En direct

En exploitant ses données, une petite station de montagne devient intelligente
Dans le village de Montgenèvre, qualifié de « smart station », le service numérique de pointe offre des données très complètes aux touristes et habitants. - © OT MONTGENÈVRE

En exploitant ses données, une petite station de montagne devient intelligente

le 05/12/2019  |  Hautes-AlpesNumériqueCollectivités locales

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Ville du futur
Hautes-Alpes
Numérique
Collectivités locales
Valider

Pistes de ski, de vélo, menus de la cantine… Une appli « tout en un » recense la data et permet au village de Montgenèvre (Hautes-Alpes) d'adopter une « smart » attitude.

 

Depuis deux ans, la station de ski de Montgenèvre (Hautes-Alpes) déploie une application qui s'adresse aux touristes et aux riverains. Un vrai « tout en un » qui inclut un plan inter actif des pistes de ski, l'hiver, et de vélo, l'été, ainsi que de multiples informations comme le damage des pistes ou la fréquentation des installations. On y trouve aussi les menus de la cantine municipale et les horaires d'ouverture des commerces et institutions.

« L'application doit être accessible à tous », indique Thomas Peyrot Des Gachons, responsable commercial chez Orange Business Service, le prestataire de la commune. « Elle est inspirée de l'application Nantes dans ma poche, développée depuis 2015. Touristes et résidents y trouvent leurs informations dédiées, mais cela permet également à l'habitant de redécouvrir sa commune, comme un touriste. » L'application et les bornes wifi sont les choses les plus concrètes pour les riverains de la station, mais, derrière les murs de la mairie et de l'office de tourisme, ce sont les tableaux de bord qui retiennent l'attention.

Chaque semaine, la commune reçoit des données déjà travaillées sous forme de data visualisation.

Pas question de transformer les agents de la collectivité en experts du big data : les tableaux de bord, qui mixent les données provenant d'une vingtaine de sources, travaillent déjà les données brutes pour en faire des indicateurs cohérents. Au final, c'est à l'agent de faire les corrélations entre les chiffres et l' activité de la collectivité.

La fin des idées reçues

François Veauléger, ancien directeur de l'office du tourisme, rappelle un cas concret. « Lors d'un week-end férié en Italie, nous avions prévu une forte affluence, mais les chiffres du dimanche nous ont montré que c'était très calme. Ceci en raison d'un match important de la Juventus de Turin qui avait lieu le dimanche à 18 heures. Les Italiens étaient donc tous repartis chez eux plus tôt. Cette information, c'est un agent d'origine italienne qui l'a apportée, mais les tableaux de bord ont permis de chiffrer la portée d'un tel événement. Là où nous travaillions de façon empirique, nous allons pouvoir commencer à élaborer des stratégies et lutter contre nos idées reçues. » Cette démarche s'inscrit en fait dans une initiative plus large de la commune, qui vise à devenir une véritable station intelligente. « Le dispositif Flux Vision nous permet d'utiliser les traces laissées par les utilisateurs lorsqu'ils se connectent aux bornes relais pour en représenter des flux, explique le technophile Guy Hermitte, maire de Montgenèvre. C'est très instructif. Par exemple, nous nous sommes rendu compte que les Anglais sont nos premiers clients. Devant les Italiens, qui sont pourtant situés à quelques dizaines de kilomètres. » Dans la même veine, la petite collectivité de montagne multi plie les bornes wifi(lire ci-dessous) et réfléchit à la création d'une salle rassemblant les contrôles des infra structures de la station. Ces efforts multiples sont rendus possibles notamment par une gestion des pistes en régie municipale, ce qui apporte des financements et limite le nombre de parties prenantes.

Le wifi, c'est écologique !

 

On parle souvent de la pollution des data centers, mais on oublie facilement qu'une grosse part de la consommation d'énergie se fait entre l'utilisateur et son opérateur. Au même titre qu'une livraison physique, le « dernier kilomètre » est très énergivore. Selon Kerry Hinton, chercheur à l'université de Melbourne, 90 % de la consommation énergétique du stockage de données en ligne est due aux réseaux sans fil. Et une étude de l'université de Colombia publiée en 2012 montre qu'à transfert de données égales, la 3G consomme 15 fois plus qu'un réseau wifi et la 4G culmine à 23 fois.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Date de parution : 06/2018

Voir

Une trajectoire métropolitaine - L'exemple de Toulouse

Une trajectoire métropolitaine - L'exemple de Toulouse

Date de parution : 04/2016

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur