En direct

Effacement des consommations électriques : le bilan contrasté de Greenlys
Le consortium de Greenlys déclenchait des effacements chez les particuliers par le biais du système domotique Wiser. - © © DR

Effacement des consommations électriques : le bilan contrasté de Greenlys

Mathieu Dejeu |  le 29/04/2016  |  Rhône

Après quatre années de travaux, le projet de réseau électrique intelligent Greenlys présentait ses résultats à Lyon le 28 avril. Entre autres expérimentations, ce démonstrateur vise à tester la réduction temporaire de la demande d'énergie dans les bâtiments résidentiels et tertaires.

En cette année 2016, l’heure des bilans a sonné pour les premiers démonstrateurs de réseau électrique intelligent. Après Issygrid, c’est au tour du projet Greenlys de présenter ses conclusions. A l’occasion d’une cérémonie de clôture à Lyon, le 28 avril, les cinq principaux partenaires de cette expérience (ERDF, Engie, Gaz électricité de Grenoble, l’Institut polytechnique de Grenoble et Schneider Electric) ont détaillé les résultats de quatre années d’essais et de 43 millions d’euros d’investissements.

Les recherches entreprises dans le cadre de Greenlys se sont concentré sur deux aspects : l’amélioration du contrôle du réseau urbain de distribution d’électricité et l’effacement des consommations. Cette seconde composante consiste à réduire périodiquement les besoins en énergie d’un bâtiment en modifiant à distance le fonctionnement de ses équipements. Lors d’un pic de consommation sur le réseau, cette baisse évite le recours à des centrales dites « de pointe », qui emploient des énergies fossiles qui dégagent d’importantes quantités de dioxyde de carbone. Le bâtiment était au cœur de cette seconde composante.

Pour ce faire, le consortium a fourni en 2012 à 400 volontaires des agglomérations lyonnaise et grenobloise la gamme complète des produits domotiques Wiser, conçue par Schneider Electric. Avec ce dispositif, l’habitant peut piloter son chauffage, son chauffe-eau et ses prises électriques par le biais d’un téléphone portable ou d’une tablette. Il a également accès à ses consommations sur un site internet. Dans le même temps, un intervenant extérieur peut utiliser cette passerelle internet pour modifier les paramètres des objets du logement. Pour Greenlys, Engie était chargé de cette activité d’effacement. A l’avenir, la tâche pourrait échoir à des agrégateurs, qui posséderaient un parc d’installations dont ils pourraient dégager des économies d’énergie à tout moment. Un marché serait dédié à la vente de ces capacités à ne pas consommer.

A manier avec précaution

Lors des deux premières saisons de chauffe, les équipes de Greenlys ont expérimenté un premier protocole. Ils ont diminué la température de consigne du thermostat de 1°C pendant une heure, quatre à cinq fois par jour. Durant la troisième période, entre 2014 et 2015, la durée de l’effacement a été réduite à 15 minutes. « La perspective de confier son chauffage à tiers n’est pas simple, explique Guillaume Lehec, directeur du département agrégation de flexibilité d’Ecometering, filiale du groupe Engie. Nous nous étions engagés à ne pas dépasser 1°C. S’il ressentait une gêne, l’occupant pouvait arrêter l’effacement. Les cycles d’une heure entrainaient une baisse de 0,2°C de la température du logement. Ceux d’un quart d’heure ne la modifiaient presque pas. Environ 95% des utilisateurs ont affirmé ne pas avoir ressenti le changement. »

Les résultats se révèlent contrastés. Certes, cette action diminue la demande en puissance et en énergie pendant le temps de l’opération. Cependant, au moment du retour à la consigne de l’habitant, les radiateurs tournent à plein régime pour compenser la différence de température. L’appel de puissance du logement est alors 50% plus élevé par rapport à un jour sans effacement. Ces mêmes radiateurs consomment aussi 40 à 60% d’énergie supplémentaire dans les minutes qui suivent le changement d’instructions. Cette surconsommation atteint 95% dans les 24 heures. « L’effacement est avant tout un décalage de consommation. Les économies d’énergie demeurent minimes », observe Olivier Collet, directeur marketing pour les programmes de recherche sur l'énergie de Schneider Electric. « L’effet sur les consommations reste difficile à estimer, confirme Guillaume Lehec. Toutefois, avec une tarification adaptée, cette méthode pourrait réduire les dépenses pour les clients finaux. »

En attendant de potentielles évolutions de la législation, les testeurs de Greenlys ont eu un aperçu d’une facture avec des prix variables. Ils pouvaient simuler sur un site internet leurs frais en fonction de deux grilles tarifaires différentes qui reflétaient chacune les contraintes de l’acheminement électriques.

Un plus fort potentiel dans le tertiaire

En parallèle, quatre ensembles tertiaires disposaient d’un système similaire. A Grenoble, Schneider Electric a équipé ses bâtiments 38 EQI et 38 TEC, le site Europole de Gaz électricité de Grenoble ainsi que la patinoire de la ville de son offre « Prosumer ». Au moyen de cette combinaison d’automates, de capteurs et de logiciel, l’occupant administre ses équipements de chauffage, ventilation et climatisation (CVC), ainsi que ses infrastructures de production et de stockage d’électricité.

Par ce biais, Engie a déclenché 200 effacements des équipements de CVC. Dans l’enceinte des édifices, l’écart avec la température de consigne ne dépassait pas 1°C afin de ne pas nuire aux conforts des occupants. Les conséquences sont les mêmes que dans le résidentiel : l’appel de puissance est amplifié lors de la bascule de consigne et la consommation en énergie augmente de 95% dans les 24 heures qui suivent la manœuvre.

Néanmoins, sur la base d’un tarif vert A5, l’effacement peut générer jusqu’à 16% d’économie sur la facture de chauffage. Le consortium avance un temps de retour sur investissement de sept ans pour l’offre « Prosumer ».

Commentaires

Effacement des consommations électriques : le bilan contrasté de Greenlys

Votre e-mail ne sera pas publié

Librairie du Moniteur

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX