En direct

Dunkerque - Assises énergie-climat Dix ans pour réduire la facture
PHOTO - 281328.HR.jpg - © cUD

Dunkerque - Assises énergie-climat Dix ans pour réduire la facture

A. V. et M. B. |  le 22/01/2010  |  SantéEnergieCollectivités localesRéglementationTechnique

Les 11 e Assises énergie-climat des collectivités territoriales se réunissent, du 26 au 28 janvier, à Dunkerque. Le compte à rebours est lancé pour atteindre les objectifs de 2020.

L'échec relatif du sommet de Copenhague rend d'autant plus important le rendez-vous des collectivités locales. C'est en tout cas ce qu'estime son premier promoteur, Michel Delebarre, maire de Dunkerque. Il compte accueillir les participants aux Assises énergie-climat avec le lancement du compte à rebours des dix ans. « Les Etats ne parviennent pas à s'entendre mais de nombreuses collectivités s'engagent à réduire leur consommation et à respecter, sur leur territoire, les objectifs du paquet énergie-climat de l'Union européenne. » Ce paquet définit la règle des 3 x 20, soit la réduction de 20 % des émissions de CO 2 d'ici à 2020, grâce à l'augmentation de 20 % de l'efficacité énergétique et de 20 % d'énergie renouvelable. Plus de mille municipalités européennes ont signé une convention s'engageant sur cet objectif, sans attendre les Etats. La communauté urbaine de Dunkerque (CUD) qui accueille ces assises est, à cet égard, exemplaire. Transports publics et habitat sont les deux secteurs sur lesquels elle dispose d'une grande capacité d'intervention pour réduire les émissions de CO 2 . Ils figurent donc, avec l'urbanisme, en tête du plan climat territorial adopté en novembre.

Opération « Réflexénergie »

« Notre priorité, ce sont les logements existants », souligne Frédérick Mabille, directeur énergie à la communauté urbaine. Les fonds alloués vont plus que doubler pour la seconde phase (2010 et 2014) en passant à 500 000 euros par an. L'objectif annuel est d'économiser 5,8 millions de kWh et d'éviter le rejet de 1 350 tonnes de CO 2 .
Après une étude thermographique, la CUD a mis en place, entre 2006 et 2009, l'opération « Réflexénergie », qui conjugue le conseil aux habitants et un fonds d'aide aux travaux doté d'un million d'euros de 2006 à 2009. Pour 2010-2014, le budget initial est de 2,5 millions (EDF finance la moitié de l'isolation, GDF Suez intervient sur les chaudières et 80 entreprises locales sont partenaires).
Dans les transports, le projet Althytude a pris deux ans et demi de retard. Les deux bus alimentés à l'hythane ont enfin été homologués. La CUD se propose d'être site pilote national pour l'expérimenter.-

- Quelle peut être l'implication des autorités locales dans la lutte contre le réchauffement climatique ?

Toute consommation d'énergie est reliée à un territoire. Les collectivités peuvent agir à trois niveaux. Le premier, c'est sur leur propre patrimoine. Cela représente 5 % de l'effort général à accomplir. Le deuxième, c'est sur l'organisation de la cité, donc les règlements d'urbanisme, les déplacements. Des choix politiques qui comptent pour 20 % à 25 % du total. Enfin, pour tout le reste, il y a l'effet moteur que produit une collectivité locale sur ses habitants ou son tissu économique.

- Comment agissent les collectivités ?

Il y a de nombreuses formes de mobilisation. La Convention des maires constitue, à ce jour, l'initiative la plus ambitieuse pour inciter les collectivités locales à dépasser les objectifs de l'Union européenne. A ce jour, mille villes européennes se sont engagées à respecter les objectifs de l'Union, non pas seulement pour leur patrimoine, mais sur leur territoire.

- Les plans climat-énergie, obligatoires avec la future loi Grenelle 2, sont-ils une solution ?

Les plans volontaires tels qu'ils ont été développés par des villes pionnières comme Grenoble, Rennes ou Nantes, sont efficaces, car ils reposent sur une réelle motivation locale. Il faut à tout prix éviter que le caractère obligatoire du plan climat-énergie n'entraîne qu'un simple formalisme administratif.

280743.HR.jpg Gérard Magnin, délégué général d'Energie Cités, coorganisateur des assises. NICOLAS WALTEFAUGLE/LE MONITEUR Propos recueillis par Maxime Bitter - " Agir sur l'organisation de la cité "

" Agir sur l'organisation de la cité "

- Quelle peut être l'implication des autorités locales dans la lutte contre le réchauffement climatique ?

Toute consommation d'énergie est reliée à un territoire. Les collectivités peuvent agir à trois niveaux. Le premier, c'est sur leur propre patrimoine. Cela représente 5 % de l'effort général à accomplir. Le deuxième, c'est sur l'organisation de la cité, donc les règlements d'urbanisme, les déplacements. Des choix politiques qui comptent pour 20 % à 25 % du total. Enfin, pour tout le reste, il y a l'effet moteur que produit une collectivité locale sur ses habitants ou son tissu économique.

- Comment agissent les collectivités ?

Il y a de nombreuses formes de mobilisation. La Convention des maires constitue, à ce jour, l'initiative la plus ambitieuse pour inciter les collectivités locales à dépasser les objectifs de l'Union européenne. A ce jour, mille villes européennes se sont engagées à respecter les objectifs de l'Union, non pas seulement pour leur patrimoine, mais sur leur territoire.

- Les plans climat-énergie, obligatoires avec la future loi Grenelle 2, sont-ils une solution ?

Les plans volontaires tels qu'ils ont été développés par des villes pionnières comme Grenoble, Rennes ou Nantes, sont efficaces, car ils reposent sur une réelle motivation locale. Il faut à tout prix éviter que le caractère obligatoire du plan climat-énergie n'entraîne qu'un simple formalisme administratif.

Propos recueillis par Maxime Bitter -

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 10.00 €

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur