En direct

Ecoles du paysage au temps du coronavirus 4/5 : « La grève des transports nous a habitués au virtuel » (Sacha Lenzini, Paris)
Sacha Lenzini a pris la direction de l'Ecole supérieure d'architecture des jardins le 17 décembre dernier. - © Esaj

Ecoles du paysage au temps du coronavirus 4/5 : « La grève des transports nous a habitués au virtuel » (Sacha Lenzini, Paris)

Laurent Miguet |  le 27/03/2020  |  Continuité pédagogiqueCoronavirusIle-de-France

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Continuité pédagogique
Coronavirus
Ile-de-France
Paysage
Valider
Pour lire l’intégralité de cet article, testez gratuitement lemoniteur.fr - édition Abonné

Vacillante en 2019, renaissante en 2020, la seule école privée agréée par la fédération française du paysage a anticipé le confinement à partir de la fin février. L'agenda sanitaire de l'école supérieure d'architecture des jardins croise le lancement du conseil d’orientation qui tiendra son assemblée inaugurale virtuelle en avril, sous la présidence de Gilles Clément. Symbole de la résilience, les journées portes ouvertes se sont tenues les 27 et 28 mars, via Instagram.

Deuxième test de résilience en quatre mois pour Sacha Lenzini : le 17 décembre dernier en pleine grève des transports, le [...]

Cet article est réservé aux abonnés Moniteur, abonnez-vous ou connectez-vous pour lire l’intégralité de l’article.

Déjà abonné

Saisissez vos identifiants

Mot de passe oublié ?
Se connecter

Pas encore abonné

En vous abonnant au Moniteur, vous bénéficiez de :

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index

Commentaires

Ecoles du paysage au temps du coronavirus 4/5 : « La grève des transports nous a habitués au virtuel » (Sacha Lenzini, Paris)

Votre e-mail ne sera pas publié

Titi

08/07/2020 22h:10

C'est une blague? La grève des transport n'a rien habitué du tout la plupart des cours annulé et il y en avait déjà pas beaucoup. Et le confinement ça marchait une fois sur 2 , quand les profs était là ! Plus de 8000 € l'année c'est du vol d etudiant et de parents , certains se saigne pour essayer d offrir des études à leurs enfant .

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil