En direct

Emissions de liants bitumineux : l'Anses estime
L'Agence nationale de sécurité sanitaire "considère qu'il existe un risque sanitaire associé à une exposition des travailleurs aux liants bitumineux et à leurs émissions". - © Vincent DEVILLERS

Emissions de liants bitumineux : l'Anses estime "nécessaire" de protéger les salariés

Florent Lacas |  le 11/09/2013  |  Produits et matérielsChausséeSécurité et protection de la santéRhôneEquipement

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Entreprises
Produits et matériels
Chaussée
Sécurité et protection de la santé
Rhône
Equipement
Gros œuvre
VRD
Valider

L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) publie un rapport dans lequel elle estime réelle la nocivité du bitume et des fumées de bitume pour les salariés.

"L'exposition chronique des travailleurs aux émissions de produits bitumineux est à même d'induire des atteintes respiratoires. D'autres effets sanitaires sont par ailleurs suspectés (cardiovasculaires, immunotoxiques...)" : c'est la principale conclusion d'un rapport d'expertise de l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) portant sur l'évaluation des risques sanitaires liés à l’utilisation professionnelle des produits bitumineux et de leurs additifs.

Ce texte a été rendu public aujourd'hui. L'Anses avait été saisie sur cette question par la fédération nationale des salariés de la construction (CGT).

"Il est nécessaire de réduire les expositions aux émissions de liants bitumineux"

L'organisme prend toutefois acte des progrès réalisés par la profession, en particulier en ce qui concerne l'application d'enrobés tièdes, moins nocifs. "Ces pratiques émergentes permettraient de réduire l'exposition des salariés lors de l'application de ces produits en limitant la génération d'émissions", explique le rapport. Tout en alertant sur le fait que certains enrobés tièdes se voient ajouter des agents plastifiants dont les effets sur la santé des travailleurs (contact, émissions) ne sont pas encore connus. En tout cas, selon l'agence, "il est d'ores et déjà nécessaire de réduire les expositions aux émissions de liants bitumineux et d'assurer un suivi médical approprié des travailleurs".

L'Anses ne conclut pas sur le risque cutané

Le débat concernant une éventuelle nocivité des fumées de bitume avait été mis sur la place publique par le procès dit "du bitume". Il opposait la famille d'un salarié des travaux publics décédé d'un cancer de la peau et la société qui l'employait, Eurovia (groupe Vinci). En novembre 2012, la cour d'appel de Lyon avait condamné la société en appel, les juges pointant en particulier l’insuffisance des protections du salarié face au risque UV, qualifiant par ailleurs le bitume de "produit potentiellement dangereux" (lire notre article).

Sur la question de la nocivité des fumées de bitume par voie cutanée, le rapport de l'Anses ne tranche pas : "Il n'est pas possible, en l'état actuel de nos connaissances, de tirer des conclusions définitives concernant l'existence ou non d'un risque de développer un cancer cutané chez les travailleurs exposés aux émissions de bitume."

La fin d'une bataille d'experts ?

Du côté de la CGT-construction, on voit dans ce rapport de l'Anses la fin d'une bataille d'experts sur les effets des produits bitumineux sur les salariés des travaux de route. "Jusqu'à présent, on avait tout et son contraire à propos de l'éventuelle nocivité du bitume, estime Frédéric Mau, responsable des salariés de l'industrie routière à la CGT-construction. Or, l'Anses fait autorité, de par ses méthodes de recherche. Et elle affirme que le bitume n'est pas un produit anodin. La difficulté réside à présent dans la quantification du risque. L'agence note en effet que la formulation de chaque enrobé est différente."

L'Union des syndicats de l'industrie routière française (Usirf) a également réagi, dans un communiqué de presse, à la publication de l'Anses. "Les recommendations (proposées par l'Anses) confortent les actions engagées par la profession, qu'il s'agisse de réduction et du captage des fumées émises, ou du port des équipements de protection individuelle, affirme l'organisation. L'Usirf, qui a fourni à l'Anses toutes informations demandées dans le cadre de son travail d'expertise, contribuera activement à la mise en oeuvre effective de l'ensemble des recommendations de l'Anses, en particulier celles relatives aux opérations de recyclage et de rabotage des revêtements routiers. "

Consulter le rapport de l'Anses en cliquant ici.

Les recommandations de l'Anses pour protéger les salariés au bitume

Au vu des conclusions de son rapport sur la nocivité des liants bitumineux et leurs émissions, l'Anses formule une série de recommendations visant à mieux protéger les salariés exposés au bitume et fumées de bitume.

En termes de prévention collective :

- Encourager la mise en place sur le chantier de systèmes d’aspiration des fumées et/ou de systèmes de ventilation adéquats lors de travaux en espace confiné (tunnels, sous-sols) et préconiser l’utilisation d’engins de chantier avec systèmes intégrés de captage de fumées.

- Sélectionner les produits (bitumes, additifs, etc.) et procédés d’application les moins exposants (au regard des connaissances disponibles) : respecter les consignes de température propres à l’utilisation de chaque produit bitumineux ; privilégier les émulsions de bitume permettant la réduction des fumées émises en travaillant « à froid » en dessous de 60°C. Privilégier les températures d’application d’asphalte les plus faibles (inférieures à 200°C) ; substituer les produits de nettoyage des outils et/ou des mains dangereux (par exemple les solvants de type gasoil) ; éviter de mettre en oeuvre le procédé de collage au bitume oxydé fondu dans le cadre des travaux d’étanchéité et privilégier l’utilisation des membranes collées à froid (autoadhésives).

- Adapter l’organisation du travail : décaler les horaires plus tôt l’été de manière à réduire l’impact de la chaleur et minimiser la co-exposition entre le rayonnement solaire et les produits bitumineux ; évaluer la faisabilité et la pertinence d’un système de rotation des postes de travail permettant aux travailleurs d’alterner différentes tâches.

En termes de prévention individuelle :

- Préconiser, afin d’éviter la contamination cutanée, un renouvellement des vêtements de travail et la prise de douche sur le lieu du chantier.

- Adapter le port des équipements de protection individuelle à la protection de la peau et de l’appareil respiratoire : vêtements de travail propres avec manches et jambes longues, port de visière ou lunettes, chapeau ou casque, etc. ; port de protection respiratoire en cas d’exposition potentiellement importante comme en milieu confiné ou lors des opérations de rabotage.

Concernant le suivi des travailleurs :

- Lors de la surveillance médicale régulière des travailleurs exposés aux liants bitumineux, inclure la réalisation d’explorations fonctionnelles respiratoires et une surveillance dermatologique. Ceci implique une communication ciblée auprès des médecins du travail concernant ces éléments de surveillance complémentaires.

- Poursuivre et développer le suivi des expositions par métrologie et biométrologie afin d’assurer une traçabilité de l’exposition des travailleurs.

- Encourager une veille active sur les effets sanitaires respiratoires mais également cardiovasculaires, immunotoxiques, neurotoxiques, etc., en lien avec une exposition des travailleurs aux liants bitumineux.

Commentaires

Emissions de liants bitumineux : l'Anses estime "nécessaire" de protéger les salariés

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

170 séquences pour mener une opération de construction

170 séquences pour mener une opération de construction

Date de parution : 01/2020

Voir

55 outils pour la conduite de chantier

55 outils pour la conduite de chantier

Date de parution : 01/2020

Voir

Réhabilitation énergétique et mobilité urbaine

Réhabilitation énergétique et mobilité urbaine

Date de parution : 12/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur