Immobilier

Elan : Julien Denormandie tente de rassurer les professionnels à la convention nationale de LCA-FFB

Mots clés : Chapiteaux, tentes, structures - Financement du logement

A l’occasion de la convention nationale du syndicat LCA-FFB, le secrétaire d’Etat à la Cohésion des territoires Julien Denormandie a tenu à rassurer les constructeurs et aménageurs sur le futur projet de loi Elan, qui doit être présenté le 4 avril prochain en conseil des ministres. Il faisait notamment suite aux inquiétudes de la profession sur la disparition en 2019 du prêt à taux zéro en zones B2 et C. 

Alors que le projet de loi Elan doit être présenté en conseil des ministres le 4 avril prochain, Julien Denormandie, le secrétaire d’Etat auprès du ministère de la Cohésion des territoires, s’est rendu ce 29 mars 2018 à la Convention nationale du syndicat des constructeurs et aménageurs de la FFB (LCA-FFB). Objectif : rassurer les professionnels du secteur face au futur texte législatif. « Nous avons essayé de faire une loi qui n’était pas pour quelqu’un ou anti-quelqu’un », a expliqué le secrétaire d’Etat.

Plus tôt, Patrick Vandromme, le président de LCA-FFB, s’interrogeait sur l’impact réel que pouvait représenter le choc d’offre voulu par le gouvernement. « Il faut prendre garde à une approche trop simplificatrice opposant les zones tendues aux zones détendues, s’inquiète le président de Maisons France Confort devant les quelques centaines d’adhérents présents ce jour-là. Ce n’est pas en opposant les territoires que l’on trouvera la bonne décision. » Alors que la vente des maisons individuelles recule de 17% sur les trois derniers mois, LCA-FFB déplore à nouveau la disparition de l’APL accession et du dispositif Pinel dans les territoires détendus.

Une crainte à laquelle a essayé de répondre Julien Denormandie. « Avec tous les dispositifs fiscaux que nous avons, ce sont 220 000 logements que nous aidons chaque année. Les Pinel zones B2 et C représentent 6 000 logements. » Et de continuer : « J’entends et je comprends que certains disent que ce n’est pas assez. Mais il faut prendre en considération l’effort du renouvellement de ces dispositifs. »

 

Craintes pour 2020


Même si LCA-FFB salue le maintien du prêt à taux zéro (PTZ) et du dispositif Pinel jusqu’en 2021 dans les zones tendues, l’organisation craint que « la mise en sursis du prêt à taux zéro en zones B2 et C jusqu’à fin 2019 ne débouche pas sur une condamnation définitive. » « Si nous prenons comme critère le taux d’effort des ménages, il faut avoir une approche plus nuancée, continue Patrick Vandromme. En 2020, les prix auront-ils suffisamment baissé ? » En effet, le secteur craint que ces nouvelles conditions de financement amènent les ménages à baisser la surface de leur maison ou à se rendre dans des zones plus éloignées, voire qu’ils « aillent acheter dans de l’ancien dégradé », a alerté Loïc Chapeaux, chef du service économique de la FFB, au cours de la convention.

Libérer le foncier, lutter contre les recours abusifs, alléger le volet normatif, transformer les bureaux en logements… pour répondre à ces inquiétudes, Julien Denormandie a énuméré les mesures phares du futur projet de loi. « Notre objectif est d’aligner les intérêts des uns et des autres », s’est défendu le secrétaire d’Etat. « Certains vous diront que le projet de loi est très long avec ses 60 articles. C’est parce que nous avons essayé d’ouvrir beaucoup de sujets. »

 

Simplifier le CCMI

 

Bien que le pôle Logement de la FFB se félicite de nombreuses dispositions de la loi Elan (approche normative simplificatrice, grandes opérations d’urbanisme tournées vers l’intercommunalité, lutte contre les recours abusifs), LCA-FFB continue de marteler certaines propositions qui lui tiennent à cœur. Elle souhaite notamment des améliorations sur le contrat de construction de maison individuelle. « Nous avons formulé plusieurs propositions d’ordre réglementaire pour rendre plus simple l’application de loi de 1990 [relative au contrat de construction d’une maison individuelle – NDLR] », a asséné Patrick Vandromme.

Autres sujets : l’expérimentation E+C- et la transformation digitale. LCA-FFB insiste ainsi au niveau de l’expérimentation sur la nécessité de prendre le temps de disposer d’un nombre de dossiers significatifs, avant d’en tirer les principaux enseignements, mais aussi sur le fait que le futur projet de loi doit effacer les freins juridiques à l’évolution numérique du secteur.

 

Focus

CINOV, Syntec-Ingénierie, UNSFA et UNTEC font toujours front commun contre Elan

Dans un communiqué, les principales organisations représentatives des ingénieurs et des architectes développent leurs propositions pour un projet de loi logement « plus ambitieux ». Ils proposent notamment de redonner un champ d’application étendu à la loi MOP et à la compléter par de nouvelles missions (transition énergétique et digitale, économie des ressources, évolutivité des usages des bâtiments, etc.) ; de ne recourir aux contrats globaux que sous certaines conditions (une évaluation finale notamment, « à l’instar de celle réalisée par l’Etat dans la construction d’ouvrages de santé et pénitentiaires ») ; de conserver le concours de maîtrise d’œuvre ; de préciser le périmètre de la préfabrication ; et de prendre en compte la réhabilitation et l’accélération de la mutation numérique du secteur de la construction.

Lire le détail des propositions commentées par Dominique Sutra, président de Cinov, sur le site des Cahiers techniques du bâtiment

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X