En direct

Du solaire en rénovation : production individualisée et régulation centralisée

BR |  le 01/09/2007  |  SantéEnergieRéglementation

La rénovation lourde de cet immeuble près des grands boulevards parisiens a donné lieu à une conception innovante du réseau d’eau chaude sanitaire. Les six appartementsse partagent les calories des neufs panneaux en toiture décaissée.

Dans ce bâtiment insalubre en plein cœur de Paris, la ville a souhaité réaliser une opération de réhabilitation en immeuble collectif social doté de grands appartements : 3 T5 ( de 90 m2), 1 T4, 1 T3 et 1 T2. Le maître d’ouvrage, la Siemp, a rédigé un programme qui imposait une démarche globale de performance environnementale (voir l’encadré).

Pour le maître d’ouvrage et les architectes retenus pour le chantier, il était intéressant d’exploiter l’orientation au Sud d’un pan de toiture en y plaçant des capteurs solaires. La maîtrise d’œuvre technique conduite par la spécialiste en construction HQE Sophie Brindel-Beth avec le bureau d’études CDK Bethac avait posé les options initiales : du solaire et une chaufferie collective. Cette dernière a été abandonnée. Le choix du solaire a évidemment donné lieu à d’âpres discussions avec les architectes des bâtiments de France. Le principe a été accepté, mais sous conditions de grande discrétion de l’installation en toiture.

Intégrer les panneaux dans le toit en zinc

La difficulté était ici de concilier l’esthétique du toit tout en réduisant les risques liés à la pose de capteurs. S’il n’était pas possible d’intégrer les capteurs à la toiture, notamment pour des raisons de garanties décennales de cette solution non traditionnelle, en revanche, le charpentier couvreur UTB a travaillé un profil de charpente qui décaisse la couverture de l’épaisseur totale des capteurs solaires et intègre la récupération des eaux de pluie (voir le croquis page suivante). La charpente rehaussée a été légèrement inclinée plus au sud, de 15° au lieu de 13°. L’équipement solaire est ainsi complètement estompé, affleurant au niveau du zinc. « La question du paysage des toitures n’est pas seulement une question de vis-à-vis », explique Philippe Simon, architecte sur cette opération. « C’est une question de paysage général. Il y a toujours des points hauts dans Paris. Les services patrimoniaux soulignent que Paris est aussi un paysage de toitures, même s’ils ne sont pas visibles de points particuliers. »

Ce résultat est donc une adaptation du travail des techniciens par l’entreprise UTB et du [...]

Cet article est réservé aux abonnés Journal du Chauffage, abonnez-vous ou connectez-vous pour lire l’intégralité de l’article.

Déjà abonné

Saisissez vos identifiants

Mot de passe oublié ?
Se connecter

Pas encore abonné

En vous abonnant au Moniteur, vous bénéficiez de :

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index

Commentaires

Du solaire en rénovation : production individualisée et régulation centralisée

Votre e-mail ne sera pas publié

Librairie du Moniteur

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Amélioration et renforcement des sols - AMSOL - Tomes 1 et 2

Amélioration et renforcement des sols - AMSOL - Tomes 1 et 2

Prix : 0.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur