Industrie/Négoce

Egypte: Lafarge très vigilant mais pas de rapatriement pour l’instant

Mots clés : Industriels du BTP

Lafarge, cimentier français, fortement implanté dans le pays, suit très attentivement l’évolution de la situation en Egypte mais n’a pas encore procédé à des rapatriements d’expatriés.

« Nous sommes très attentifs à la situation. Des mesures et des procédures de sécurité adaptées sont en place et nous sommes extrêmement vigilants pour les faire évoluer en fonction de l’évolution de la situation », a précisé une porte-parole au siège parisien de Lafarge.

« L’essentiel de nos activités se situe loin du Caire », l’usine de ciment du groupe en Egypte étant située en plein désert à 200 km de la capitale, et celle-ci fonctionne toujours, a précisé cette porte-parole.

Le groupe dit employer en tout autour de 2.000 personnes dans le pays, mais un nombre limité d’expatriés, ses activités sur place étant tournées vers le marché local.

En ce moment, et compte tenu des vacances, le groupe compte 10 à 15 expatriés sur place, et n’a pas procédé pour l’instant à des rapatriements, a précisé la porte-parole. Mais « nous nous adapterons en fonction de la situation », a-t-elle ajouté.

Lafarge est un des principaux acteurs du marché des matériaux de construction en Egypte et au Moyen-Orient depuis l’acquisition bouclée en janvier 2008 des activités cimentières du conglomérat égyptien Orascom.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X