En direct

Electricité Sécurité pour la salle des marchés du Crédit lyonnais

bernard aldebert |  le 07/03/1997  |  RénovationEnergieSécurité et protection de la santéParisEquipement

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Rénovation
Energie
Sécurité et protection de la santé
Paris
Equipement
Travaux publics
Valider

Sommaire du dossier

  1. SOMMAIRE - 4867 - REHABILITATION
  2. Panne historique du moteur principal du bâtiment
  3. Climatisation Un «plafond rayonnant froid» pour une tour de bureaux
  4. Structure Un entrepôt transformé en logements
  5. Structure Renforcement de poutres et de poteaux
  6. Structure Rehausse de bureaux par pieux battus
  7. Structure Surélévation de bâtiments HLM
  8. Fondations Le «soil crete» au secours d'un musée
  9. Electricité Sécurité pour la salle des marchés du Crédit lyonnais
  10. Sols textile Décor personnalisé
  11. Bétons Un chantier très diffus
  12. Aménagement intérieur Un bâtiment militaire devient musée
  13. Démarche séquentielle : nouvelle distribution des cartes
  14. Un pont roulant provisoire pour acheminer des balcons
  15. Isolation par l'extérieur pour rénover des logements
  16. Une vêture avec enduit mince sur isolant
  17. Des échanges informatisés pour une opération HLM
  18. Un faux plafond à grandes trames
  19. Mise en sécurité des installations électriques
  20. Des règles de sécurité à respecter
  21. Organisation : la réhabilitation d'une copropriété complexe
  22. Rénover les terrasses en aidant à la gestion de l'eau
  23. Réfection de sol sans décapage mécanique
  24. Sommaire dossier
  25. Une croissance sans enthousiasme
  26. REHABILITATION Les aides dans le parc privé
  27. Façade Restauration à l'identique de la « Maison radieuse »
  28. Transformation d'une usine en collège
  29. Création d'un étage léger pour un cinéma converti en hôtel
  30. Reprise en sous-oeuvre sur deux niveaux de sous-sol
  31. Le Grand-Quevilly : six tours de quinze étages des années 70 totalement «relookées »
  32. INFORMATIQUE Un outil d'évaluation pour la réhabilitation
  33. Un hôtel trois étoiles climatisé au gaz
  34. Protections d'urgence provisoires contre le saturnisme
  35. Remplacer les canalisations en plomb
  36. Reconstruire à l'identique un moulin brûlé
  37. Mise en sécurité électrique pour des immeubles HLM
  38. REHABILITATION La mise en sécurité des installations électriques
  39. Des solutions pour renforcer les structures existantes
  40. LOUIS-MARIE MICHON, ingénieur principal de l'entreprise Pradeau & Morin (Fougerolle) « Il faut identifier les descentes de charges »
  41. JEROME STUBLER, directeur technique du groupe Freyssinet « Nous sommes des dermatologues du béton»
  42. PETER TERRELL, gérant de l'ingénierie Terrell Rooke Associés « Il faut maîtriser les déformations »
  43. Des fibres de carbone pour renforcer les structures
  44. Renforcement d'un plancher en site occupé
  45. Transformation d'un hangar en béton armé
  46. Un plancher en bois composite
  47. Des planchers mixtes connectés
  48. Les bacs collaborants acier-béton
  49. Menuiserie Escalier repliable
  50. Vichy Centre de séjour
  51. Transformations à petits prix
  52. Détection précoce de la corrosion
  53. Un connecteur de planchers mixtes bois béton
  54. Sauvegarder les premiers ouvrages en béton
  55. Les architectes à l'honneur
  56. « Un contexte porteur pour la qualité architecturale des réhabilitations »
  57. NIMES Place des Esclafidous
  58. PARIS-20e Rues Alexandre- Dumas et de Terre-Neuve
  59. AULNAY-SOUS-BOIS Cité des Merisiers
  60. PARIS-16e Rue Félicien-David
  61. LE BLANC-MESNIL Cité du 212
  62. TOULOUSE Cité universitaire Daniel-Faucher
  63. BAYONNE Rues d'Espagne et Lagréou
  64. PARIS-19e Rue de Crimée

-Quatre mois pour réaliser une salle de 600 m2. -Une sécurité absolue assurée par un doublement total de l'ensemble pour un taux admissible de zéro défaut.

L'incendie de la salle des marchés du Crédit lyonnais n'a pas seulement constitué un événement médiatique considérable, elle a surtout été, pour la banque, à l'origine d'un manque à gagner considérable, car c'est en centaines de millions de francs que se compte le bénéfice dégagé par de tels établissements chaque mois. Aussi était-il nécessaire de reconstruire rapidement des locaux qui puissent accueillir les traders qui jonglent toute la journée avec les marchés financiers.

C'est à deux pas de l'ancienne, rue Maynard, à Paris, dans le IIe arrondissement, que la nouvelle salle a été réalisée dans des locaux de la banque. Ces locaux, anciens bureaux, n'étaient pas spécialement prévus pour une telle installation mais, devant l'urgence, leur réhabilitation ne pouvait être très lourde. Elle tournait avant tout autour des installations très spéciales (électriques, de téléphonie et d'informatique) nécessaires à ce type d'activité.

« Nous disposions de deux plateaux de 500 à 600 m2 chacun, explique Jacques Brochard, président du BET Gesys. Ils ont été mis à notre disposition le 17 juillet, et le contrat prévoyait la livraison de la première salle dès la fin décembre. Début décembre, tout était "ficelé", et les entreprises ont eu quarante-huit heures pour répondre à l'appel d'offres. Trois entreprises d'électricité ont été retenues : Amica pour la distribution capillaire électrique (éclairage, équipements des postes), Forclum pour la production d'énergie, les colonnes montantes et les tableaux généraux et GTIE pour la sécurité et la détection incendie. »

Alimentation doublée

Les interventions sur le gros oeuvre ont été limitées à la démolition de cloisons légères et à des sciages de planchers pour le passage des trémies. La pose de rails Halphen a été suivie d'un flocage. Mais le coeur du système est constitué par un plancher technique très structurant qui permet à tous les intervenants de passer leurs câbles par lits. Cet ouvrage est collé sur l'étanchéité du sol par l'intermédiaire de platines de 60 mm de côté qui supportent des vérins de hauteur modulable permettant de régler l'ensemble. «Le premier niveau de câbles est celui des courants forts et de l'extinction incendie, explique Jacques Brochard. Au niveau supérieur, on rassemble les courants faibles. Si nécessaire, un troisième étage est disponible. La distribution est organisée à partir du centre de la salle pour le précâblage informatique, et de la périphérie vers l'intérieur pour les courants forts. Les dalles sont constituées de béton pris en sandwich entre deux feuilles métalliques. Ce procédé (un brevet Gamma) est classé M0. »

Toute l'alimentation 48 V et 220 V ne supporte aucun défaut. Aussi est-elle doublée pour toutes ses fonctions, et surdimensionnée d'environ 30 %. La redondance est permanente, et les fonctionnements simultanés. La redondance est allée jusqu'au doublement du nombre de prises de courant.

« Pour éviter l'emploi d'onduleurs qui ne permet pas une protection optimale des câbles, précise Jacques Brochard, nous avons fait appel à la technique des transformateurs tournants dont le taux MTBF est de 165 000 h. Autant dire qu'ils ne tombent jamais en panne ! » Des tableaux sans coupure (comme en industrie lourde) autorisent des dépannages sans coupure.

Pour la protection incendie, les concepteurs ont fait appel à des détecteurs haute sensibilité qui donnent l'alerte avant destruction de l'isolant des câbles dont les analyseurs sont aptes à distinguer les différents types de fumées. L'installation comporte une extinction au gaz Inergen dans les faux planchers, une extinction par sprinklers en ambiance et, dans les salles techniques, une installation au FM 200.

La climatisation, conçue par plateaux, passe par le faux plafond dont certaines dalles sont perforées ; elle fait appel au système Spilotair d'adduction d'air. «Par effet venturi, explique Jacques Brochard, on augmente la vitesse et, pour un volume soufflé, on en traite trois. Il existe trois points de régulation possible pour une zone de huit personnes. Environ 150 Spilotair sont gérés par une GTC.»

FICHE TECHNIQUE

Maître d'ouvrage : Crédit Lyonnais.

Maître d'oeuvre : Gesys.

Entreprises : Amica, Forclum, GTIE.

PHOTO

1. En plafond, la climatisation est fixée par l'intermédiaire de rails Halphen.

2. La distribution électrique se fait par le faux plancher.

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil