En direct

Effondrements d'immeubles à Marseille : les experts du CSTB étudient une possible défaillance du sol
Deux immeubles s'étaient brutalement effondrés le 5 novembre dernier rue Noailles, à Marseille, causant 8 victimes. - © AEDO LOIC

Effondrements d'immeubles à Marseille : les experts du CSTB étudient une possible défaillance du sol

le 29/11/2018  |  BâtimentBouches-du-RhôneJulien DenormandieHabitat indigneHabitat insalubre à Marseille

"La durabilité des immeubles n'est pas en cause", selon les experts du Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB), mandatés pour déterminer les causes des effondrements et évaluer l'état des immeubles voisins.

Deux experts du CSTB qui accompagnaient ce jeudi 29 novembre 2018 le ministre du Logement, Julien Denormandie, dans une visite du site où deux immeubles se sont effondrés à Marseille, faisant 8 morts, ont estimé qu'il fallait étudier une possible défaillance des sols, qui pourrait expliquer le drame.

"La durabilité des immeubles n'est pas en cause", a déclaré à la presse Charles Baloche, directeur adjoint du Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB), l'un des experts envoyés par Paris pour déterminer les causes des effondrements et évaluer l'état des immeubles voisins.

Sur le même sujet Drame de Marseille : des experts du CSTB vont intervenir pour démarrer l'audit technique

Construits au XVIIIe siècle dans le quartier populaire de Noailles, au centre de Marseille, les immeubles qui se sont effondrés le 5 novembre sont "sans fondation, avec des murs directement déposés sur le sol", a précisé l'expert: "Ce mode de construction suppose qu'aucun élément ne soit en position de faiblesse. Si un mur porteur est défaillant, soit par lui-même, soit par le sol, l'effondrement est garanti".

Maçonnerie sèche

"Si la maçonnerie est sèche (...) normalement, il n'y a pas de problèmes. On en déduit que le problème vient du sol", soit qu'il soit de mauvaise qualité, soit à cause d'un excès d'eau dû à "des canalisations rompues" ou "des eaux de ruissellement qui ne sont pas canalisées comme il convient", a-t-il poursuivi.

Sur le même sujet Immeubles effondrés à Marseille: un huitième corps retrouvé, les évacuations s'amplifient

Pour Jean-Philippe d'Issernio, directeur de la direction départementale des territoires et de la mer des Bouches-du-Rhône "l'ensemble des immeubles visités (alentour) n'ont pas fait apparaître de risque structurel qui laissait penser qu'ils allaient s'écrouler dans la minute ou dans les heures qui viennent, ils sont maintenant suivis depuis trois semaines et ils ne bougent pas".

Grande inquiétude

Mais pas question de donner pour autant le feu vert aux habitants pour réintégrer leurs logements: "Je ne suis clairement pas en mesure aujourd'hui de vous donner un délai", a assuré M. d'Issernio: "Il faut lever un certain nombre d'incertitudes sur les sols".

Sur le même sujet A Marseille, 183 immeubles et 1352 personnes ont été évacués depuis l'effondrement

Lors de sa visite, le ministre du Logement a été interpellé par des habitants, toujours en proie à une grande inquiétude sur la réhabilitation des immeubles, très vétustes, du quartier: "On va pas tout régler du jour au lendemain, il y a beaucoup de choses à faire", a répondu Julien Denormandie à une commerçante.

Sur le même sujet Marseille : « L’éradication de l’habitat indigne est une action collective »

"Moi je suis là pour appuyer la mairie et la métropole qui sont en charge de ça, pour qu'on aille beaucoup plus vite" a affirmé le ministre avant sa  rencontre, jeudi après-midi, avec la présidente de la métropole Martine Vassal et le maire de Marseille Jean-Claude Gaudin. Depuis le drame de la rue d'Aubagne, la municipalité a fait évacuer 193 immeubles vétustes soit 1482 personnes.

Commentaires

Effondrements d'immeubles à Marseille : les experts du CSTB étudient une possible défaillance du sol

Votre e-mail ne sera pas publié

WAVE

29/11/2018 19h:07

on a réalésé le tunnel qui passe sous les immeubles donc affaiblit le terrain

Votre e-mail ne sera pas publié

JPE

30/11/2018 10h:25

La présence d'eau usée dans le sous-sol semble avérée, 2006 la première alerte ! 2018 la catastrophe où est l'erreur ? Si les travaux nécessaires avaient eu lieu "soyons aimable" en 2010 pas de catastrophe. Reste que par un principe de précaution étrange ou stupide l'on justifie l'éloignement de leur foyer de beaucoup de famille ! Stratégie politique pour masquer l'incurie ? Un exemple le 52 cours Lieutaud à l'angle des rues Estelle et d'Aubagne : a été évacué sans arrêté de péril grave et imminent. Cette solide bâtisse de type post haussmannien (?) avec 6 grands logements en très bon état (sauf la cage d'escalier qui mérite un coup de peinture) c'est le type d'immeuble qui doit être ré-habité sans délai. Il y a certainement d'autres cas similaire URGENT

Votre e-mail ne sera pas publié

MFD

02/12/2018 10h:17

C'est un peu comme le quartier du Panier qui fut démoli pendant la dernière guerre...

Votre e-mail ne sera pas publié

Jean-Michel

03/12/2018 15h:51

Les différents travaux effectués en souterrain (métro, tunnels, canalisations, etc.) depuis plusieurs années fragilisent les sols et les constructions. Il me semble que les vibrations occasionnées par les divers travaux font bouger le sol et au fil du temps affaiblissent les anciennes bâtisses. Les perturbations du climat ont un impact sur les sols et ne paraissent pas être prises en considération dans l'aménagement urbain pour envisager des précautions avant tout travaux. A travers des recherches d'explications, on esquive la responsabilité des maîtres d'ouvrage qui n'a pas pris toutes les précautions pour éviter les drames.

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Code des juridictions financières

Code des juridictions financières

Date de parution : 12/2018

Voir

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

Date de parution : 12/2018

Voir

Le ravalement

Le ravalement

Date de parution : 12/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur