encore abonné

En vous abonnant au Moniteur, vous bénéficiez de :

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index

Commentaires

« En France, la gestion des ponts pose davantage problème au niveau communal que national », Christian Tridon, président du Strres

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Droit et gestion des collectivités territoriales - 2018

Droit et gestion des collectivités territoriales - 2018

Livre

Prix : 83.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Décrypter les finances publiques locales

Décrypter les finances publiques locales

Livre

Prix : 59.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Négoce 446 - Spécial TOP 100 de la distribution bâtiment-bricolage 2018

Négoce 446 - Spécial TOP 100 de la distribution bâtiment-bricolage 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 25.00 €

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur