En direct

Evénement

Duflot : échec ou retard à l’allumage ?

L. F. |  le 31/01/2014  |  Etat

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Etat
Valider

Le dispositif Duflot pour l’investissement locatif a démarré début 2013. 40 000 ventes étaient attendues par la ministre du Logement sur un an. Elles seraient moins de 30 000. Explications.

Le dispositif d’investissement locatif « Duflot » accorde aux particuliers une réduction d’impôt de 18 % pour l’acquisition d’un logement neuf en zone tendue. Avec toutefois des contreparties afin de loger en priorité les classes moyennes et modestes : loyer inférieur au prix du marché et locataires sous plafonds de ressources. Si la simplicité (réduction d’impôt) et le rendement théorique du dispositif ont été vite reconnus, on ne peut pourtant pas parler de franc succès. La Fédération des promoteurs immobiliers (FPI) n’a pas encore les chiffres pour 2013, mais moins de 30 000 ventes en « Duflot » auraient été signées. Première explication : le plafonnement des niches fiscales à 10 000 euros, qui limite le nombre de bénéficiaires. Les investisseurs ne représentaient plus que 40 % des clients des promoteurs fin 2013 contre 69 % en 2009 avec le « Scellier ». Mais, surtout, « les incertitudes sur le périmètre géographique et le niveau des loyers applicables ainsi que l’encadrement des loyers (loi Alur) ont jeté un immense doute pour ceux qui envisageaient d’investir », juge François Payelle, président de la FPI. En effet, il a fallu attendre le 19 juin dernier pour que soient calées par décret les modalités du dispositif en zone B2. Démarrage poussif donc, notamment dans les grosses agglomérations, même si, depuis l’automne, certains comme Nexity ou Kaufman & Broad jugent que le « Duflot » trouve ses marques. La circulaire adressée le 19 décembre par la ministre aux préfets de région afin de figer le « Duflot » pour trois ans devrait contribuer à sécuriser les programmes et les aider à remonter la pente en 2014. Car, pour l’instant, le moins que l’on puisse dire est que la proposition d’achat de 20 000 logements faite par la SNI (voir « Le Moniteur » du 24 janvier 2014, p. 16) ne les enthousiasme pas.

PHOTO - 774177.BR.jpg
PHOTO - 774177.BR.jpg - © SERGE ATTAL/GLOBEPIX

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

L'assurance construction

L'assurance construction

Date de parution : 04/2019

Voir

La concession d'aménagement et ses alternatives

La concession d'aménagement et ses alternatives

Date de parution : 04/2019

Voir

Urbanisme de dalle

Urbanisme de dalle

Date de parution : 03/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur