En direct

Effondrement du terminal 2E de Roissy: ADP, GTM, Ingérop et Bureau Veritas renvoyés en correctionnelle
L'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle. - © © Google Earth

Effondrement du terminal 2E de Roissy: ADP, GTM, Ingérop et Bureau Veritas renvoyés en correctionnelle

le 20/10/2017  |  EntreprisesParisroissy

Europe 1 a révélé vendredi 20 octobre que le juge d’instruction chargé de déterminer les responsabilités dans l’effondrement de la voûte qui avait fait quatre morts et 9 blessés le 23 mai 2004 avait renvoyé en correctionnelle Aéroport de Paris mais aussi le constructeur et son bureau d’études, ainsi que le Bureau Veritas qui, d’après le dossier d’instruction avait pointé «dès 2000», des problèmes sans pour autant s’alarmer du manque de réponse.

Après 13 années d’instruction, le juge chargé de déterminer les responsabilités dans l’effondrement mortel de la voûte du terminal 2E de l’aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle en mai 2004 a décidé de renvoyer en correctionnelle Aéroports de Paris, mais aussi «trois autres sociétés», a révélé Europe 1 vendredi 20 octobre: le constructeur GTM Construction, Ingérop le bureau d’études et le bureau de contrôle Bureau Veritas.

Le dossier d’instruction qu’a pu consulter Europe 1 cite des expertises accablantes: l’ouvrage était «très proche de la ruine dès sa construction», écrivent les experts. Ils estiment que la faible résistance de la voûte en béton résulte d’un «manque d’attention à tous les niveaux de l’opération», ce qui révèle selon eux «un défaut de coordination et de supervision», aux «conséquences gravissimes». «Les experts ont évalué à 50% la part de responsabilité technique d’ADP, contre 25% pour Ingérop, 15% pour GTM et 10% pour Bureau Veritas.»

Techniquement, rappelons que la commission d’enquête administrative chargée à l’époque d’établir les causes de l’effondrement avait pointé la faible résistance initiale de la structure. «La coque s’est progressivement fragilisée», avait ainsi expliqué le président de la commission Jean Berthier, lors d’une conférence de presse. «Elle tenait au début et cette réserve de résistance a été rongée progressivement», avait-il ajouté. La perforation de la voûte en béton surplombant l’édifice par les pièces métalliques qui la soutenaient, avait fini par provoquer son effondrement.

Dans le résumé de ses conclusions, la commission décrivait «l’effondrement d’une structure dont la réserve de résistance initiale était faible». Des faiblesses initiales qui s’expliquaient par quatre causes, précisait le texte: «Un ferraillage insuffisant ou mal positionné», «un manque de redondance mécanique c’est-à-dire de possibilité de transferts d’efforts vers d’autres zones en cas de défaillance locale», une «faible résistance de la poutre sablière» et «le positionnement des butons à l’intérieur du béton».

Commentaires

Effondrement du terminal 2E de Roissy: ADP, GTM, Ingérop et Bureau Veritas renvoyés en correctionnelle

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Droit et gestion des collectivités territoriales - 2018

Droit et gestion des collectivités territoriales - 2018

Livre

Prix : 83.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Décrypter les finances publiques locales

Décrypter les finances publiques locales

Livre

Prix : 59.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Négoce 446 - Spécial TOP 100 de la distribution bâtiment-bricolage 2018

Négoce 446 - Spécial TOP 100 de la distribution bâtiment-bricolage 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 25.00 €

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur