Immobilier

Emmanuelle Cosse lance sa société de conseil

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Démarche environnementale - Gouvernement

Nommée « MTEV Consulting », la société de conseil créée à la mi-novembre par l’ancienne ministre du Logement et de l’habitat durable interviendra dans le secteur de la mobilité, des territoires, de l’énergie et de la ville durable.

Difficile de recruter son ancienne ministre de tutelle… Face à ce constat, l’ancienne ministre du Logement et de l’habitat durable Emmanuelle Cosse a fini par créer son entreprise à la mi-novembre alors qu’elle recherchait depuis mai dernier un emploi dans le secteur du bâtiment. Une activité « compatible », avec ses anciennes fonctions ministérielles, selon la Haute autorité pour la vie publique (HATVP).

Nommée « MTEV Consulting », cette société, dont Emmanuelle Cosse assure la présidence et la direction générale, a vocation à conseiller les professionnels en matière de « mobilités, territoire, d’énergie et de la ville durable », énumère la délibération du 30 octobre 2017 de la Haute autorité.

 

Attention au risque de prise illégale d’intérêts

 

Pour la HATVP, MTEV Consulting ne pourra pas travailler avec n’importe quel organisme. Pour éviter toute prise illégale d’intérêt, il est déconseillé à Emmanuelle Cosse de travailler ou de prendre des part dans une « entreprise titulaire de contrats publics dans l’élaboration, la conclusion ou le suivi desquels Mme Cosse a joué un rôle en tant que membre du gouvernement ou ayant bénéficié d’autorisations ou d’agréments décidés par elle ou sur lesquels elle a été amenée à rendre un avis », estime la HATVP. Et cela, jusqu’au 15 mai 2020.

Autre recommandation : MTEV Consulting doit s’abstenir, toujours jusqu’au milieu du mois de mai 2020, de « fournir des prestations à des entreprises ayant bénéficié de décisions individuelles ou ayant signé des contrats avec la direction générale de l’aménagement, du logement et de la nature ; la délégation interministérielle à l’hébergement et à l’accès au logement ou le délégué interministériel à la mixité sociale dans l’habitat ». Trois directions sous tutelles du ministère du logement. D’ailleurs, selon la Haute autorité pour la vie publique, Emmanuelle Cosse ne pourra pas entreprendre de démarches, « pour le compte de ses clients », auprès des autres ministres ou des anciens membres de son cabinet qui exerceraient encore des fonctions publiques.

Emmanuelle Cosse « ne pourra fournir aucune prestation, de quelque nature que ce soit, pour les mêmes administrations et organismes publics ». Et enfin, elle  ne pourra utiliser « des documents ou informations confidentiels auxquels elle aurait eu accès lors de l’exercice de ses fonctions ministérielles », conclue la HATVP.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X