En direct

ECONOMISTES Le XVIIe Congrès de l'Untec : vers une qualification reconnue

bertrand escolin |  le 04/06/1999  |  FormationBas-RhinMorbihan

L'Untec crée un fonds de garantie et met en place un collège assistance à maîtrise d'ouvrage. Elle souhaite qu'une formation et une qualification soient liées au titre d'économiste de la construction.

« Notre profession souffre d'un manque de reconnaissance, lié au fait que n'importe qui peut s'intituler économiste », souligne Gérard Bornet, président de l'Union nationale des économistes de la construction et des coordinateurs (Untec), dont le XVIIe congrès s'est tenu à Lorient du 19 au 21 mai. « Nous demandons que notre cursus de formation soit adossé à un diplôme minimal (actuellement le BTS d'économie de la construction) obligatoire et à une qualification OPQTECC (Organisme professionnel de qualification des techniciens de l'économie de la construction) pour qu'un économiste puisse s'installer. Nous avons saisi Bruxelles sur ce point, et avons l'appui de nos homologues européens. En Grande-Bretagne, par exemple, les 25 000 économistes sont régis par une charte royale, et le recours à l'économiste est presque systématique pour le maître d'ouvrage, avant même de consulter l'architecte. »

Les 800 adhérents de l'Untec (sur 2500 économistes recensés) se sont dotés d'un fonds de garantie qui, en cas de défaillance d'un économiste (arrêt maladie par exemple), lui substitue un confrère, sans surcoût pour le maître d'ouvrage. Une convention a été signée entre l'Untec et une filiale du Crédit Lyonnais, pour la mise en place de ce fonds de 1 million de francs, abondé par les cotisations des membres.

Enfin, pour accompagner l'émergence de leurs nouvelles fonctions d'AMO (assistance à maîtrise d'ouvrage), « qui représente déjà 10 à 15 % de notre activité », précise Gérard Bornet, l'Untec a mis en place un collège AMO dont la mission est d'organiser les formations et une banque de données sur ce thème. Celle-ci collectera les informations sur la maintenance et l'exploitation des bâtiments.

Conventions de partenariat pour l'AMO

La profession souhaite fixer rapidement les nouvelles modalités de travail de l'AMO avec ses différents partenaires, comme la Scet. « Le protocole signé il y a quinze ans avec les économistes ne faisait état que d'une assistance ..économique''. Notre nouvelle mission AMO étant susceptible d'empiéter sur le terrain de compétence de certains, nous ne voulons absolument pas nous poser en concurrents d'architectes ou de la Scet », explique un économiste du Morbihan. Le prochain congrès de l'Untec est prévu à Strasbourg au printemps 2000.

Commentaires

ECONOMISTES Le XVIIe Congrès de l'Untec : vers une qualification reconnue

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur