En direct

Dubaï, ville verte (2/3): la métropole émiratie va-t-elle devenir la capitale du «green building» ?
Pour visiter l'immeuble affichant le titre du plus grand bâtiment gouvernemental certifié Leed Platinum -il fallait bien trouver un record mondial de plus pour Dubaï -, il faut s'éloigner des tours à l'architecture iconique du centre-ville. - © © Captain

Dubaï, ville verte (2/3): la métropole émiratie va-t-elle devenir la capitale du «green building» ?

Eric Leysens, envoyé spécial à Dubaï |  le 04/12/2013  |  NormesInternationalImmobilierRéglementation

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Energie
Normes
International
Immobilier
Réglementation
Valider

Pour trouver les bâtiments les plus « verts » de Dubaï, il faut quitter des yeux la skyline que dessinent les cimes des tours vertigineuses. C'est un bâtiment de seulement deux étages qui arbore le titre de plus grand bâtiment gouvernemental « Leed Platinum », certification environnementale américaine.

Burj Al-Arab, unique hôtel 7 étoiles au monde;  Burj Khalifa, tour la plus haute du monde avec ses 828 mètres de hauteur et ses 211 étages; Dubaï Mall, plus grand centre commercial avec ses 112 hectares de surface marchande... Dubaï collectionne les records mondiaux.  Quel titre détient la capitale économique des Emirats arabes unis dans le domaine de la construction « verte » ?

Après avoir arpenté les allées du salon de  la construction Big5 afin de humer  si le vert était tendance auprès des émiratis (voir l'épisode 1 de «Dubaï,ville verte»), LeMoniteur.fr a traversé les avenues de la capitale économique des Emirats arabes unis à la recherche du bâtiment le plus vert.

L'immeuble accueillant la Chambre de Commerce et d'Industrie des Emirats arabes unis à Dubaï a été , fin 2009, le premier bâtiment certifié Leed du monde arabe. Néanmoins pour visiter l'immeuble affichant le titre du plus grand bâtiment gouvernemental certifié Leed Platinum -il fallait bien trouver un record mondial de plus pour Dubaï -, il faut s'éloigner des tours à l'architecture iconique du centre-ville. L'immeuble qui accueille les nouveaux bureaux de la  « Dubaï electricity and water autorithy », sorti de terre en 2013, ne s'élève que sur deux étages.

Bader Abdulla Al Saadi Al Qemzi qui a supervisé le projet de construction nous explique comment ils sont arrivés à obtenir 98 des 110 points que compte la grille d'évaluation de la certification américaine.

Mais le bâtiment le plus « vert » de la ville est certainement « The Change Initiative ». Immeuble accueillant 25 boutiques spécialisées dans les produits durables, est le centre commercial ayant obtenu le plus haut score dans le référentiel Leed, 107 sur 110 (et un record mondial de plus pour Dubaï).

D'après l'US Green Building Council, organisme assurant la gestion et le développement de la certification Leed, Dubaï compte près de 10 bâtiments au niveau « Platinum », plus de 30 « Gold » ; et plusieurs centaines de projets en cours bénéficieront de la certification américaine. Avec plus de 800 projets certifiés ou en cours de certification, les Emirats arabes unis occupaient, à l'été 2013, la quatrième  place des pays comptant le plus de certifications Leed, derrière les Etats-Unis (pays d'origine de la certification), le Canada et la Chine. Avec son rythme de développement effréné, Dubaï pourra donc peut-être bientôt ajouter à son palmarès de records mondiaux, le titre de la ville accueillant le plus d'immeubles Leed.

Afin de multiplier le nombre de bâtiments « verts » dans la ville, la municipalité a également établi un « Green building code » qui sera effectif début 2014 et a annoncé, en novembre, que 40 projets en cours respectent  d'ores et déjà ces nouvelles exigences. Ce nouveau cadre participe à la volonté de la ville de modifier avant 2020, date à laquelle la ville accueillera l'Exposition universelle, l'image « bling-bling » que renvoie aujourd'hui Dubaï. A la lumière du regard que porte Mike Davis, sociologue urbain américain, sur la cité-Etat émiratie, la tâche sera ardue : « parce qu'elle préfère les vrais diamants au strass, Dubaï a déjà surpassé Las Vegas, cette autre vitrine désertique du désir capitaliste, dans la débauche spectaculaire et la surconsommation d'eau et d'électricité ».

Pour savoir si la fin de règne a sonné pour l'architecture iconique et la voiture à Dubaï, voir l'épisode 3 de "Dubaï, ville verte"

Un Leed arabe pour terrain désertique

Abu Dhabi a lancé sa propre certification en 2010, Estidama (phonétiquement « durable » en arabe), qui se veut la Leed du monde arabe. Tout comme la certification américaine, avec ses niveaux « Certified », « Silver », « Gold », et « Platinum », la grille d'évaluation d'Estimada fixe plusieurs paliers. Ainsi un bâtiment certifié Estidama est, selon les niveaux de performance du bâtiment,  crédité d'une à cinq « perles ». Adaptée à l'environnement d'Abu Dhabi, ville implantée en zone désertique, la priorisation des enjeux est différente de celle guidant la grille d'évaluation Leed. Alors que la gestion de l'eau ne pèse que pour 2,5% de la note globale, son poids, dans le référentiel Estidama, est 10 fois plus important.

Commentaires

Dubaï, ville verte (2/3): la métropole émiratie va-t-elle devenir la capitale du «green building» ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

L’assainissement-démantèlement des installations nucléaires

L’assainissement-démantèlement des installations nucléaires

Date de parution : 04/2018

Voir

Montage et exploitation d’un projet éolien

Montage et exploitation d’un projet éolien

Date de parution : 05/2016

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur