En direct

Double mur manteau en briques de parement posées à joints vifs

Stéphane Miget |  le 14/04/2009  |  Produits et matérielsGros œuvreRénovationArchitectureHauts-de-Seine

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Chantiers
Produits et matériels
Gros œuvre
Rénovation
Architecture
Hauts-de-Seine
Technique
Travaux publics
Valider

1 500 m2 de façade d’un immeuble francilien ont fait l’objet d’une rénovation thermique. Le procédé utilisé : le mur-manteau en briques de parement posées à joints vifs

Bien implantée en Ile-de-France, l’entreprise de maçonnerie SFB, située à Vaires-sur-Marne (77), s’est fait une spécialité des murs de parement en briques. Elle en maîtrise aujourd’hui toutes les facettes et s’intéresse bien sûr de très près à l’Isolation thermique par l’extérieur (ITE).
Ce chantier de logements situé à Nanterre (92), où il s’agissait de mettre en œuvre 1 500 m2 de mur-manteau en briques, en est la preuve. Philippe Josse, gérant de l’entreprise, est, en effet, un spécialiste de la réalisation de doubles murs : « On réalise maintenant la plupart des chantiers de briques de parement avec une ITE ».Un marché qui a mûri au cours des cinq dernières années : « Lorsque j’ai repris l’entreprise en 2000, nous n’avions aucun chantier en ITE. À partir de 2005, les choses ont changé et maintenant nous réalisons 90 % de nos chantiers avec ce type de technique ».

Double mur

Cette technique de double mur associe un mur en briques apparentes (épaisseur minimale de 10 cm) à un mur porteur réalisé en maçonnerie (épaisseur minimale de 15 cm) ou en béton banché (épaisseur minimale de 10 cm). L’espace entre ces deux murs est occupé par une couche d’isolant thermique – ici une laine minérale semi-rigide – et une lame d’air. Le mur extérieur en briques est accroché au mur de structure interne par des attaches métalliques réparties sur la surface.
Ces murs sont plus coûteux mais présentent de nombreux avantages : parfaite étanchéité à la pluie, haute insonorisation, isolation thermique élevée, bonne inertie thermique et intervention par l’extérieur en rénovation. Un seul problème selon Philippe Josse : « Les thermiciens ne connaissent pas suffisamment ces techniques ». Résultat : suivant les chantiers, les épaisseurs d’isolant préconisées à la suite de l’étude thermique sont différentes à performance thermique équivalente. De même, les thermiciens ne prendraient pas encore assez en compte l’inertie thermique du mur, la lame d’air et le coefficient d’affaiblissement surfacique lié à la couleur de la brique. Pour Philippe Josse : « Cette situation s’améliorera avec le temps, car ces produits seront plus largement diffusés ».

Prototypes

Ici, ce sont les maîtres d'oeuvre, les architectes Pascal Chombart de Lauwe et Sabri Bendimérad de l'agence parisienne Tectône, qui ont fait ce choix. Une option qui lui permet de résoudre trois problématiques : thermique bien sûr, mais aussi esthétique et relative à la pérennité. « La brique de parement offre une grande durabilité, elle se patine avec le temps et ne demande pas de ravalement.»
Pour renforcer l’aspect esthétique, l’architecte a également souhaité une pose à joints vifs. Avec ces briques, la pose s’effectue à l’aide d’un mortier-colle spécial qui permet d’effectuer des joints horizontaux minces en retrait du nu extérieur, les joints verticaux restant ouverts. Le hourdage est plus simple grâce à la suppression du jointoiement et à la réduction des opérations de nettoyage.
Sur ce chantier, l’entreprise et l’architecte ont travaillé ensemble à la résolution des problèmes techniques : « À la demande de l’architecte, nous avons pour les encadrements de fenêtres conçu deux prototypes en taille réelle avec deux types de calepinage. Cela nous a aidés à évaluer les modes de pose et à régler les problèmes éventuels ».

Double mur isolant en briques apparentes
Double mur isolant en briques apparentes - ©
Les murs de parement en briques enfin intégrés au DTU

Les murs de parement en briques sont désormais considérés comme une technique traditionnelle. La nouvelle version du DTU 20-1 « Parois et murs en maçonnerie de petits éléments » intègre cette technique, y compris lorsqu’elle est associée à un système d’isolation par l’extérieur. Y sont notamment fixés l’épaisseur de la lame (jamais inférieure à 2 cm), la fixation du mur de briques perforées à l’aide d’attaches en acier galvanisé à la maçonnerie porteuse, ou encore les dispositifs de collecte des eaux d’infiltration prévus au niveau du premier joint des briques perforées.

Descriptif chantier

Isolation par l’extérieur de 1 500 m2 de façade pour un immeuble de logements en briques de parement à joints vifs. Briques Terca de Wienerberger. Le procédé, destiné à la réalisation de murs non-porteurs constituant la paroi extérieure d’un mur double (ou mur-manteau), dispose d’un Document technique d’application favorable sous la référence Avis technique 16/07-534


Architectes : Pascal Chombart de Lauwe Sabri Bendimérad de l'agence parisienne Tectône.


Entreprise : Société française de bâtiment (SFB) à Vaires-sur-Marne (77) ; gérant : Philippe Josse ; nombre de salariés : 20 ; clientèle : constructeurs, architectes…

Cet article fait partie du dossier

Chantiers

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

La maintenance des bâtiments en 100 fiches pratiques

La maintenance des bâtiments en 100 fiches pratiques

Date de parution : 06/2019

Voir

Conduire son chantier en 70 fiches pratiques

Conduire son chantier en 70 fiches pratiques

Date de parution : 11/2018

Voir

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur