En direct

Eau pluviale :
© DR - ©

Eau pluviale : " le label HQE reflète les limites de la réglementation française "

le 07/04/2009  |  AménagementEnvironnementHQEDéveloppement durableFrance entière

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Energie
Aménagement
Environnement
HQE
Développement durable
France entière
International
Santé
Architecture
Réglementation
Technique
Valider

Thierry Jacquet, fondateur de la société Phytorestore qui s'est fait connaître avec son concept breveté de jardins filtrants, nous parle de son activité et nous livre sa vision internationale des réglementations relatives à la gestion de l'eau et son regard sur les écoquartiers.

Vous avez fondé la société Phytorestore en 2004, aujourd'hui vous avez implanté plus de 200 jardins filtrants dans l'hexagone. Pourriez-vous définir la place que vous occupez dans les projets d'aménagement ?
Notre métier n'existe pas, nous l'avons inventé. En France nous ne rentrons dans aucune case et, à l'étranger, dans la liste de l'équipe de maîtrise d'œuvre on figure en tant qu' " ecological landscape designer ".

Concrètement, Phytorestore est une entreprise de « recherche et développement » travaillant sur l'utilisation des plantes pour la dépollution des sols, l'épuration des eaux usées ou l'assainissement de l'air intérieur. D'autre part, nous faisons de la maîtrise d'œuvre, en développant des applications quasi industrielles.

Peut- être qu'en nous parlant des projets que vous menez actuellement nous arriverions mieux à situer les frontières de vos domaines d'interventions.
Côté recherche, 5 doctorants ont intégré nos équipes. Nous disposons d'un programme de recherche avec le CNRS et nous lancerons prochainement de nouvelles variétés végétales. Du fait de cette activité, nous déposons beaucoup de brevets. J'invite d'ailleurs tous les architectes paysagistes à en faire de même.

Côté maîtrise d'œuvre, beaucoup de nos projets se mettent en place en Algérie, notamment dans la Wilaya d'Alger, où les équipes chargées de l'environnement sont d'ailleurs très compétentes. Nous avons en charge le traitement des eaux usées de l'autoroute d'Alger, l'aménagement paysager du port de Tipaza.
A Pékin, on travaille avec Carrefour sur l'installation d'un jardin filtrant fournissant de l'eau épurée à une climatisation solaire.
En France, sur le projet d'éco-quartier de l'île Saint-Denis, on installe des jardins filtrants qui fourniront la biomasse nécessaire à l'alimentation d'une chaudière à Cogénération.

Au final, notre jardin filtrant n'est qu'un moyen de « renaturer » la ville. Notre objectif, à travers nos différents projets, c'est d'introduire de la biodiversité.

Vous êtes urbaniste de formation mais, à vous écouter, vous passez votre temps à installer de plantations. Quel est votre rapport avec le paysagisme et les paysagistes ?
Avec les paysagistes, nos relations sont ambigües. Autrement dit, en France, il y a en trois ou quatre qui veulent bien travailler avec nous. En fait, il y a deux courants dans le paysagisme français. Le courant défendu par Gilles Clément définit le paysagiste comme un jardinier dont le métier est de planter. Avec ce courant là, nous entretenons une relation amicale.

Parallèlement, le courant dominant considère le paysagiste comme un créateur artistique.
Pour ma part, je ne pense pas qu'il faille rechercher l'esthétique pour l'esthétique, mais plutôt essayer de rendre belles des choses fonctionnelles et donc très contraignantes.

Aussi, il faut dire que notre démarche perturbe les projets actuels car nous ne proposons pas d'images sensationnelles.

Que pensez-vous de la réglementation relative à l'eau en France et de la prise en compte de sa gestion par le label HQE ?
Concernant la réglementation française, je dirais poliment qu'elle est contraignante et inappropriée au développement d'une gestion écologique de l'eau. Il faut dire qu'on partait de loin. Il y a dix-sept ans, quand j'ai commencé, il était choquant de prévoir des zones humides dans un projet d'aménagement. Le chemin à parcourir en France, pour être doté d'une réglementation sur l'eau adaptée à une approche environnementale de son utilisation, est encore long.

En Chine, où Phytorestore a une activité importante, nous nous rendons compte que la réglementation est nettement plus favorable à la mise en place de systèmes de traitement et de gestion de l'eau écologiques. Le jour où nous aurons, en France, les standards chinois actuels dans le domaine, nous pourrons alors parler d'une véritable révolution culturelle.

D'ailleurs, le label HQE reflète assez bien les limites de la réglementation française. Nous, à Phytorestore, aimons beaucoup le label américain LEED (Leadership in Energy and Environmental Design) car il intègre des exigences précises quant à la gestion de l'eau contrairement au label HQE qui propose une approche trop générale sur ce sujet.

Le mot « écoquartier » envahit les présentations d'aménagement. Quel regard portez-vous sur l'apparition de ce mot dans le lexique des maîtres d'œuvre et maîtres d'ouvrage français ?
Aujourd'hui, au dire des équipes de maîtrise d'œuvre et des maîtres d'ouvrages, il semblerait que toutes les zones d'urbanisations futures sont des écoquartiers. Pour moi, un écoquartier est une zone qui bénéficie d'un ensemble d'équipements écologiques complémentaires, offrant de bonnes performances économiques.

Quand j'entends parler d'un projet d'écoquartier, je prête une attention particulière à la manière dont le maître d'œuvre ou d'ouvrage justifie l'appellation. Trop souvent, seule l'installation de panneaux photovoltaïques ou la conservation d'aires d'infiltrations d'eaux pluviales suffit à user du terme « écoquartier ». Si l'on ne s'attarde que sur la thématique de l'eau, un traitement sur place des eaux usées m'apparait déjà comme une des exigences minimum pour prétendre à l'appellation d'écoquartier.

Concernant les performances économiques, il faut, à mon avis, que l'équipement offre de réelles économies d'exploitations et donc un « pay-back » relativement rapide. Des bureaux d'études et de conseils, tels que Tribu par exemple, raisonnent autrement et considèrent que le surcoût représente un investissement pour l'avenir. A mon sens, l'écologie et la compétitivité économique sont, dés aujourd'hui, indissociables.

Le label américain Leed propose des objectifs précis à atteindre et consacre un chapitre à la problématique de l'eau.

Dans le chapitre « Site durable », les cibles sont les suivantes :

- «Gestion de la qualité des eaux pluviales »
- «Gestion de la quantité des eaux pluviales »

Dans le chapitre intitulé « Gestion de l'eau », les cibles sont les suivantes :

- « Technologie innovante de traitement des eaux usées »
- « Aménagement paysager prenant efficacement en compte la gestion d'eau » (réduction minimum de 50% par rapport à un aménagement paysager standard)
- « Réduction de la consommation d'eau » (avec une exigence minimale d'une réduction de 20% par rapport à un bâtiment standard)

Jardin Filtrant

Zones humides artificielles combinant les différentes composantes d'un écosystème - végétaux supérieurs, micro-organismes, sols (matériaux alluvionnaires, pouzzolane, tourbe...) - les jardins filtrants© permettent de traiter, par les plantes, l'eau, le sol et l'air.

Le label Français HQE propose deux cibles généralistes sur la gestion de l’eau

Dans le chapitre intitulé Eco-gestion, figure la cible « Gestion de l'eau » et dans le chapitre Santé, figure la cible « Qualité sanitaire de l'eau ».

Cet article fait partie du dossier

Tendances produits

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

L'instrumentation et la mesure en milieu nucléaire

L'instrumentation et la mesure en milieu nucléaire

Date de parution : 06/2019

Voir

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

L’assainissement-démantèlement des installations nucléaires

L’assainissement-démantèlement des installations nucléaires

Date de parution : 04/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur