En direct

Eco-Industries Bipe Conseil prévoit un nouveau rebond

josette dequéant |  le 07/02/1997  |  SantéCollectivités localesRéglementation

-Les dépenses d'environnement des collectivités locales devraient atteindre 115 milliards de francs pour 1996. -Elles devraient progresser, cette année, de 4,5 % en francs courants, notamment pour la gestion des eaux usées et des déchets, ainsi que pour le cadre de vie.

Dans leur rapport annuel remis au ministère de l'Environnement, les experts de Bipe Conseil estiment que 1997 devrait être l'année de la reprise pour le secteur des éco-industries. La part des investissements industriels devrait rester stable, mais celle des collectivités locales devrait progresser d'environ 4,5 % en francs courants.

Ces dernières affichent toujours l'environnement parmi leurs priorités, et plusieurs facteurs vont y contribuer concrètement : le lancement du VIIe programme des agences de l'eau ; la mise en application des plans de gestion relatifs aux déchets ménagers (la quasi-totalité devrait être adoptée à la fin de l'année) et l'entrée en vigueur de la loi sur l'air. D'autres secteurs, liés à des besoins spécifiques (sols pollués) ou à un contexte réglementaire plus favorable (isolation acoustique), pourraient également connaître une croissance significative (voir tableau).

Marché de l'adduction et de l'assainissement

Tout cela devrait se traduire, pour la première fois depuis 1994, par une augmentation des achats d'équipements de l'ordre de 7 % en francs courants.

La dynamique des deux marchés de l'adduction et de l'assainissement est très différente. Si près de 98 % de la population est desservie en eau, la nécessité d'une rénovation des réseaux, aujourd'hui reconnue, ne paraît pas encore une priorité au niveau local. Globalement, l'évolution du secteur se traduit par une stagnation en volume de l'activité « production d'eau » (la consommation d'eau potable s'est stabilisée en 1996) et par un accroissement limité du chiffre d'affaires ( + 5 % en francs courants en 1997) résultant de l'augmentation de l'activité de traitement.

Confirmant l'analyse des Canalisateurs de France (1), Bipe Conseil estime que, dans le domaine de l'assainissement, de nombreux travaux sont encore nécessaires, dans le neuf comme dans la rénovation. Pourtant, après une période de croissance exceptionnelle en 1992-1995, le marché des stations d'épuration n'a pas connu de progression en 1996.

Beaucoup de contrats concernent désormais des stations de taille petite ou moyenne, marché sur lequel la concurrence, déjà forte, tend à s'accroître et pèse sur la rentabilité des projets (2). Cette évolution rejaillit sur le secteur de l'équipement des stations car les petites stations d'épuration nécessitent peu d'instruments de mesure et de contrôle. Ce secteur devrait pourtant progresser l'an prochain ( + 7 %), en particulier dans le domaine de l'auto surveillance.

Le marché de l'assainissement autonome devrait, lui aussi, se développer ( + 4 %), notamment dans l'habitat dispersé et les petits logements collectifs.

Déchets : évolution contrastée

La collecte et le traitement des déchets constituent toujours la première priorité d'investissement des collectivités locales et le marché devrait continuer d'augmenter ( + 7 %). Le parc d'usines d'incinération d'ordures ménagères (UIOM) devra, à moyen terme, être restructuré (mise aux normes, remplacement des unités vétustes). Plusieurs chantiers, repoussés l'an dernier du fait de la sortie des plans départementaux (3), vont démarrer cette année. L'examen de 40 des 43 plans publiés en mars 1996 a permis de dénombrer 50 projets de création d'UIOM, ce qui pourrait amener à un chiffre global de 130 à 150 unités au niveau national.

En revanche, le marché de la récupération est plutôt morose, du fait d'une mauvaise année 1996 qui a affecté tous les secteurs (métaux, plastiques, papier-carton). Seul le volume de verre récupéré a progressé de 10 %.

L'adoption de la loi sur l'air (4) a déjà commencé à imprimer une très forte accélération au marché des mesures de l'air ambiant. Parti d'un niveau très bas (245 millions de francs de chiffres d'affaires en 1995), ce marché a progressé de 40 % l'an dernier, et cela devrait s'amplifier.

Air : 340 analyseurs d'ici à 1998

Vingt villes de plus de 100 000 habitants doivent en effet être équipées d'un réseau de surveillance d'ici au 1er janvier 1998, ce qui nécessite la mise en place de 340 analyseurs. Par ailleurs, l'augmentation du produit de la taxe parafiscale sur la pollution atmosphérique devrait permettre de financer davantage d'opérations relatives à la protection de l'air.

(1) « Le Moniteur » du 22 novembre 1996, p. 17. (2) « Le Moniteur » du 17 mai 1996, p. 38. (3) « Le Moniteur » du 26 janvier 1996, p. 56. (4) Cette loi a été publiée dans « Le Moniteur » du 10 janvier 1997 (cahiers détachables), p. 212.

TABLEAU : GESTION DES EAUX ET DECHETS PRIORITAIRES Tableau de bord des dépenses environnement des collectivités locales

Source : Bipe Conseil

TABLEAU : L'accroissement des dépenses des collectivités locales dans le domaine de l'environnement est essentiellement dû à l'augmentation des dépenses de gestion.

Commentaires

Eco-Industries Bipe Conseil prévoit un nouveau rebond

Votre e-mail ne sera pas publié

Librairie du Moniteur

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Amélioration et renforcement des sols - AMSOL - Tomes 1 et 2

Amélioration et renforcement des sols - AMSOL - Tomes 1 et 2

Prix : 0.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur