En direct

Ebénisterie au Parlement de Bretagne

dominique errard, françois sagot, bernard reinteau, michel octernaud, nathalie bougeard, bertrand escolin, Annick Loreal, Laurent Miguet, Remy Mario, Thierry Thomas |  le 27/11/1998  |  France entièreIlle-et-VilaineRénovationProduits et matérielsTravaux publics

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

France entière
Ille-et-Vilaine
Rénovation
Produits et matériels
Travaux publics
Valider

-A Rennes, deux ébénistes travaillent depuis plus d'un an à la restauration des lambris du Parlement où les boiseries ont été endommagées par l'incendie de février 1994.

« Le maître d'ouvrage a souhaité que nous utilisions les techniques de l'époque », souligne Albert Guitton patron de l'entreprise Guitton, PME familiale de cinquante personnes. Peut-être de quoi expliquer qu'une partie de la corniche de la deuxième chambre du Parlement ait nécessité 77 heures de travail et que dans cet atelier, la gouge reste l'accessoire essentiel. Mais avant de toucher au bois, l'ébéniste commence par établir le diagnostic. Cet examen va permettre de définir toutes les interventions à réaliser. « Mais avant que nous ne démarrions, les décorateurs des couches picturales viennent nettoyer l'essentiel et refixer les dorures », détaille Bruno Catheline, l'un des ébénistes. Ensuite, l'artisan passe un temps important à effectuer un nettoyage en profondeur puis à combler les panneaux défectueux.

« Quand il s'agit d'un réajustage ou de dissimuler une fente, nous avons recours au flipot (étroite baguette de bois insérée dans une fente, affleurée par rabotage). Et quand nous sommes face à une absence de matière importante comme un morceau de bois sculpté, nous réalisons une enture (assemblage bout à bout de deux pièces entaillées pour s'emboîter). Toutes nos pièces sont posées avec de la "colle à chaud", technique déjà utilisée au XVIIIe siècle », poursuit l'homme de l'art. De même, les ébénistes ont recours au fer à repasser pour chauffer la pièce avant de la coller.

Quand le travail de restauration de toutes les pièces d'une façade est terminé (la deuxième chambre en comptait 300), les ébénistes remontent la façade « à blanc » afin que les restaurateurs de peinture puissent à leur tour intervenir. Depuis le 16 novembre dernier, le montage de la deuxième chambre a démarré au Parlement. Quant à la troisième, elle ne sera livrée qu'en juin prochain.

FICHE TECHNIQUE

Maître d'ouvrage : ministère de la Justice.

Maître d'oeuvre : J.-L. Roubert, architecte des bâtiments civils et palais nationaux.

Entreprises : Fancelli (région parisienne), Guitton (35) et Ferignac (24).

PHOTO : Après un examen des pièces, les décorateurs des couches pictorales nettoient l'essentiel et refixent les dorures. Puis l'ébéniste décape en profondeur et comble les panneaux défectueux.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

170 séquences pour mener une opération de construction

170 séquences pour mener une opération de construction

Date de parution : 01/2020

Voir

55 outils pour la conduite de chantier

55 outils pour la conduite de chantier

Date de parution : 01/2020

Voir

Construire avec le bois

Construire avec le bois

Date de parution : 12/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur