En direct

Effondrement du T2E de Roissy: amende maximale pour Aéroports de Paris
Le tribunal correctionnel de Bobigny a rendu son jugement ce 13 mars 2019, 15 ans après le drame. - © dianaduda - stock.adobe.com

Effondrement du T2E de Roissy: amende maximale pour Aéroports de Paris

Florent Maillet, avec AFP |  le 13/03/2019  |  Paul AndreuEntreprisesADPDroit de la construction

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Paul Andreu
Vie du BTP
Entreprises
ADP
Droit de la construction
Valider

Quinze ans après l'effondrement d'un terminal à Roissy, ADP, le gestionnaire, a été condamné à 225 000 € d'amende pour homicides et blessures involontaires. Trois sous-traitants ont également été condamnés. Le drame avait notamment causé la mort de 4 personnes.

L'ouvrage se voulait une "vitrine de la France" mais était "techniquement inabouti": Aéroports de Paris a été condamné ce mercredi 13 mars 2019 pour homicides et blessures involontaires à 225 000 euros d'amende, 15 ans après l'effondrement d'une partie du terminal 2E de Roissy qui avait fait quatre morts et sept blessés.

Le tribunal correctionnel de Bobigny a condamné le groupe ADP, gestionnaire du deuxième aéroport européen, à la peine maximale encourue, conformément aux réquisitions du ministère public lors du procès en décembre.

Sur le même sujet Effondrement du terminal 2E de Roissy: le procès aura lieu en décembre

Trois sous-traitants ont également été condamnés: 150 000 euros d'amende pour le bureau de certification Bureau Veritas, 100 000 euros pour le bureau d'études Ingerop ainsi que pour le constructeur GTM (filiale de Vinci).

Tous avaient plaidé la relaxe. Les avocats d'ADP n'ont pas souhaité réagir dans l'immédiat.

Calculs mal réalisés


Au petit matin du 23 mai 2004, le toit de l'aérogare avait cédé, entraînant la destruction d'une partie de ce terminal en forme de tunnel de verre et de béton inauguré à peine onze mois plus tôt, et dont ADP voulait faire "la vitrine de la France".

Six arcs en béton et quatre passerelles s'étaient effondrés sur une trentaine de mètres, tuant quatre voyageurs étrangers de 27 à 37 ans - deux Chinois, une Libanaise, une Ukrainienne - et blessant sept personnes, dont des employés et des policiers travaillant sur la plateforme.

Le tribunal a expliqué avoir notamment retenu qu'ADP avait commis une "faute" en présentant un projet "techniquement inabouti" à ses sous-traitants. Des sous-traitants qui de leur côté ont mal réalisé les calculs destinés à vérifier si le béton résistait bien à la pression. Bureau Veritas aurait dû "attirer l'attention" d'ADP et "formuler des réserves", a-t-il ajouté.

Les débats ont mis en lumière les défauts de ce bâtiment à 650 millions d'euros dessiné par l'architecte Paul Andreu, concepteur de l'Opéra de Pékin aujourd'hui décédé, et qui ne devait "ressembler à aucun autre".

Sur le même sujet Bâtisseur de l’air et de l’art, l'architecte et ingénieur Paul Andreu est décédé

L'esthétique avant la sécurité


Il était notamment reproché au groupe ADP - à la fois maître d'ouvrage et maître d'œuvre - de s'être montré négligent "eu égard à la complexité et au caractère atypique de l'ouvrage envisagé". Lors de l'enquête fleuve, les experts ont montré que la résistance des voûtes était "très insuffisante" et que la structure était "très proche de la ruine dès sa conception".

Dans son réquisitoire, le procureur avait pointé la responsabilité "écrasante" d'ADP, "les délais extrêmement tendus imposés" lors de la construction du bâtiment, mais aussi un "manque de transparence" et "un contrôle insuffisant de l'exécution". "On a pensé à l'esthétique, à l'innovation. A la sécurité, on n'a pas toujours pensé", avait-il déploré.

Longue bataille judiciaire

Le tribunal a également condamné les quatre sociétés à des contraventions pour les blessures les moins lourdes (7500 euros pour ADP, 6000 euros pour Bureau Veritas et 5000 euros pour GTM et Ingerop). Ils devront publier des extraits du jugement dans les journaux Le Moniteur et Les Echos.

"C'est une longue bataille judiciaire qui n'a pas été vaine", a réagi Clarisse Serre, avocate de la Fédération nationale des victimes d'attentats et d'accidents collectifs (Fenvac), partie civile.

Après l'effondrement, la jetée avait dû fermer pendant quatre ans. 130 millions d'euros ont été nécessaires pour reconstruire une jetée au profil semblable mais entièrement repensée, avec une voûte métallique à la place de l'ancienne structure en béton.

Les avocats des entreprises n’ont fait aucun commentaire sur l’éventualité d’un appel.

Ce jugement a été rendu alors que l'Assemblée nationale examine à partir de ce mercredi 13 mars 2019 en nouvelle lecture le projet de loi Pacte qui prévoit la privatisation d'ADP, qui gère directement ou indirectement 26 aéroports dans le monde (281,4 millions de passagers de passagers en 2018).

Commentaires

Effondrement du T2E de Roissy: amende maximale pour Aéroports de Paris

Votre e-mail ne sera pas publié

PSEUDO

18/03/2019 12h:16

Une paille, c'est grotesque compte tenu des enjeux et des montants financiers..

Votre e-mail ne sera pas publié

RINGO MARSEILLE

20/03/2019 14h:46

Une honte. L'état "Juge et Parti" Maitre d'ouvrage et maitre d’œuvre sous le même toit. Aucun respect des règles en la matière. Des condamnations financières ridicules vu l'ampleur du nombre de morts et du sinistre financier. Affaire étouffée compte tenu du délai de la procédure (15 ANS) avec peu de répercussion dans la presse. C'est encore le contribuable qui paie les 130 millions de reconstruction pour aggraver un peu plus le déficit de la nation.

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Construire avec le bois

Construire avec le bois

Date de parution : 12/2019

Voir

Réhabilitation énergétique et mobilité urbaine

Réhabilitation énergétique et mobilité urbaine

Date de parution : 12/2019

Voir

Histoire contemporaine des paysages, parcs et jardins

Histoire contemporaine des paysages, parcs et jardins

Date de parution : 11/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur