En direct

Droit immobilier Les délais pour contester une opération de construction
DESSIN - RGLOuvdessin-72.eps - ©

Jurisprudence

Droit immobilier Les délais pour contester une opération de construction

Par JÉRÔME FRANCÈS-LAGARRIGUE, avocat au Barreau de Toulouse |  le 09/10/2008  |  ImmobilierUrbanismeRéglementationDroit de l'urbanisme

Ces trois dernières années ont vu fleurir les textes modifiant les délais des actions de contestation d’une opération de construction. Or ces actions sont nombreuses et il est souvent difficile pour les praticiens de se repérer dans la jungle des délais de recours. L’avocat Jérôme Francès-Lagarrigue dresse, pour « Le Moniteur », l’inventaire de ces délais en tenant compte des dernières réformes et des interprétations des règles par la jurisprudence.

Les possibilités de contester une opération de construction sont fort nombreuses : recours à l’encontre de l’autorisation d’urbanisme, plainte pénale, assignation devant le juge civil pendant ou après la réalisation des travaux…

Ces différentes actions sont enfermées dans des délais précis dont de nombreux ont été récemment modifiés (1). En voici un panorama actualisé (2).

Deux mois à compter de l’affichage de l’autorisation de construire sur le terrain

Le délai de recours des tiers – recours gracieux ou contentieux – à l’encontre de l’autorisation de construire (permis ou décision de non-opposition à une déclaration préalable) est de deux mois. Il court à compter du premier jour d’une période continue de deux mois d’affichage de la décision sur le terrain. Il n’est plus tenu compte, depuis le 1er octobre 2007, de l’affichage en mairie (3).

L’expiration d’un délai de deux mois et quinze jours à compter de l’affichage de l’autorisation sur le terrain purge théoriquement le recours des tiers, puisque celui-ci doit, sous peine d’irrecevabilité, être notifié au pétitionnaire dans les quinze jours de son introduction (4).

L’attention des constructeurs doit également être attirée :

l d’une part, sur les nouvelles modalités d’affichage issues de l’arrêté du 11 septembre 2007 et codifiées sous les articles A 424-15 et suivants du Code de l’urbanisme. Il importe, à cet égard, de rappeler que c’est au bénéficiaire de l’autorisation, s’il souhaite contester la recevabilité d’un recours, d’apporter la preuve de l’affichage ;

l d’autre part, sur un arrêt du 6 avril 2007 par lequel le Conseil d’Etat a jugé que lorsqu’un permis de construire a été retiré par l’autorité compétente mais que ce retrait a été annulé par le juge administratif, un nouveau délai de recours contre ce permis court à partir des mesures de publicité effectuées après son rétablissement (5).

La nouvelle rédaction de l’article L 424-5 du Code de l’urbanisme suscite enfin une incertitude : une décision de non-opposition à une déclaration préalable peut-elle toujours faire l’objet d’un recours gracieux, dès lors que son auteur ne peut plus la retirer (6) ?

Deux mois à compter de la réception du permis de construire en préfecture

Le recours ouvert au préfet à l’encontre d’un permis de construire, lorsque la décision est de la compétence du maire, peut être exercé dans les deux mois qui suivent la date à laquelle l’acte a été reçu à la préfecture ou à la sous-préfecture ; ou, si elle est antérieure, la date à laquelle le texte intégral de l’acte a été porté à sa connaissance par les services de l’Etat placés sous son autorité, lorsque la commune concernée a transmis l’acte à ces derniers.

En conséquence, la seule transmission de l’acte à la subdivision de la direction départementale de l’équipement ne peut avoir pour effet de faire courir le délai du déféré préfectoral (7).

Le recours du préfet devant également être notifié dans les conditions de l’article R 600-1 du Code de l’urbanisme, il est théoriquement purgé par l’expiration d’un délai de deux mois et quinze jours à compter de la réception de l’acte en préfecture, étant précisé que la lettre notifiant le permis doit informer le demandeur de la date à laquelle celui-ci a été transmis au préfet (8).

Deux mois à compter de la réception à la préfecture du [...]

Cet article est réservé aux abonnés, abonnez-vous ou connectez-vous pour lire l’intégralité de l’article.

Déjà abonné

Saisissez vos identifiants

Mot de passe oublié ?
Se connecter

Pas encore abonné

En vous abonnant au Moniteur, vous bénéficiez de :

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index

Commentaires

Droit immobilier Les délais pour contester une opération de construction

Votre e-mail ne sera pas publié

Librairie du Moniteur

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX