En direct

Du PVC irréprochable aux JO de Londres

ISABELLE DUFFAURE-GALLAIS |  le 06/06/2012  |  Produits et matérielsBâtimentSportEuropeTechnique

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Chantiers
Produits et matériels
Bâtiment
Sport
Europe
Technique
Valider

Les constructions temporaires abritant certaines compétitions des jeux olympiques de Londres sont couvertes de membrane PVC tendue. Un cahier des charges sévère a imposé des exigences environnementales et sanitaires à ce matériau.

L’objectif de la ville de Londres, organisatrice des jeux olympique 2012, est de laisser un héritage positif aux générations futures. Les jeux ne constituent en effet qu’une étape dans un projet d’aménagement de long terme de cet ancien quartier industriel à l’est de la capitale britannique. Les constructions provisoires ont donc été privilégiées pour les équipements sportifs qui n’auront plus d’usage après la clôture des jeux.

Constructions temporaires

Ce sont ainsi des structures métalliques démontables habillées de membranes souples réutilisables ou recyclables qui abriteront les épreuves de basketball et de waterpolo. Quant au centre aquatique conçu par l’architecte Zaha Hadid pour 2500 spectateurs en configuration définitive, il est pourvu de part et d’autre de deux tribunes temporaires permettant de porter à 18 000 le nombre de sièges.

Ces extensions métalliques revêtues de membrane composite souple seront démontées d’octobre à janvier par l’entreprise qui les a mises en œuvre, Architen Landrell Associates (ALA). Alors que la toiture définitive en acier et béton présente des formes incurvées, les ailes abritant les tribunes temporaires présentent des surfaces planes. Un comble pour un matériau qui se prête si bien aux formes souples ! « C’est pour mieux les réutiliser après leur démontage, explique Lance Rowell, le directeur général de l’entreprise.

Les 25 000 m² de toile sont enfilés sur les profilés métalliques et seront ensuite retirés sans être endommagés… pour être réutilisés sur un autre projet en Grande-Bretagne. Deux types de membranes, fournies par l’industriel français Serge Ferrari, sont utilisés ici : 17 500 m² de toile blanche opaque et étanche pour la couverture (Précontraint 1002 S2) et 7 000 m² de membrane ajourée en façade derrière les tribunes pour permettre la ventilation (Stamisol FT 381).

Membrane recyclable

Outre la propriété d’être réutilisables, les membranes devaient répondre à d’autres exigences, notamment en termes d’environnement. Le cahier des charges du maître d’ouvrage Olympic Delivery Authority (ODA) demandait que le matériau contienne si possible 30 % de matériau recyclé ou soit recyclable à 100 %. « Nous remplissons parfaitement la deuxième exigence, note Romain Ferrari, directeur général du groupe Serge Ferrari, grâce à notre usine de recyclage de Ferrare, en Italie, qui recycle un million de m² de membrane par an, pour une capacité de 4 millions de m². La collecte des anciennes toiles est facilitée par le fait que les installateurs sont aussi les démonteurs. » *

En revanche les produits du recyclage (filaments courts de polyester et granulés de PVC) ne peuvent pas être utilisés dans de nouvelles membranes qui  nécessitent des filaments de polyester continus pour la trame et une poudre fine pour le PVC d’enduction. Ils trouvent un débouché dans d’autres usages.

PVC sans phtalates

Du côté des précautions sanitaires, ODA a proscrit les phtalates, largement utilisés comme plastifiants dans les PVC. Le groupe Serge Ferrari, qui cherchait déjà depuis quelques années une alternative à ces composés nocifs quand ils sont ingérés, a mis au point une nouvelle formulation avec le chimiste BASF. Et Romain Ferrari confie qu’il travaille également au développement d’un produit agrosourcé avec un laboratoire français. Une recherche qui devrait déboucher d’ici un an.

Si cette membrane NPP (non phtalate plastifiant) a été adoptée pour les structures destinées à être démontées, comme les ailes du centre aquatique ou l’enceinte accueillant les compétitions de waterpolo, on lui a en revanche préféré l’ancienne formule et sa garantie de durabilité pour couvrir les tribunes du stade olympique (33 000 m² de membrane).

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

La maintenance des bâtiments en 100 fiches pratiques

La maintenance des bâtiments en 100 fiches pratiques

Date de parution : 06/2019

Voir

Conduire son chantier en 70 fiches pratiques

Conduire son chantier en 70 fiches pratiques

Date de parution : 11/2018

Voir

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur