En direct

En 2018, le transport fluvial de matériaux ralenti par une météo capricieuse
Sur le bassin Seine-Oise, la filière des minéraux bruts et des matériaux de construction a observé une forte croissance de son volume (+4,9%). - © ©P.Lack

En 2018, le transport fluvial de matériaux ralenti par une météo capricieuse

Augustin Flepp |  le 27/02/2019  |  TransportsMatériauxGranulatsMatériaux de construction

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Transports
Matériaux
Travaux publics
Granulats
Matériaux de construction
Valider

Le trafic de marchandises par voie fluviale a été touché par des crues exceptionnelles et des niveaux d’eau très bas qui ont impacté la navigation l'an passé. Le marché reste dominé par les matériaux de construction qui représente 43% du volume global, rapporte Voies Navigables de France.

Le secteur de la construction reste le premier utilisateur du transport fluvial de marchandises. Selon le dernier bilan 2018 de Voies Navigables de France (VNF), la filière représente 43% des volumes transportés (22,2 millions de tonnes) et 34% des tonnes-kilomètres réalisées sur l’ensemble du réseau national.

Une tendance stable par rapport à l’année précédente (-0,44% en tonnes et -0,5% en t-km). « Le marché du BTP demeure orienté à la hausse […], portée par une série de grands projets, comme le Grand Paris Express, le plan de relance autoroutier et le plan France Très Haut Débit », a commenté VNF dans un communiqué.

Etiages de forte amplitude


Le transport de granulats a enregistré une légère baisse en volume (-0,9%) et en kilomètre parcouru (-1,3%), en raison de conditions climatiques défavorables.

Deux phénomènes « exceptionnels », selon VNF, ont impacté durablement la navigation sur les 4 principaux bassins fluviaux nationaux : des crues importantes en début d’année sur la Seine et le Rhône, puis des étiages (basses eaux) de forte amplitude et de très longue durée au second semestre sur le Rhin et la Moselle.

Conséquence dans l’Est : la filière des agrégats a vu son activité reculer de 16,8% en tonnes et de 14,7% en t-km sur l’axe rhénan. « Les trafics 2018 illustrent pour VNF la nécessité d’accompagner le changement climatique en rénovant et en adaptant ses infrastructures afin de limiter au maximum l’impact des phénomènes exceptionnels sur la navigation », rappelle Thierry Guimbaud, directeur général de Voies navigables de France.

Le Nord en recul


Dans le bassin Rhône-Saône, les produits du BTP et agrégats ont connu une hausse de 11,9% en tonnes et de 0,7% en t-km. Le couloir rhodanien a profité d’une forte demande en sel de déneigement (restockage des services municipaux et des sociétés autoroutières). Sur le bassin Seine-Oise, la filière des minéraux bruts et des matériaux de construction a observé une forte croissance de son volume (+4,9%).

Dans le Nord, le trafic des agrégats a diminué d’environ 13% en t-km, principalement à cause de la baisse des flux d’agrégats/granulats au départ du port de Dunkerque en direction de la Seine et de la Marne.

L’an passé, le trafic fluvial de marchandises est resté relativement stable en France par rapport à l’exercice précédent, avec 51,7 millions de tonnes transportées (-1,7%).

Commentaires

En 2018, le transport fluvial de matériaux ralenti par une météo capricieuse

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Date de parution : 02/2019

Voir

Le ravalement

Le ravalement

Date de parution : 12/2018

Voir

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

Date de parution : 12/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur