En direct

Du changement dans les centrales d’enrobage pour matériaux routiers
PHOTO - 864205.BR.jpg - © Gilles Rambaud

Du changement dans les centrales d’enrobage pour matériaux routiers

Le Cisma |  le 18/09/2015  |  transportRéglementationDroit de la construction

Route. Depuis le 2 juin, les pays membres du Comité européen de normalisation ont approuvé la nouvelle norme de sécurité des centrales d’enrobage.

En ce qui concerne les centrales d’enrobage pour matériaux routiers, la dernière version de la norme européenne traduisant en termes techniques les exigences générales de la directive européenne 2006/42/CE « sécurité des machines » datait de 1999. Non seulement la norme ne reflétait plus l’état de l’art, mais elle présentait aussi des lacunes sur de nombreux aspects relatifs à la sécurité et à l’ergonomie. Parallèlement à cela, les concepteurs-constructeurs mettaient sur le marché des machines qui présentaient un niveau de sécurité globalement supérieur à celui reflété par la norme. Pourquoi, dès lors, s’imposer à soi-même un niveau d’exigences élevé sans l’imposer à tous les autres acteurs susceptibles de mettre sur le marché européen de telles machines ? La révision de la norme est rapidement devenue une évidence.

Cohérence avec d’autres matériels
La participation active des utilisateurs français, via leur syndicat Usirf (Union des syndicats de l'industrie routière française), avait aussi pour objectif de renforcer le dialogue technique avec les concepteurs-constructeurs pour clarifier, avec l’expertise de la Direction générale du travail, de nombreux points de détail qui étaient source d’interprétations différentes, voire de désaccords. La future norme porte désormais sur les centrales de fabrication d’enrobés, mais aussi sur les centrales de malaxage à froid. Une distinction a également été faite entre les machines suivant leur degré de mobilité (installations fixes, transportables ou mobiles). Un échange d’informations continu et itératif a été mis en place entre plusieurs groupes de normalisation français pour éviter les duplications de travail et faire bénéficier chaque secteur de l’analyse déjà faite par les autres. En effet, l’analyse de risques a pu être réalisée plus facilement en partageant la tâche avec des fabricants d’autres types de matériels (centrales à béton, installations de préparation des matériaux...), utilisant des équipements identiques ou similaires tels que les systèmes de manutention continue (élévateurs à godets, systèmes de « skip », convoyeurs à bande...) et de stockage des matériaux (trémies, silos, citernes...). C'est en particulier le cas des centrales à béton qui partagent de nombreux points avec les centrales d'enrobage pour produits routiers et dont la norme européenne EN 12151 concernant la sécurité a fait l'objet d'une récente mise à jour.

Commentaires

Du changement dans les centrales d’enrobage pour matériaux routiers

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur