Paysage

« Du sang neuf dynamise les entreprises du paysage », Franck Furtin, président de l’Union des entreprises du paysage de Bourgogne Franche-Comté

Mots clés : Etat et collectivités locales

Adhésions et conjoncture en hausse : le second mandat de Franck Furtin, réélu le 23 mars à la présidence régionale de l’Union nationale des entreprises du paysage de Bourgogne Franche-Comté, se présente sous de bons auspices. Agé de 49 ans, il a créé Vertland et Vertland Services en 1992 et 2001, deux structures qui totalisent 18 salariés à Varennes-lès-Mâcon.

Quelles priorités donnerez-vous à votre second mandat ?

Franck Furtin: La mise en place de la nouvelle collectivité régionale a ralenti la progression de certains dossiers qui vont désormais pouvoir se concrétiser, à commencer par la lutte contre le travail illégal. Notre rapprochement avec la direction régionale des entreprises, de la concurrence, du travail et de l’emploi a abouti, en novembre, à la signature d’une convention. Le premier comité de pilotage se réunit en avril. Nous nous coordonnons, sur ce dossier, avec les agriculteurs, eux aussi très concernés par ce sujet. Une seconde priorité concerne la visibilité : les élus connaissent peu l’Unep, notamment au conseil régional.

 

Or, la région détient la compétence de la formation professionnelle. Quelles sont vos demandes, dans ce domaine ?

FF: Un partenariat existe avec la région, qui finance les épreuves des Olympiades des métiers. Très sollicités au quotidien dans les centres de formation, l’Unep répond présent : demain, j’irai aux portes ouvertes d’un lycée de Dijon. Le lycée agricole de Valdoie, près de Belfort, travaille à nos côtés sur un projet de licence professionnelle destinée à former des cadres pour seconder les chefs d’entreprise.

Comment se présente la conjoncture du paysage en Bourgogne Franche-Comté ?

FF: L’an dernier, nous observions un profond décalage dans les marchés publics : forte progression en Bourgogne, et récession en Franche-Comté. Depuis le début de l’année, cette dernière commence à rattraper son retard, et la Bourgogne confirme ses perspectives positives.

Etes-vous satisfait de la dynamique interne de votre organisation ?

FF: A l’assemblée générale du 23 mars, plusieurs jeunes se sont positionnés. Nos bras sont grand ouverts, pour les inviter à reprendre le flambeau, à apporter du sang neuf. Les jeunes entrepreneurs se distinguent de leurs aînés par des projets mûrement réfléchis, souvent à plusieurs. Ils contribueront à dynamiser l’échelle départementale, un des axes prioritaires de mon mandat, et aussi à mieux intégrer les toutes petites entreprises.

 

Où en sont les adhésions ?

FF: Avec 174 adhérents, l’organisation régionale suit une croissance annuelle de 10 par an, malgré les fermetures et défaillances. Compte tenu d’une population de 1230 entreprises, ce chiffre classe la Bourgogne-Franche-Comté comme l’une des plus petites, mais aussi les plus représentatives de la profession, au sein de l’Unep.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X